Parti du renouveau algérien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti du renouveau algérien
Présentation
Secrétaire général Kamel Bensalem
Fondation 1989
Siège Alger
Idéologie Libéralisme, islamisme
Représentation
Assemblée populaire nationale (Algérie)[2]
0  /  407
[1]

Le Parti du renouveau algérien (PRA) est un parti politique libéral algérien[3], de sensibilité islamiste[4] créé en 1989 par Noureddine Boukrouh, à la suite de l'ouverture de l'Algérie au multipartisme[5]. Selon Saïd Bouamama[6], Noureddine Boukrouh se serait inspiré du « père spirituel de l'islamisme algérien », Malek Bennabi ; Boukrouh estimera quant à lui que Bennabi « n'a rien à voir » avec l'islamisme[7].

Soufiane Djilali, président du parti Jil jadid, fut secrétaire général du parti sous la présidence de Noureddine Boukrouh, de 1989 à 1999[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le PRA subit une période d'instabilité en 1999 et les années suivantes, à la suite du départ de Nourddine Boukrouh. Ainsi, en 2004, le parti se retrouve avec deux hommes au poste de secrétaire général, M. Torkmane (élu lors du 4e congrès en 2000) et M. Menaï[9].

En aoüt 2018, le Secrétaire général du parti, Kamel Bensalem, soutient le principe d'un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika dans le cadre de l'élection présidentielle algérienne de 2019[10]. Cependant, après l'élection du président Abdelmadjid Tebboune en , candidat qu'il a soutenu[11], il salue, le , les manifestants du Hirak qui « réclamaient le départ de l'ancien système qui avait consacré la médiocrité, les pratiques négatives, la corruption, la Hogra (mépris), la marginalisation et l'accaparement des richesses du peuple ». À cette occasion, il se déclare disponible pour apporter sa contribution à la révision de la Constitution[12].

En , Kamel Bensalem suscite l'indignation en accusant publiquement les étudiants des universités de Tizi Ouzou et de Bejaïa d’ « intelligence avec l’étranger »[13].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Aux élections de 2002, le PRA a obtenu 0,1 % des voix, et ne compte qu'un seul député à l'Assemblée populaire nationale. En 2007, il obtient 4 sièges avec 1.80 % des voix. Lors des élections législatives de 2012 et 2017, le PRA dispose d'un siège, avec 1.27 % des voix en 2012[14],[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.apn-dz.org/legislature_7/french/liste_fr_aprt_pol.php?mat_parti=25
  2. http://www.apn-dz.org/legislature_7/french/parti_fr.php
  3. Zaater Miloud, L'Algérie de la Guerre à la Guerre (1962-2003), Paris, L'harmattan, , p.137
  4. http://www.iremmo.org/wp-content/uploads/2016/02/2011.rouadjia.pdf Ahmed Rouadjia, L'Algérie, un an après l'élection de Liamine Zeroual, site iremmo.org, consulté le .
  5. (en) Augustus Richard Norton, Civil society in the Middle East. 2 (2001), Leyde, BRILL, , 353 p. (ISBN 9004104690, lire en ligne), p.83
  6. Saïd Bouamama, Algérie: les racines de l'intégrisme, éditons EPO, 2000, page 248
  7. La réponse de Noureddine Boukrouh aux papiers de Mondafrique, site mondafrique.com, 16 février 2018.
  8. Soufiane Djilali : l’opposant de toujours, site lexpressiondz.com, 16 janvier 2020.
  9. Parti du renouveau algérien, El Watan, 8 novembre 2004.
  10. http://www.aps.dz/algerie/77527-15-partis-politiques-lancent-l-initiative-de-la-continuite-pour-la-stabilite-et-la-reforme, Agence APS, 15 août 2018.
  11. La rencontre de la villa de Tixeraïne, site lexpressiondz.com, 1er décembre 2019.
  12. Révision de la Constitution: le PRA y participera avec des propositions "fortes", Agence APS, 7 mars 2020.
  13. « Intelligence avec l’étranger » : Le président du PRA accuse gravement les étudiants de la Kabylie, site observalgerie.com, 6 mai 2020.
  14. Annuaire des députés: Résultats de recherche, site de l'APN, consulté le .
  15. Appartenance Partisane: PARTI DU RENOUVEAU ALGERIEN, site de l'APN, consulté le .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Soufiane Djilali, Que veut le PRA ? : histoire d'une démocratie refusée, Alger, coéditions PRA-Microédit, 1993.