Église presbytérienne (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Presbyterian Church (U.S.A.) (PC (USA) - Église presbytérienne (États-Unis)) est la principale dénomination presbytérienne aux États-Unis. Elle est issue de l'union de l'Église presbytérienne aux États-Unis (Presbyterian Church in the United States, dite l’Église presbytérienne du Nord) et de l'Église presbytérienne unie aux États-Unis (United Presbyterian Church in the United States of America, dite l’Église presbytérienne du Sud), toutes deux issues des missions de l'Église d'Écosse parmi les premiers colons. Elle est membre de l'Alliance réformée mondiale. Elle comptait environ un million quatre cents mille membres fin 2014[1] .

Historique[modifier | modifier le code]

Sous l'influence des propriétaires d'esclaves, une partie de l’Église presbytérienne justifie au XIXe siècle l'esclavage des noirs aux États-Unis[2]. C'est l'occasion d'un schisme en 1861 au moment du début de la Guerre de sécession, entre l'église presbytérienne nordiste et l'église presbytérienne sudiste[3]. Ce sont ces deux églises qui se réunissent en 1983 pour former l'Église presbytérienne (États-Unis).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques tirées du site de l’Église presbytérienne (États-Unis).
  2. John Keegan, La guerre de Sécession, Perrin, , 516 p. (ISBN 9782262032494)
  3. Hall 1982, p. 111.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) General Assembly, Book of Order, The Rules of Discipline, Louisville, Presbyterian Church (U.S.A.), .
  • (en) Russell E. Hall, « American Presbyterian Churches—A Genealogy, 1706–1982 », Journal of Presbyterian History, vol. 60,‎ , p. 95–128
  • (en) Bradley J. Longfield, Presbyterians and American Culture: A History, Louisville, Kentucky, Westminster Johh Knox Press, (lire en ligne)
  • (en) Jennifer Oast, « 'The Worst Kind of Slavery': Slave-Owning Presbyterian Churches in Prince Edward County, Virginia », Journal of Southern History, vol. 76, no 4,‎ , p. 867–900.

Sources[modifier | modifier le code]