18e armée (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

18e armée
18. Armee
Création 1918
Dissolution 1945
Pays Drapeau de l'Empire Allemand Empire allemandDrapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Branche Wehrmacht
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandant historique Oskar von Hutier
Georg von Küchler
Georg Lindemann

La 18e armée (en allemand : 18. Armee) était une armée (regroupement d'unités) de l'Armée de terre allemande (Heer) au sein de la Wehrmacht pendant la première et la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La 18e armée de l'Empire allemand (de) est créé le et dissoute en . Elle participe à l'offensive Michaël du printemps 1918. Son chef était Oskar von Hutier.

Au , elle comprend les unités suivantes :

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formée en novembre 1939 dans la Région militaire (Wehrkreis) VI, la 18e armée a fait partie de l'offensive dans les Pays-Bas (Bataille des Pays-Bas) et en Belgique (Bataille de Belgique) durant l'automne et plus tard Gelb déplacé en France en 1940. La 18e armée a ensuite été déplacée vers l'est et a participé à l'opération Barbarossa en 1941. Elle participe à la bataille de Tallinn

La 18e armée a été intégrée au Groupe d'armées Nord jusqu'au début de 1945, quand elle est subordonné au groupe d'armées Courlande. En , la 18e armée est encerclée par les offensives de l'Armée rouge et passe le reste de la guerre dans la poche de Courlande.

Commandants[modifier | modifier le code]

Début fin Grade Commandant
Generaloberst Georg von Küchler
Generaloberst Georg Lindemann
General der Artillerie Herbert Loch
General der Infanterie Ehrenfried-Oskar Boege

Chefs d'état-major[modifier | modifier le code]

Début fin Grade Commandant
Generalmajor Erich Marcks
Generalmajor Wilhelm Hasse
Generalmajor Dr Ing. h.c. Kurt Waeger
Generalmajor Hans Speth
Generalmajor Friedrich Foertsch (en)
Oberst i.G. Wilhelm Hetzel
Generalmajor Ernst Merk (de)

Ordres de batailles[modifier | modifier le code]

Rattachement au groupe d'Armées[modifier | modifier le code]

Début fin Heeresgruppe
Heeresgruppe B Westfront
OKH Westfront
Heeresgruppe B Westfront
Heeresgruppe C Ostpreußen
Heeresgruppe Nord Ostfront
Heeresgruppe Kurland Kurland

Unités rattachées[modifier | modifier le code]

Date Korps Division/Unités
Armé rattachée Armee-Nachrichten-Regiment 520
Kommandeur der Armee-Nachschubtruppen 516
Höherer Artilleriekommandeur (de) 303
XXVI. Armee-Korps 254. Infanterie-Division
256. Infanterie-Division
X. Armee-Korps Leibstandarte-SS Adolf Hitler
1. Kavallerie-Division
207. Infanterie-Division
227. Infanterie-Division
rattaché directement: SS-Verfügungsdivision
9. Panzer-Division
208. Infanterie-Division
225. Infanterie-Division
XXXVIII. Armee-Korps 58. Infanterie-Division
291. Infanterie-Division
XXVI. Armee-Korps 1. Infanterie-Division
61. Infanterie-Division
217. Infanterie-Division
I. Armee-Korps 11. Infanterie-Division
21. Infanterie-Division
L. Armee-Korps
LIV. Armee-Korps
XXVI. Armee-Korps
XXVIII. Armee-Korps
I. Armee-Korps
XVIII. Armee-Korps Feld-Division 12 (L)
Kampfgruppe Höfer
21. Infanterie-Division
30. Infanterie-Division
XXXVIII. Armee-Korps 121. Infanterie-Division
32. Infanterie-Division
83. Infanterie-Division
Feld-Division 21 (L)
L. Armee-Korps 15. Waffen-Grenadier-Division der SS (lettische Nr. 1)
19. Waffen-Grenadier-Division der SS (lettische Nr. 2)
93. Infanterie-Division
126. Infanterie-Division
218. Infanterie-Division
Kampfgruppe Streckenbach
rattaché directement: VI. SS-Korps (Stab)
207. Sicherungs-Division
300. Division z.b.V. (Estnische Grenztruppen)
I. Armee-Korps 11. Infanterie-Division
126. Infanterie-Division
X. Armee-Korps 14. Panzer-Division
30. Infanterie-Division
XXXIX. Panzer-Korps 4. Panzer-Division
12. Panzer-Division
61. Infanterie-Division
225. Infanterie-Division
Armee-Abteilung Grasser Feld-Division 21 (L)
32. Infanterie-Division
81. Infanterie-Division
121. Infanterie-Division
122. Infanterie-Division
201. Sicherungs-Division
329. Infanterie-Division
I. Armee-Korps 30. Infanterie-Division
87. Infanterie-Division
126. Infanterie-Division
II. Armee-Korps 4. Panzer-Division
14. Panzer-Division
31. Infanterie-Division
32. Infanterie-Division
II. Armee-Korps 11. Infanterie-Division
121. Infanterie-Division
263. Infanterie-Division
III. SS-Panzer-Korps 11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division „Nordland“
4. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Brigade „Nederland“
Korpsgruppe Thomaschki 83. Infanterie-Division
132. Infanterie-Division
225. Infanterie-Division
563. Volksgrenadier-Division
rattaché directement: 52. Infanterie-Division
300. Infanterie-Division
I. Armee-Korps 132. Infanterie-Division
218. Infanterie-Division
II. Armee-Korps 263. Infanterie-Division
290. Infanterie-Division
563. Volksgrenadier-Division
X. Armee-Korps Feld-Division 21 (L)
30. Infanterie-Division
87. Infanterie-Division
126. Infanterie-Division
L. Armee-Korps 11. Infanterie-Division
205. Infanterie-Division
225. Infanterie-Division
rattaché directement: Festungskommandantur Libau
Festungs-Stab 52
12. Panzer-Division
14. Panzer-Division
Kampfgruppe 121. Infanterie-Division
I. Armee-Korps 225. Infanterie-Division
300. Infanterie-Division
II. Armee-Korps 87. Infanterie-Division
126. Infanterie-Division
263. Infanterie-Division
563. Volksgrenadier-Division
X. Armee-Korps 30. Infanterie-Division
121. Infanterie-Division
Kampfgruppe Gise
L. Armee-Korps 11. Infanterie-Division
290. Infanterie-Division
rattaché directement: 52. Sicherungs-Division
14. Panzer-Division
I. Armee-Korps 87. Infanterie-Division
225. Infanterie-Division
II. Armee-Korps 263. Infanterie-Division
563. Volksgrenadier-Division
X. Armee-Korps 30. Infanterie-Division
126. Infanterie-Division
132. Infanterie-Division
Kampfgruppe Gise
rattaché directement: 12. Panzer-Division
In Libau bei der Verladung 11. Infanterie-Division
14. Panzer-Division

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Kurowski, Franz (2000). "Todeskessel Kurland", Podzun-Pallas Verlag, Wölfersheim-Berstadt. (ISBN 3-7909-0716-2).
  • (de) Tessin, Georg (1976). "Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939–1945" (Volume IV), Biblio Verlag, Osnabrück. (ISBN 3-7648-1083-1).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]