Agence pour la diffusion de l'information technologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

ADIT
Création
Forme juridique SA
Slogan Leader européen de l’intelligence stratégique
Siège social Paris, France
Drapeau de France France
Direction Philippe Caduc, président directeur général
Actionnaires Weinberg Capital Partners, Agence des Participations de l’Etat, Bpifrance
Activité Conseil
Filiales Salveo, Entreprise & Diplomatie, GEOS
Effectif +200 ()
Site web Site officiel

Chiffre d'affaires 73 millions d’€ EUR (2018)

L'ADIT (Agence pour la diffusion de l'information technologique) est aujourd'hui le leader français du secteur de l'intelligence économique et l'une des grandes sociétés du secteur au niveau européen[1]. Le chiffre d'affaires de l'ADIT a atteint 75 millions d'euros en 2018[2].

Créée en 1992 sous la forme d'un établissement public à caractère industriel et commercial, elle est devenue une société anonyme en 2003 détenue par l'État, puis a ouvert son capital au fonds Butler Capital Partners en 2010, qui a cédé sa participation au fonds Weinberg Capital fin 2015. Son PDG est Philippe Caduc.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ADIT a été créée par un décret du [3]. Dès sa création, elle développe une activité de collecte, de synthèse et de diffusion d'informations recueillies par le réseau des attachés scientifiques des ambassades françaises à l'étranger. Parallèlement, l'ADIT contribue à installer et à développer des pôles d'intelligence économique dans les administrations publiques.

Dès 1995, elle assure le secrétariat exécutif du Comité pour la compétitivité et la sécurité économique (installé par le Premier ministre en 1995) et participe, depuis 1998, à la mise en œuvre du Plan d'action gouvernementale pour la société de l'information.

En 2001, l'ADIT crée un pôle autonome plus spécifiquement chargé d'intelligence économique et stratégique à destination des grandes entreprises françaises (veille technologique, « mapping » concurrentiel, accompagnement tactique et stratégique sur les grands marchés, etc.). Après qu'un décret du autorise la privatisation de l'ADIT[4], elle est transformée en 2003 en société anonyme, entrant à cette date dans le portefeuille de participations publiques suivi par l'Agence des participations de l'État. Ex-directeur de la DST, Rémy Pautrat devient son vice-président exécutif de 2004 à 2006.

En 2006, l'ADIT développe un service de veille technologique active à destination des chercheurs français.

En 2007, la société fait l'acquisition de Sofred Consultants[5] dans l'objectif de consolider son leadership dans le domaine de l'intelligence territoriale[6]. Cette filiale a été revendue en 2015.

En 2010, elle crée le Centre français des affaires de Bagdad[7],[8],[9] en vue de faciliter et de sécuriser le retour des entreprises françaises en Irak[10]. La même année, la Ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi décide de procéder à la cession, en une ou plusieurs fois, d'une fraction majoritaire, jusqu'à 66 % du capital, de la participation de l'État[11].En , le fonds français Butler Capital Partners entre au capital de l'ADIT[12]. Butler Capital Partners détient 66 % des titres aux côtés de l'État qui conserve 34 % du capital[12].

En 2013, l'ADIT rachète Salveo[13] pour renforcer l'accompagnement au développement international de ses clients.

En 2014, elle est à l'initiative de la création de l'Alliance Européenne d'Intelligence Stratégique qui rassemble 10 cabinets européens d'intelligence économique[14]. La même année, elle crée une filiale, Entreprise & Diplomatie, dédiée à la diplomatie d'affaires[15] et dirigée par l'ancien ambassadeur Bruno Delaye[16]. Le diplomate Jean-Claude Cousseran rejoint Entreprise & Diplomatie la même année.

En 2015, l'actionnaire principal, Butler Capital, revend sa participation à Weinberg Capital Partners[17],[18]. Par ailleurs, Bpifrance acquiert 24 % du capital auprès de l’État, qui conserve 10 % du capital via l'APE (Agence des participations de l’État)[19].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le pôle intelligence stratégique et diplomatie d'affaires[modifier | modifier le code]

Établi à Paris, ce pôle s'adresse principalement aux grandes entreprises (CAC 40, ETI...). Les principaux domaines d'intervention de l'ADIT concernent les enjeux de stratégies industrielles, l'identification des réseaux d'influence et de circuits de décision, l'analyse du jeu concurrentiel, les problématiques de sécurité économique et financière, ainsi que les questions de communication institutionnelle[20] :

  • Due diligence : une 40e de consultants seraient dédiés exclusivement à cette activité.
  • Éthique, compliance, lutte anti-corruption et fraude
  • Analyses stratégiques, veilles technologique et réglementaire
  • Appui aux opérations de croissance externe[13]
  • Lutte contre les ventes illicites sur Internet (contrebande, contrefaçons...)[21],[22]
  • Conseil en stratégies digitales : e-réputation, e-advocacy, cartographie des leaders d'opinion[23]
  • Conseil et services sur le sport et l'éthique (integrity sport)[24]

Pour réaliser ces différentes prestations, l'ADIT dispose de consultants spécialisés en fonction des secteurs, des langues et des réseaux dans les zones géographiques suivantes : Asie, Moyen-Orient, Amérique latine et Europe de l'Est. L'ADIT dispose par ailleurs de bureaux de représentation en Chine, en Inde, en Argentine et en Irak. En effet, outre les experts internationaux qu'elle peut solliciter ponctuellement, l'ADIT a constitué depuis sa création un réseau de correspondants à travers le monde et chargés de faire de la veille technologique[25].

Le pôle intelligence territoriale[modifier | modifier le code]

Ce pôle opère depuis Strasbourg. Le concept d'intelligence territoriale est apparu en 2001, à l'issue de travaux engagés par l'ADIT en association avec la Datar et des agences de développement, révélant que les régions sont aujourd'hui des territoires de référence pour la mise en œuvre des initiatives d'intelligence économique, pour l'essentiel à destination des PME-PMI. Pour y répondre, l'ADIT conçoit un ensemble de prestations spécifiques destinées à recenser les potentiels d'un territoire, d'identifier les technologies clés, les nouveaux domaines d'activité porteurs de richesse, d'innovations et d'emplois. Pour ce faire, l'ADIT met en place et dirige des études prospectives, des programmes locaux d'intelligence économique, des portails ou plateformes d'intelligence territoriale. Enfin, l'ADIT aide à la décision et accompagne le développement stratégique des PME à l'international en créant et en animant des services d'intelligence économique au sein des Chambres de commerce et d'industrie en France[26].

Depuis sa création, ce pôle de l'ADIT a développé une mission de service public en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères et européennes et le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[27]. Elle assure notamment la diffusion de certains articles et rapports préparés au titre de la veille scientifique et technologique réalisée par les services scientifiques des ambassades, pour lesquels elle joue le rôle d'un opérateur technique (administration d'un portail internet et d'un système d'abonnement gratuit à des bulletins de veille pays ou thématiques) et pédagogique (formation des équipes formant ces services, notamment les volontaires internationaux du ministère des Affaires étrangères et européennes).

Historiquement, l'activité d'édition, de publication et de diffusion de ces informations se décline avec les Bulletins électroniques : Rapports d'ambassades[28].

Toutes les publications sont mises à la disposition des chercheurs et des entreprises établis en France et dans l'espace francophone. La consultation mensuelle, en 2010, des Bulletins électroniques d'Ambassades a dépassé 1 000 000 visiteurs uniques (critère LOLF).

L'ADIT assure par ailleurs :

  • la valorisation internationale de la science et de la technologie française[29] ;
  • la mise en place d'une hotline pour offrir aux ambassades un accès aux informations et compétences de l'ADIT.

Le pôle management et gestion du risque[modifier | modifier le code]

L'ADIT intervient également sur les risques de gouvernance (éthique, compliance, corruption[30]...), les risques de déstabilisation (atteinte à la réputation, campagnes de dénigrement…), les risques « produits » (lutte anti-contrefaçon[1]…).

L'ADIT s'entoure d'experts sur des marchés situés dans des zones instables et dont les compétences permettent d'appréhender le contexte sécuritaire et d'anticiper leurs évolutions, d'évaluer l'efficacité des moyens de prévention/protection et d'émettre des recommandations[31]. Ces experts réalisent des audits sur sites, et apportent leur savoir-faire dans la maîtrise opérationnelle de ces risques en leur apportant une aide matérielle, par exemple en Irak avec le Centre Français des Affaires de Bagdad[32].

Le pôle Ethique des Affaires[modifier | modifier le code]


Direction[modifier | modifier le code]

Président du conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Directeur général[modifier | modifier le code]

Président directeur général[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Avis de la Commission des participations et des transferts n° 2011-AC-1 du 1er février 2011 relatif au transfert au secteur privé de l'ADIT », sur http://www.legifrance.gouv.fr/
  2. Adit, « ADIT | leader européen de l'intelligence stratégique », sur www.adit.fr (consulté le 11 octobre 2019)
  3. Décret no 92-472 du 25 mai 1992 portant création de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 123, 27 mai 1992, p. 7161, NOR RESY9200139D, sur Légifrance.
  4. Décret no 2001-1213 du 19 décembre 2001 autorisant l'établissement public de l'État dénommé « Agence pour la diffusion de l'information technologique » à faire apport de son patrimoine à une société anonyme portant le même nom, portant dissolution de cet établissement public et autorisant le transfert au secteur privé de la propriété de cette société, JORF no 296, 21 décembre 2001, p. 20282, texte no 4, NOR ECOT0151997D, sur Légifrance.
  5. « Sofred Consultants », sur www.sofred.fr
  6. « L'ADIT et Sofred Consultants jouent la carte de la complémentarité », dans La Lettre du cadre territorial, no 362, 1er juillet 2008.
  7. « centre français des affaires de bagdad - La France en Irak », sur http://www.ambafrance-iq.org (consulté le 3 février 2016)
  8. « L'ex-Directeur de la sécurité de Michelin va aider les entreprises en Irak », sur http://www.helios-detective.com
  9. « Ces hommes d'affaires français qui risquent leur vie en Irak », sur Challenges (consulté le 3 février 2016)
  10. Centre français des affaires de Bagdad, sur le site de l'ambassade de France en Irak.
  11. Avis relatif au transfert au secteur privé de la société Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 125 du 2 juin 2010, p. 10082, texte no 126, NOR ECET1013955V, sur Légifrance.
  12. a et b « Butler reprend l'ADIT », sur https://www.challenges.fr/
  13. a et b « Salvéo-Adit : des ambitions de leader « dans les grands émergents » », sur http://www.lemoci.com/
  14. « L'Adit met en place l'Alliance Européenne d'Intelligence Stratégique », sur http://www.portail-ie.fr/
  15. « L'ADIT bras diplomatique de l'Etat », sur http://www.lalettrea.fr/
  16. « Entreprise & Diplomatie », sur http://www.entrepriseetdiplomatie.fr/
  17. « Weinberg Capital Partners acquiert l’ADIT, leader français de l’intelligence économique », sur Journal finance, blockchains, distributed ledgers, innovation (consulté le 20 janvier 2016)
  18. « Intelligence économique : Weinberg remplace Butler dans l'Adit », sur lesechos.fr (consulté le 20 janvier 2016)
  19. « Bpifrance | Servir l'avenir », sur www.bpifrance.fr (consulté le 20 janvier 2016)
  20. « Intelligence économique en France en 2013 », sur https://www.youtube.com
  21. « La lutte contre la falsification de médicaments », sur http://formations.univ-paris13.fr/
  22. « La contrefaçon : comment lutter ? », sur http://www.picardie.fr/
  23. « Diplomatie digitale », sur http://www.diplomatie-digitale.com/
  24. « ADIT », sur http://www.adit.fr/
  25. « Veille stratégique et PME - Comparaison des politiques gouvernementales de soutien », sur https://books.google.fr/
  26. « Compte rendu Commission des affaires économiques - Mercredi 12 décembre 2012 », sur http://www.assemblee-nationale.fr/
  27. « Ministère Enseignement et Recherche - Lien ADIT », sur http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr
  28. « Rapports d'ambassades », sur www.bulletins-electroniques.com
  29. « Diffusion des études scientifiques et techniques réalisées par les ambassades françaises », sur http://www.senat.fr/
  30. « Safran - Conformité commerciale », sur http://www.safran-group.com/
  31. « Alliance Européenne d'Intelligence Stratégique - ADIT », sur http://www.alliance-esia.com
  32. « Ces hommes d'affaires français qui risquent leur vie en Irak », sur https://www.challenges.fr/
  33. Décret du 21 septembre 1992 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 220 du 22 septembre 1992, p. 13155, NOR RESY9200372D, sur Légifrance.
  34. Décret du 3 juillet 1996 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 159 du 10 juillet 1996, p. 10415, NOR MENH9601768D, sur Légifrance.
  35. Décret du 15 janvier 1999 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 13 du 16 janvier 1999, p. 822, NOR MENT9803278D, sur Légifrance.
  36. Décret du 10 décembre 2001 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 290 du 14 décembre 2001, p. 19872, NOR RECT0100305D, sur Légifrance.
  37. Décret du 18 décembre 1992 portant nomination du directeur général de l'agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 295 du 19 décembre 1992, p. 17418, NOR RESY9200566D, sur Légifrance.
  38. Décret du 27 décembre 1994 portant nomination du directeur général de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 300 du 28 décembre 1994, p. 18621, NOR RESB9401628D, sur Légifrance.
  39. Décret du 11 décembre 1997 portant nomination du directeur général de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 290 du 14 décembre 1997, p. 18079, NOR MENH9703234D, sur Légifrance.
  40. Décret du 13 décembre 2000 portant nomination du directeur général de l'Agence pour la diffusion de l'information technologique, JORF no 289 du 14 décembre 2000, p. 19901, NOR RECT0073091D, sur Légifrance.
  41. Philippe Caduc a été reconduit à la tête de l'ADIT pour trois ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]