Sous-marin nucléaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lors du lancement du SNA USS Phoenix (SSN-702) de la classe Los Angeles le 8 décembre 1979 au chantier naval Electric Boat de Groton, on distingue les trois premiers SNLE de la classe Ohio à divers stades d'achèvement.

Un sous-marin nucléaire est un navire sous-marin à propulsion nucléaire navale.

Terminologie[modifier | modifier le code]

L'expression sous-marin nucléaire, qui désigne la source d'énergie du navire, est parfois confondue avec la nature de son armement; un sous-marin à armement nucléaire est plutôt désigné comme sous-marin nucléaire lanceur d'engins. Le premier a été le USS Nautilus (SSN-571) entré en service en 1955.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un projet 941 « Akula ». Le plus gros sous-marin du monde.

De fait de leur système de propulsion, leur autonomie est limité essentiellement à la résistance de leurs équipages et leurs capacités de maintenance sans moyens extérieurs.

Les records de vitesse et de plongée pour des sous-marins de combat sont détenus par des bateaux de la marine soviétique ayant une coque en titane. Un bateau nommé successivement K-18/K-162 puis K-222 (code OTAN : classe Papa) à obtenu lors de ces essais le record officiel avec 44,7 nœuds (82,78 km/h) le 18 décembre 1970 et à atteint de manière non-officielle 44,85 nœuds (83,06 km/h) le 30 mars 1971[1] et le record de plongée est atteint par le K-278 Komsomolets le 4 août 1984 avec une immersion à 1 027 m [2]. Les six SNLE du projet 941 « Akula » (code OTAN : Classe Typhoon) mis en service entre 1981 et 1989 étant les plus imposants au monde avec un déplacement en surface d'environ 23 000 t[3]. La classe la plus prolifique a été la classe Los Angeles de l'United States Navy avec 62 unités mise en service entre 1976 et 1996.

Classification[modifier | modifier le code]

Les sous-marins nucléaires sont groupés selon leur utilisation dans trois grandes catégories. On distingue :

Il existe également des sous-marins nucléaires expérimentaux ou dédiés à des missions spéciales, tels le NR-1 américain retiré du service en 2008 et les trois classes de submersibles soviétiques puis russes équivalents[4] classés comme « station nucléaire de plongée profonde de 1er rang »[5].

Sous-marin nucléaire d'attaque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sous-marin nucléaire d'attaque.
Le Saphir (S602) dans la rade de Toulon. La classe Rubis des Forces sous-marines françaises est la plus petite des SNA au monde.

Les sous-marins nucléaires d'attaque (abrégé en SNA ou SSN) sont des sous-marins destinés à des missions de protection et de projection de puissance.

Sous-marin nucléaire lanceur d'engins[modifier | modifier le code]

SNLE Type 094 de la marine chinoise avec ses puits de lancement ouvert.

Les sous-marin nucléaires lanceurs d'engins (abrégé en SNLE ou SSBN) sont de très grande taille et dotés de divers types de missile à changement de milieu aérodynamique, dont des missiles balistiques stratégiques à charge nucléaire. Ces missiles peuvent être lancés en plongée.

Ce type de sous-marin est un outil essentiel de dissuasion nucléaire: naviguant silencieusement près des côtes ennemies, il permet une frappe nucléaire de riposte.

Sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière[modifier | modifier le code]

Tir d'un P-5 Piatiorka depuis un bateau de la classe Echo II de la marine soviétique.

Les sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière (SNA ou SSGN) sont des lanceurs de missiles de croisière destinés à la protection des forces navales et la projection de puissance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) < « K-18/K-162/K-222 », sur http://www.deepstorm.ru (consulté le 21 mars 2017).
  2. (ru) Alexey Matveev, « Оборона укрепляется на уровне штабов », sur http://vpk-news.ru/,‎ (consulté le 21 avril 2017).
  3. « La marine russe conserve un dernier SNLE du type Typhoon< », (consulté le 21 mars 2017).
  4. (en)Thomas Nilsen, Igor Kudrik, Alexandre Nikitin, « The Russian Northern Fleet Nuclear-powered vessels », sur Bellona, (consulté le 5 avril 2013)
  5. « Mini sous-marins », sur Sous-marin soviétique (consulté le 5 avril 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]