Aller au contenu

Saïda (Algérie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saïda
Saïda (Algérie)
Noms
Nom arabe سعيدة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Saïda
Daïra Saïda[1]
Code postal 20000
Code ONS 2001
Démographie
Population 128 413 hab. (2008[2])
Densité 1 698 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 50′ 00″ nord, 0° 09′ 00″ est
Altitude 868 m
Min. 730 m
Max. 1 230 m
Superficie 75,62 km2
Localisation
Localisation de Saïda
Localisation de la commune dans la wilaya de Saïda.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
Saïda
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
Saïda
Géolocalisation sur la carte : Algérie (nord)
Voir sur la carte topographique d'Algérie (nord)
Saïda

Saïda (en arabe : سعيدة-el OUGBANE ) est une commune d'Algérie et chef-lieu de la wilaya de Saïda, située dans le nord-ouest de l'Algérie. Elle est surnommée la ville des eaux, grâce à ses sources.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est localisée en Algérie du nord-ouest, à 800 mètres d'altitude, à la source des oueds Oukrif et Saïda, sur les contreforts sud de la chaîne de montagne de l'Atlas située en bordure nord des Hauts Plateaux du Sud Oranais. La ville s'étire juste en bordure du versant méridional de l'Atlas qui la protège des vents du nord. La ville s'élève par escarpements depuis le fond de la vallée jusqu'à une élévation de quelque 1 200 mètres.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Saïda est situé au centre géographique du territoire de la wilaya de Saïda et â 75 km au sud de Mascara, à 164 km au sud-est d'Oran, à 190 km à l'est d'Oujda et à 461 km à l'ouest d'Alger.

Rose des vents Sidi Bel Abbes 95 km Mascara 75 km Tiaret 152 km Rose des vents
Telagh 77 km N
O    Saïda    E
S
Mecheria 157 km Ain Sekhouna 88 km

Situation[modifier | modifier le code]

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville de Saïda est située à 830 mètres d'altitude dans la vallée de l'oued Saïda entre les monts de Saida à l'est et les monts de Daïa à l'ouest. L'oued Saïda borde la ville par l'ouest. Un autre cours d'eau bordait la ville par l'est, l'oued Oukrif, aujourd'hui disparu et englouti par l'extension de la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

Station météorologique de Saida, relevé des températures moyennes (période : 1983-2012)
relevé des précipitations moyennes (période 1975-2000)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,8 2,5 5 7 10 14 17 18 15 11,5 7,5 4,5 9,6
Température moyenne (°C) 8,9 8,7 11,5 14 18 23 26,5 27 22,5 18,2 12,7 9,7 16,8
Température maximale moyenne (°C) 17 15 18 21 26 32 36 36 30 25 18 15 24,1
Précipitations (mm) 38,8 37,9 46,6 37,3 26,5 12,4 3,4 10,2 15,6 36,6 33,5 36,8 335,6
Source : 3e colloque international sur les sols non saturés (UNSAT Batna 2015) - PATHOLOGIE DES SOLS DANS LA REGION DE SAIDA [1] - Quantification Et Evolution Du Bilan De La Nappe Karstique De Saida (Nord-Ouest De l’Algerie) - European Scientific Journal February 2016 edition vol.12, No.9 [2]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
17
3,8
38,8
 
 
 
15
2,5
37,9
 
 
 
18
5
46,6
 
 
 
21
7
37,3
 
 
 
26
10
26,5
 
 
 
32
14
12,4
 
 
 
36
17
3,4
 
 
 
36
18
10,2
 
 
 
30
15
15,6
 
 
 
25
11,5
36,6
 
 
 
18
7,5
33,5
 
 
 
15
4,5
36,8
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la route nationale 6 qui permet de rejoindre Mascara au nord et Bougtoub au sud. La RN92 conduit à Sidi Bel Abbès au nord-ouest et Aïn Skhouna au sud-est. Un aérodrome avec une piste de 1 300 m, a été construit à Aïn Zeghat à 5 km au nord mais il n'a toujours pas été inauguré[3].

Un prolongement de la pénétrante autoroutière de Mascara est prévue pour desservir la ville de Saïda.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ville a été desservie par la ligne de chemin de fer d'Oran à Bechar avec une première section d'Arzew à Saïda inaugurée le avant d'être prolongée vers Ain Sefra puis Béchar le . L'ouverture d'une nouvelle section entre Ras El Ma et El Biod a changé le tracé de la ligne d'Oran à Béchar qui ne passe plus par Saïda depuis 2009 mais par Sidi Bel Abbes.

Dans le cadre de la création de la ligne de chemin de fer « rocade des hauts plateaux », Saïda est reliée depuis 2017 à Sidi Bel Abbes depuis Moulay Slissen, qui permet de rejoindre Oran en 2h30 au lieu de 4h30 comme par le passé. Une seconde ligne vers l'est en direction de Tiaret et Boughezoul est en cours de construction.

Aéroport[modifier | modifier le code]

La ville dont l"aéro-club a été inauguré en 1933 est dotée d'une piste bitumée de 1 200 mètres rénovée en 2008 mais elle ne possède pas d’aérodrome.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville était un site d'une importance militaire conséquente depuis la construction d'un fort romain. Saïda était une forteresse de l'émir Abd el-Kader, le résistant algérien qui a fait brûler la ville quand l'armée française s'est approchée le . Elle tombe finalement aux mains des Français à l'automne 1844. Le centre de colonisation est créé par ordonnance le .

La Saïda moderne fut fondée comme un poste militaire français avancé et a hébergé le 2e régiment de la Légion étrangère française. Sa croissance a été stimulée par l'arrivée de la voie ferrée Oran-Colomb-Béchar en 1862. Elle devint une commune autonome le .

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[4]
1954 1960 1966 1977 1987 1998 2008
18 85621 39633 49762 06480 825113 533128 413

Économie[modifier | modifier le code]

Une zone industrielle de 71 hectares est créée au nord de la ville. L'eau minérale Saïda créée en 1967 et rachetée par le groupe privé Yaïci a longtemps été leader sur le marché algérien[5].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

La ville de Saida possède une université depuis 2009 dénommée Université: Dr Tahar Moulay. À l'origine, ce fut une école normale supérieure créée en 1986, devenue un centre universitaire en 1998[6].

Enseignement scolaire[modifier | modifier le code]

La ville de Saïda compte onze lycées qui sont : Lycée Ibn Sahnoun ElRachedi, Lycée Berhou Mohamed, Lycée Bouamama, Lycée Bouanani Eldjilali, Lycée Touhami Mustapha, Lycée Chaouch Abdelhamid, Lycée Tandjaoui Ahmed, Lycée Abdelmoumen, Lycée Kadi Mohamed, Lycée Madani Bouziane, Le Nouveau Lycée.

Elle compte aussi dix neuf (19) collèges (CEM) et cinquante deux(52) écoles primaires.

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Les langues parlées à Saïda sont majoritairement l'arabe algérien et accessoirement le français. Le français est parlé par la catégorie lettrée de la population : enseignants, journalistes, artistes, fonctionnaires… Enfin, le tamazight est très peu parlé dans cette région. Les Kabyles ne le parlent que rarement en public. Son usage est réservé à la sphère privée. En général, le contexte sociolinguistique de cette région n'est pas si différent de celui du contexte sociolinguistique oranais.

Sport[modifier | modifier le code]

La ville de Saida compte un club de football local qui traduit l'enthousiasme sportif de la population locale; le club a aussi une section de handball: Le Mouloudia Club de Saïda créé en 1947, vainqueur de la coupe d'Algérie en 1965. Il évolue en 2011/2012 en première division du championnat algérien de Football. Le Mouloudia Club de Saïda: doyen du handball algérien, il est créé en 1958. Il évolue en 2010/2011 en première division du championnat algérien de Handball ayant obtenu le titre de champion d'Algérie en 2016.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Independent Saidéen[modifier | modifier le code]

Club de football fondé dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la IS portaient les couleurs vert et Blanc.

Racing Club Saidéen[modifier | modifier le code]

Club de football fondé dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la RCS portaient les couleurs noir et blanc.

Football Club Saidéen[modifier | modifier le code]

Club de football fondé en 1912 dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la FCS[7] portaient les couleurs Blanc et Mauve.

Gaité Club Saida[modifier | modifier le code]

Club de football fondé en 1918 dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la GCS[8] portaient les couleurs Bleu et Blanc, papillon rouge.

Gallia Club Saidéen[modifier | modifier le code]

Club de football fondé en 1920 dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la GCS portaient les couleurs vert et Blanc.

Football Club Musulman Saidéen[modifier | modifier le code]

Club de football fondé en 1926 dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la FCMS portaient les couleurs vert et Blanc.

Union Sportive Musulmane Saidéenne[modifier | modifier le code]

Club de football fondé dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la USMS portaient les couleurs Blanc et noir. Le président du club en 1 janvier 1933 est M.Mazonni Mohamed. Correspondant M.Bachir Mouley

Mouloudia Club Saïda[modifier | modifier le code]

Club de football fondé en 1947 dans la ville de Saïda par des amateurs du sport et du football, les équipes du la GCS portaient les couleurs vert et rouge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret executif n° 91-306 du 24 août 1991 fixant la liste des communes animées par chaque chef de daïra. 21 - Wilaya de Saïda », Journal officiel de la République Algérienne, (consulté le ), p. 1305
  2. « Wilaya de Saïda : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  3. « Saïda: Aïn Teghat attend l'aérodrome », sur www.lequotidien-oran.com (consulté le )
  4. 1954 à 1967 : Secretariat au Plan, 2e recensement général de la population de 1977/ 1987 à 2008 : Office National des Statistiques
  5. « Quand l’eau Saïda se ressource – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  6. « Fondation de Université de Saida - Université de Saida Dr. Moulay Tahar », sur Université de Saida Dr. Moulay Tahar (consulté le ).
  7. « L'Écho sportif de l'Oranie : hebdomadaire sportif et artistique : automobile, aéronautique, cyclisme, art, hippisme, gymnastique, tir, sports… », sur Gallica, (consulté le ).
  8. « Tous les sports : paraissant le lundi et le vendredi matin », sur Gallica, (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étude hydrogéologique des Monts de Saida, Clair André, Alger, 1952
  • Eugène Fromentin, Une année dans le Sahel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :