Éric Denécé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (octobre 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La forme de cet article ou de cette section n’est pas encyclopédique et ressemble trop à un curriculum vitæ. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour aider à le transformer en article neutre et encyclopédique ou discutez-en.

Éric Denécé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Éric Denécé, né le 6 mars 1963 dans le 15e arrondissement de Paris[1], est un universitaire[réf. nécessaire] français spécialiste du renseignement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eric Denécé, docteur en science politique (1998)[2], est un chercheur spécialiste du renseignement, du terrorisme, des opérations spéciales et de l’Asie du Sud-Est. Il est également consultant en Risk Management et en Intelligence économique.

Au cours de sa carrière, il a été successivement :

  • Officier-analyste à la direction de l'Evaluation et de la Documentation Stratégique du Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN)[3].
  • Ingénieur commercial export chez Matra Défense.
  • Responsable de la communication de la société NAVFCO, filiale du groupe DCI (Défense Conseil International).
  • Directeur des études du Centre d'Etudes et de Prospective Stratégiques (CEPS).
  • Fondateur et directeur général du cabinet d'intelligence économique ARGOS.
  • Créateur et directeur du département d'intelligence économique du groupe GEOS.

E. Denécé a notamment opéré au Cambodge, aux côtés de la résistance anticommuniste, et en Birmanie, pour la protection des intérêts de Total contre la guérilla locale. Parallèlement, il a été consultant pour le ministère de la Défense concernant l’avenir des forces spéciales.

En 1999, il crée la revue Renseignement et opérations spéciales[4] et la collection « Culture du renseignement » (éditions L'Harmattan) puis en 2000 le Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), dont il assure la direction.

Il dirige également la collection « Poche Espionnage » aux éditions Ouest France.

Eric Denécé a enseigné à Bordeaux Ecole de Management (BEM) après avoir été Professeur-associé à l'université Montesquieu-Bordeaux IV (faculté de science politique). Il a également enseigné le renseignement ou l'intelligence économique dans diverses autres institutions (Collège interarmées de Défense, Ecole nationale d’administration, Centre d’études supérieures de l’Air, Institut des Hautes études de Défense nationale, Université Notre–Dame de Beyrouth de Beyrouth, etc.).

Il est l'auteur de plus de vingt ouvrages et de nombreux articles et rapports consacrés au renseignement, à l'intelligence économique, au terrorisme et aux opérations spéciales. Ses travaux lui ont valu d’être lauréat du Prix 1996 de la Fondation pour les Etudes de Défense (FED) et du Prix Akropolis 2009 (Institut des Hautes Etudes de Sécurité Intérieure) 

Médias[modifier | modifier le code]

Éric Denécé est régulièrement consulté par les médias français et internationaux. Il a écrit des articles pour divers journaux et magazines, notamment Atlantico, Afrique-Asie, Le Temps d’Algérie. Il est un intervenant régulier de l’émission C dans l’Air de France 5[5]. Lors du Printemps arabe, après avoir effectué plusieurs missions d’évaluations de terrain avec d’autres experts internationaux en Libye[6] et en Syrie [7], il se prononce contre la thèse de la totale spontanéité de ces « révolutions », dont il estime qu’elles ont été préparées depuis longtemps, et note que dès 2007-2008, de manière analogue aux Révolutions de couleur, les leaders de ces mouvements assistaient a des conférences organisées par des ONG américaines, comme Freedom House, l’International Republican Institute ou Canvas,

En mai 2014, il cosigne avec Chérif Amir un article dans Le Monde concernant les élections présidentielles égyptiennes de 2014. Cet article estime que le chef d'État égyptien Abdel Fattah al-Sissi serait plus apte à diriger le pays que le candidat socialiste Hamdine Sabahi, lequel serait selon lui soutenu par les Frères musulmans[8]. Cette position lui vaut d'être accusé de « Désinformation » par le journaliste militant Alain Gresh[9], qui accuse Denécé et Amir de passer sous silence la dérive totalitaire du régime al-Sissi. L’année suivante, Cherif Amir publie un livre qui révèle la face cachée des Frères Musulmans.

Le 21 décembre 2016, sur la chaîne LCI, il déclare qu'au sujet d'Alep, une énorme falsification de l'information tend à minimiser la culpabilité des djihadistes et à exagérer les responsabilités de Bachar el-Assad (dont il dit cependant ne pas vouloir se faire le défenseur)[10].

Critiques[modifier | modifier le code]

Selon T. Deltombe[11], Éric Denécé a "pour objectif avoué de « créer une culture du renseignement » dans la société française : il a publié en 2007 un livre sur le sujet, qui a été pensé, dit-il, « pour être vendu chez Auchan, dans les gares, pour que les gens lisent ça sur les plages en vacances » ; et il travaillait la même année sur un projet de parc d’attraction, Spyland, consacré au monde mystérieux de l’espionnage…"

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Ecoterrorisme ! Altermondialisme, écologie, animalisme : de la contestation à la violence", ouvrage rédigé en collaboration avec Jamil Abou Assi, Tallandier, Paris, 2016.
  • Les services secrets israéliens : Mossad, Aman, Shin Beth, ouvrage rédigé en collaboration avec David Elkaïm, Tallandier, Paris, 2014[12].
  • L’espionnage en 365 citations, Le Chêne, Paris, 2013.
  • La face cachée des « révolutions » arabes, (dir.), Ellipses, Paris, 2012.
  • Les services secrets français sont-ils nuls ?, Ellipses, Paris, 2012.
  • Commandos et forces spéciales, Ouest France éditions, Rennes, 2011.
  • Les services secrets au Moyen Âge, ouvrage rédigé en collaboration avec Jean Deuve, Ouest France éditions, Rennes, 2011.
  • Dico-Atlas des conflits et des menaces, ouvrage rédigé en collaboration avec Frédérique Poulot, Belin, Paris, 2010.
  • Histoire mondiale de l’espionnage, ouvrage rédigé en collaboration avec Gérald Arboit, Ouest France éditions, Rennes, 2010.
  • Renseignement, médias et démocratie (dir.), Ellipses, Paris, 2009.
  • Mission : agent secret (Les techniques de l’espionnage expliquées aux enfants), ouvrage rédigé en collaboration avec Sophie Merveilleux du Vignaux, collection “Graine de savant”, Milan Jeunesse, Toulouse, 2009.
  • Les services secrets, collection « Tout comprendre », EPA éditions, Paris, 2008.
  • Renseignement et contre-espionnage, collection « Toutes les clés », Hachette pratique, Paris, 2008 (Prix Akropolis 2009).
  • Histoire secrète des forces spéciales (de 1939 à nos jours), Nouveau monde, Paris, 2007 (traduit en polonais et en portugais)
  • Tourisme et terrorisme. Des vacances de rêve aux voyages à risque, ouvrage rédigé en collaboration avec Sabine Meyer, Ellipses, Paris, 2006
  • L’autre guerre des États-Unis. Économie : les secrets d’une machine de conquête, ouvrage rédigé en collaboration avec Claude Revel, Robert Laffont, Paris, 2005
  • Al-Qaeda : les nouveaux réseaux de la terreur (dir.), Ellipses, collection “Géopolitique”, Paris, 2004
  • Les secrets de la guerre économique, ouvrage rédigé en collaboration avec Ali Laïdi, Seuil, Paris, 2004
  • Forces spéciales, l’avenir de la guerre, collection « L’art de la guerre », éditions du Rocher, Paris, 2002
  • Guerre secrète contre Al-Qaeda (dir.), Ellipses, collection « Géopolitique », Paris, 2002
  • Le nouveau contexte des échanges et ses règles cachées. Information, stratégie et guerre économique, L'Harmattan, Paris, 2001
  • Géostratégie de la mer de Chine méridionale et des bassins maritimes adjacents, L'Harmattan, collection “Recherches asiatiques”, Paris, 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Denécé, agent secret, L'Étudiant, 23 mai 2007.
  2. http://www.sudoc.fr/049622498.
  3. « Paris «L’espionnage a pesé sur la vente d’Alstom» », 78actu,‎ (lire en ligne)
  4. Renseignement et opérations spéciales sur le site de L'Harmattan
  5. « C dans l'air : tout sur l'émission, news et vidéos en replay - France 5 », sur France5 (consulté le 1er octobre 2016)
  6. « CF2R - Libye : un avenir incertain », sur www.cf2r.org (consulté le 1er octobre 2016)
  7. « CF2R - Syrie: une libanisation fabriquée. », sur www.cf2r.org (consulté le 1er octobre 2016)
  8. Éric Denécé et Chérif Amir, Les enjeux de l'élection présidentielle égyptienne, Le Monde, 23 mai 2014.
  9. Alain Gresh, Égypte, élection présidentielle et désinformation, http://blog.mondediplo.net, 25 mai 2014.
  10. « Eric Denecé était l'invité de Yves Calvi », chaîne LCI, en ligne
  11. Thomas Deltombe, « armer les esprits », extrait de l'ouvrage Au nom du 11 septembre coordonné par Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe éditions La Découverte, (ISBN 9782707153296), 2008.
  12. Aman, Mossad et Shin Beth : les meilleurs services secrets du monde ?, revueconflits.com, 16 décembre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]