Dietrich von Saucken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dietrich von Saucken
Naissance 16 mai 1892
Fischhausen
Décès 27 septembre 1980
Pullach
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand (jusqu'en 1918),
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg République de Weimar (jusqu'en 1933),
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Grade General der Panzertruppe
Années de service 1910 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement 4e Panzerdivision
IIe armée allemande
Distinctions Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes

Dietrich von Saucken, né le 16 mai 1892 à Fischhausen et mort le 27 septembre 1980 à Pullach était un General der Panzertruppe allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. Il reçut la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne, glaives et brillants, plus haute distinction militaire allemande de la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Fischhausen (aujourd’hui Primorsk), en Prusse-Orientale, Saucken s'engagea dans l'Armée allemande en 1910 et fut promu au rang de lieutenant en juin 1912. C'est en tant que colonel qu'il servit dans la Wehrmacht d'avant-guerre, et il fut promu au rang de général de division le 1er janvier 1942. Désigné pour commander la 4e division de panzers à la fin de 1941, il servit plus tard en tant que commandant de l'École des troupes rapides (Schule für Schnelle Truppen). À la fin juin 1944, alors commandant en second du III. Panzer Korps, il forma une unité ad-hoc connue sous le nom de « Groupe von Saucken » constituée des restes de plusieurs unités qui avaient été laminées par les assauts soviétiques sur le groupe d'armées Centre. Ce groupement (plus tard le XXXIX. Panzer Korps) essaya de défendre la ville occupée de Minsk, et garda temporairement un itinéraire de retraite à travers la Bérézina afin de faciliter la retraite des soldats allemands face à des forces soviétiques largement supérieures en nombre.

Dans les derniers mois de la guerre, Dietrich von Saucken conduisit la deuxième armée dans sa défense de la Prusse-Orientale et Occidentale, n'ordonnant la capitulation de son armée qu'un jour après la capitulation générale allemande du 8 mai 1945. Après avoir capitulé, Saucken fut emmené en captivité en Union soviétique. il fut condamné à 25 ans de travaux forcés, commués ensuite à 30 mois. Saucken fut enfin libéré en 1955. il mourut en 1980 à l'âge de 88 ans.

Dietrich von Saucken fut un des rares généraux à recevoir la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne, glaives et brillants durant la Seconde Guerre mondiale.

Traits de caractère[modifier | modifier le code]

Dietrich Von Saucken était un officier de cavalerie qui portait couramment le sabre et le monocle. il personnifiait à merveille les Junkers de l'aristocratie conservatrice prussienne qui maudissaient la horde de sauvages de la braune Bande (la tache brune) des Nazis. Quand on lui demanda de prendre le commandement de la deuxième armée le 12 mars 1945, Hitler lui dit qu'il devrait se placer sous les ordres du Gauleiter de Dantzig Albert Forster. Saucken répliqua[1] : « Je n'ai aucune intention de me placer sous les ordres d'un Gauleiter. » En faisant ceci, il avait contredit à tous les usages imposés à ceux qui se trouvaient en présence du Führer, n'exécutant pas le salut hitlérien mais le salut militaire, et ne s'adressant pas à Hitler en lui disant Mein Führer. À la surprise de tous, Hitler se contenta de répondre[1] : « Très bien, Saucken, vous commanderez donc personnellement ».

Promotions[modifier | modifier le code]

Fahnenjunker 1er octobre 1910
Leutnant 19 juin 1912
Oberleutnant
Hauptmann
Major
Oberstleutnant 1er octobre 1936
Oberst 1er juin 1939
Generalmajor 1er janvier 1942
Generalleutnant 1er avril 1943
General der Panzertruppe 1er août 1944

Décorations et Citations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Chute de Berlin, Antony Beevor, éditions de Fallois, 2002, p.155