Generaloberst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patte d’épaule d'un Generaloberst de la Heer de la Wehrmacht.

Generaloberst est un grade d'officier général de l'armée allemande et de l'armée autrichienne.

De 1942 à 1945, il a également été utilisé dans la Schutzstaffel (la SS) en complément du grade attribué par cette organisation, pour préciser celui-ci.

Historique[modifier | modifier le code]

Le grade de Generaloberst est un grade de l'armée allemande utilisé entre 1854 et 1945. Il fut aussi utilisé par l'armée autrichienne entre 1915 et 1918 et par l'armée est-allemande entre 1947 et 1990. Il correspondait au grade de général d'armée dans l'armée française actuelle. Le grade de Generaloberst, général d'armée et non colonel général[1], était le grade le plus élevé de la Heer, l'armée de terre allemande et de la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande, après celui de Generalfeldmarschall.

Il a été créé en 1854 dans l'armée prussienne pour assurer une promotion au prince Guillaume de Prusse, qui ne pouvait obtenir le grade suprême de Generalfeldmarschall (maréchal de campagne) puisqu'il n'avait pas commandé une armée en chef, condition nécessaire au maréchalat. Le grade s'est ensuite consolidé dans l'armée allemande après 1870. La condition du commandement en chef a donné naissance, dans la période de l'entre-deux-guerres, à la position de Generaloberst mit dem Rang eines Generalfeldmarschalls, soit Generaloberst avec rang de Generalfeldmarchall, accordée à un Generaloberst méritant et qui n'avait pu obtenir le maréchalat.

Le grade de Generaloberst fut introduit dans l'armée autrichienne en 1915, sur le modèle de l'armée allemande, mais il ne survécut pas à la Première Guerre mondiale.

La Bundeswehr, l'armée ouest-allemande, supprima le grade de Generaloberst, mais l'armée est-allemande la Nationale Volksarmee, le conserva comme son grade suprême jusqu'à sa dissolution en 1990.

Insigne[modifier | modifier le code]

L'insigne de grade du Generaloberst était une épaulette tressée d'or et d'argent avec trois étoiles d'argent. Le Generaloberst mit dem rang eines Generalfeldmarschalls portait quatre étoiles sur son épaulette. Son équivalent dans la marine était le grade de Generaladmiral.

Rang dans l'armée allemande[modifier | modifier le code]

Deutsches Heer[modifier | modifier le code]

Grade de Generaloberst dans l'armée de l'Empire allemand, de 1871 à 1919 :

Reichswehr[modifier | modifier le code]

Grade de Generaloberst dans l'armée allemande de la république de Weimar, de 1919 à 1935 :

Wehrmacht[modifier | modifier le code]

Grade de Generaloberst dans l'armée allemande du Troisième Reich, de 1935 à 1945 :

Bundeswehr[modifier | modifier le code]

Néant : ce grade n'a pas été reconduit dans la Bundeswehr.

Rang dans la Schutzstaffel (SS) du Troisième Reich[modifier | modifier le code]

Équivalent du grade de Generaloberst dans la branche non militaire — Schutzstaffel non militaire (police, surveillance des camps) et Allgemeine SS — et dans la branche militaire — Waffen-SS (dénomination apparue en 1940) — de la Schutzstaffel (SS) de 1933 à 1945 :

Officiers ayant porté ce grade dans l'armée allemande[modifier | modifier le code]

Liste des Generaloberst n'ayant pas été promus Generalfeldmarschall, avec mention de leur date de promotion respective.

Kaiserreich[modifier | modifier le code]

Reichswehr[modifier | modifier le code]

Wehrmacht[modifier | modifier le code]

Heer[modifier | modifier le code]

  1. Werner von Fritsch (1880–1939)
  2. Ludwig Beck (1880–1944)
  3. Siegfried Handloser (1885–1954)
  4. Wilhelm Adam (1877–1949)
  5. Johannes Blaskowitz (1883–1948)
  6. Friedrich Dollmann (1882–1944)
  7. Heinz Guderian (1888–1954)
  8. Franz Halder (1884–1972)
  9. Hermann Hoth (1885–1971)
  10. Adolf Strauß (1879–1973)
  11. Nikolaus von Falkenhorst (1885–1968)
  12. Friedrich Fromm (1888–1945)
  13. Curt Haase (1881–1943)
  14. Erich Hoepner (1886–1944)
  15. Eugen von Schobert (1883–1941)
  16. Georg-Hans Reinhardt (1887–1963)
  17. Rudolf Schmidt (1886–1957)
  18. Richard Ruoff (1883–1967)
  19. Eduard Dietl (1890–1944)
  20. Georg Lindemann (1884–1963)
  21. Hans-Jürgen von Arnim (1889–1962)
  22. Gotthard Heinrici (1886–1971)
  23. Hans von Salmuth (1888–1962)
  24. Walter Heitz (1878–1944)
  25. Eberhard von Mackensen (1889–1969)
  26. Heinrich Gottfried von Vietinghoff-Scheel (1887–1952)
  27. Karl-Adolf Hollidt (1891–1985)
  28. Alfred Jodl (1890–1946)
  29. Erwin Jaenecke (1890–1960)
  30. Walter Weiß (1890–1967)
  31. Kurt Zeitzler (1895–1963)
  32. Josef Harpe (1887–1968)
  33. Lothar Rendulic (1887–1971)
  34. Hans-Valentin Hube (1890–1944)
  35. Johannes Frießner (1892–1971)
  36. Erhard Raus (1889–1956)
  37. Carl Hilpert (1888–1947)

Luftwaffe[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Keller (1882–1974)
  2. Hans-Jürgen Stumpff (1889–1968)
  3. Ernst Udet (1896–1941)
  4. Ulrich Grauert (1889–1941)
  5. Hubert Weise (1884–1950)
  6. Alexander Löhr (1885–1947)
  7. Hans Jeschonnek (1899–1943)
  8. Günther Rüdel (1883–1950)
  9. Bruno Loerzer (1891–1960)
  10. Otto Deßloch (1889–1977)
  11. Kurt Student (1890–1978)
  12. (à titre posthume)Günther Korten (1898–1944)

Bundeswehr[modifier | modifier le code]

Néant : ce grade n'a pas été reconduit dans la Bundeswehr.

Officiers ayant porté ce grade dans la Schutzstaffel (SS)[modifier | modifier le code]

Waffen-SS[modifier | modifier le code]

SS-Oberst-Gruppenführer und Generaloberst der Waffen-SS :

  1. 1942 - Paul Hausser (1880–1972) ;
  2. 1944 - Sepp Dietrich (1892–1966).

Deutsche Polizei[modifier | modifier le code]

SS-Oberst-Gruppenführer und Generaloberst der Polizei :

Officiers ayant porté ce grade dans l'armée austro-hongroise[modifier | modifier le code]

  1. Friedrich von Beck-Rzikowsky (1830–1920)
  2. Eduard Paar (1837–1919)
  3. Arthur von Bolfras (1838–1922)
  4. Samuel von Hazai (1851–1942)
  5. Friedrich von Georgi (1852–1926)
  6. Viktor Dankl von Krasnik (1854–1941)
  7. Leopold von Hauer (1854–1933)
  8. Karl Tersztyánszky von Nádas (de) (1854–1921)
  9. Karl von Pflanzer-Baltin (1855–1925)
  10. Adolf von Rhemen zu Barensfeld (1855–1932)
  11. Karl von Kirchbach auf Lauterbach (1856–1939)
  12. Paul Puhallo von Brlog (1856–1926)
  13. Arthur Arz von Straußenburg (1857–1935)
  14. Karl Georg Huyn (1857–1938)
  15. Viktor von Scheuchenstuel (1857–1938)
  16. Stephan Sarkotić von Lovčen (1858–1939)
  17. Alois Schönburg-Hartenstein (1858–1944)
  18. Josef Roth von Limanowa-Łapanów (de) (1859–1927)
  19. Wenzel von Wurm (1859–1921)
  20. Hermann Kusmanek von Burgneustädten (1860–1934)
  21. Hugo Martiny von Malastów (1860–1940)
  22. Karl Křitek (1861–1928)
  23. Rudolf Stöger-Steiner von Steinstätten (1861–1921)
  24. Léopold Salvator de Habsbourg-Toscane (1863–1931)
  25. Archiduc Joseph-Ferdinand de Habsbourg-Toscane (1872–1942)

Officiers ayant porté ce grade en République démocratique allemande[modifier | modifier le code]

Nationale Volksarmee[modifier | modifier le code]

Dans l'armée populaire nationale de la République démocratique allemande, le grade de Generaloberst était, comme en Union soviétique, le troisième grade d'officier général. Ce qui correspondait au rang d'officier général OF-8 de l'OTAN (général trois étoiles). Dans la Volksmarine, le grade équivalent de Generaloberst était celui d’Admiral.

Generaloberst de l'armée populaire nationale.

Ministère de la Sécurité d'État (MfS)[modifier | modifier le code]

Le grade de Generaloberst était utilisé au ministère de la Sécurité d'État (Stasi).

Generaloberst du MfS.

Deutsche Volkspolizei (DVP)[modifier | modifier le code]

Le grade de Generaloberst était aussi utilisé dans la Volkspolizei, la police de la République démocratique allemande.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La traduction de Generaloberst en « colonel général » n'est pas satisfaisante. Le terme d’oberst, désignant l'officier dénommé colonel en français, est aussi un adjectif substantivé ayant le sens de « suprême ». Ainsi le Generaloberst serait plutôt un « général suprême » qu'un « colonel général ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

= Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) R. Brühl, Wörterbuch zur deutschen Militärgeschichte, Militärverlag der Deutschen Demokratischen Republik, Berlin, 1985.

Articles connexes[modifier | modifier le code]