Épécamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épécamps
Église près d'une ferme.
Église près d'une ferme.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Doullens
Intercommunalité Communauté de communes du Bernavillois
Maire
Mandat
Jean Deramecourt
2014-2020
Code postal 80370
Code commune 80270
Démographie
Population
municipale
5 hab. (2014)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 48″ nord, 2° 09′ 21″ est
Altitude Min. 75 m – Max. 146 m
Superficie 1,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Épécamps

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Épécamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épécamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épécamps

Épécamps est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France. Le village compte 5 habitants pour une superficie de 1,6 km2. La plus grande ville située à proximité est Abbeville situé à 23 km au sud-ouest du village.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les terres communales sont argileuses, peu filtrantes. Une épaisse couche de marne se trouve sous la terre végétale.

Le sol est pratiquement plat, le village étant situé sur un plateau élevé.

En 1899, aucun cours d'eau ni aucun marais n'étant sur la localité, l'unique puits communal procure une eau venant du dessous de la couche marneuse. L'eau destinée aux animaux provient alors d'une mare centrale[1]'[2].

Situation[modifier | modifier le code]

Les communes voisinant le village sont Domesmont au nord, Vacquerie ancienne commune rattachée à Bernaville à l'est, Gorges au sud et Lanches-Saint-Hilaire au sud-ouest[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village viendrait de Spissus Campus[1].

Il s'est aussi écrit Especamp et Épécamp[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1137 est attestée la présence d'un prieuré des chanoines de saint Augustin dont on ignore la date de fondation[3]'[1].

Cet établissement sera vendu en 1791, comme bien national. Les derniers vestiges ont disparu en 1895[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1947 Onésime Lebrun    
1947   Gaston Doue    
1947 1953 Arthur Dupont    
1953 1982 Léon Deramecourt    
1982 en cours Jean Deramecourt   Réélu pour le mandat 2014-2020[4], [5]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 habitants, en diminution de -28,57 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
48 45 53 67 60 58 63 70 75
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
70 68 67 54 56 47 46 36 32
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
37 36 28 26 21 20 23 20 9
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
7 10 13 12 12 11 8 5 5
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-la-Nativité, avec son cimetière, près d'une ferme. Cette chapelle existait au XIIe siècle avec son prieuré. Les biens ont été vendus en 1791. Elle sert de grange depuis sa désaffectation[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Petit, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0112614135434Xlf1H/1/1
  3. http://www.alainmoules.com/EPECAMPS/epecamps.htm
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 12 août 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 128 (ASIN B000WR15W8).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]