Élections législatives algériennes de 1991

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Précédent 1987 Drapeau de l'Algérie 1997 Suivant
Élections législatives algériennes de 1991
26 décembre 1991
Type  Algerian legislative election
Silver - replace this image male.svg
Front islamique du salut – Abdelkader Hachani
Voix 3 260 359
  
47,3 %
Sièges obtenus 188
Chadli.jpg
Front de libération nationale – Chadli Bendjedid
Voix 1 613 507
  
23,4 %
Sièges obtenus 15
Ait ahmed 1958.jpg
Front des forces socialistes – Hocine Aït Ahmed
Voix 510 661
  
7,4 %
Sièges obtenus 25
Élu

Les élections algériennes à l'assemblée nationale de 1991 furent organisées dans le cadre du processus de démocratisation organisé par le président Chadli Bendjedid, à la suite notamment des événements du 5 octobre 1988. La hausse du prix de la vie et le chômage avait provoqué à l'époque d'importantes émeutes dans les villes algériennes, que l'ANP avait durement réprimées (plus de 200 morts). Le président avait fait adopter l'année suivante par référendum une nouvelle constitution algérienne instaurant un régime parlementaire et respectant davantage les droits fondamentaux. Dès l’adoption de la nouvelle Constitution, il est prévu que durant le mandat de Chadli Bendjedid qui s’achève fin 1993, des élections communales, législatives et présidentielles auront lieu.

De nouveaux partis politiques et de nouvelles associations voient le jour pendant la période la démocratisation que connait l’Algérie. Le Front Islamique du Salut est légalisé le 10 mars 1989.

Les élections communales, premières élections libres dans l’histoire algérienne, sont organisées le 12 juin 1990. Elles sont massivement remportées par le FIS (57 % des voix) qui fait alors pression dans les villes qu'il contrôle pour l'instauration de règles islamiques (fin de la mixité, fermetures des débits d'alcool, obligation du port du voile....). De nombreux actes de violences sont perpétrés sur ceux qui refusent de respecter les règles édictées par le FIS.

Les élections législatives de 1991 organisées en 2 tours au scrutin majoritaire sont une nouvelle victoire pour le FIS qui obtient près de 48 % de suffrages dès le premier tour et se prépare déjà à gouverner le pays.

Le second tour n'aura jamais lieu.

Devant le risque réel que représente le FIS (qui souhaitait l’instauration d'un califat islamiste en Algérie), les généraux de l'ANP organisent un coup d’État et s'emparent du pouvoir le 11 janvier 1992.

L'armée fut déployée à Alger et dans la plupart des grandes ville du pays. L’État d'urgence fut instauré et le parlement dissous. Une violente répression s’abattit contre le FIS et les élections législatives furent annulées, après le premier tour, par le Haut Comité d'État (HCE) accédant à la direction du pays à la suite de la démission du président de la république Chadli Bendjedid.

Le pays allait connaitre près de 10 ans de guerre civile entre l’État et les groupes armées islamistes (voir guerre civile algérienne).

Les premiers résultats indiquèrent que le Front islamique du salut était en passe de remporter 2/3 des sièges permettant de modifier la constitution algérienne, mettant fin à un règne de parti unique de près de 30 ans (celui du Front de Libération National). Sur les 430 sièges, 231 furent remportés avec une majorité des votes dès le premier tour; sur les 199 restants le vote devait se faire au meilleur des deux candidats restants.

Résultats par partis[modifier | modifier le code]

Parti Voix Pourcentage Sièges
Front islamique du salut 3 260 359 47,3 % 188
Front de libération nationale 1 613 507 23,4 % 15
Front des forces socialistes 510 661 7,4 % 25
Mouvement de la société pour la paix 368 697 5,3 % 0
Rassemblement pour la culture et la démocratie 200 267 2,9 % 0
Mouvement de la renaissance islamique 150 093 2,2 % 0
Mouvement pour la démocratie en Algérie 135 882 2,0 % 0
Parti du renouveau algérien 67 828 1,0 % 0
Parti national pour la solidarité et le développement 48 208 0,7 % 0
Parti social démocrate 28 638 0,4 % 0
Mouvement Algérien pour la Justice et le Développement 27 623 2,6 % 0
Autres partis 176 332 2,6 % 0
Indépendants 309 624 4,5 % 3
Total 6 897 906 100 % 231

Participation : 7 822 625 (59 %)
Votes exprimés : 6 897 906 (52 %)

Résultats du FIS par régions[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Algeria elections 91 by province.svg
Inconnu
Non décidé
Majorité non-FIS
FIS 50 %
FIS

Les points d'interrogation indiquent les wilayas dans lesquels la répartition des sièges ne fut pas déterminée par le premier tour.

Wilaya Sièges au FIS Total des sièges
Adrar 0 3
Aïn-Defla 8 8
Alger 16 16
Annaba  ?  ?
Batna 8 8
Bechar  ?  ?
Bejaia 0 11
Biskra 4 4
Blida 9 9
Bordj-Bou-Arreridj 4 4
Bouira 6 7
Boumerdes 6 6
Chlef 9 9
Constantine 8 8
Djelfa 5 5
El-Taref 0 1
El-Oued 3 4
Ghardaia 1 5
Guelma  ?  ?
Illizi 0 3
Jijel 7 7
Khenchela 0 1
Laghouat 1 2
Mascara 7 7
Médéa 9 9
Mila 8 8
Mostaganem 1 1
M'Sila 9 10
Naama 1 1
Oran 11 11
Ouargla 4 4
Oum-El-Bouaghi 4 4
Relizane 8 8
Saida 1 2
Setif 13 14
Sidi Bel Abbes 2 2
Skikda 1 1
Souk Ahras  ?  ?
Tamanrasset 0 2
Tebessa  ?  ?
Tiaret 4 4
Tindouf  ?  ?
Tipaza 3 3
Tissemsilt  ?  ?
Tizi Ouzou 0 12
Tlemcen 7 8