Yvonne Picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yvonne Picard est une philosophe française née le 1er août 1920 à Athènes et morte à Auschwitz où elle a été déportée comme résistante le 9 mars 1943. Elle est la sœur de Gilbert Charles-Picard et la fille de l'archéologue Charles Picard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yvonne Picard nait le 1er août 1920 à Athènes où son père, l'égyptologue Charles Picard dirige alors l'École française[1].

Licenciée de philosophie à 19 ans, c'est en étudiant la philosophie marxiste qu'elle adhère au communisme[1]. Elle donne des cours à l'École normale supérieure de jeunes filles[1].

Elle intègre le groupe Socialisme et Liberté fondé par Jean-Paul Sartre en 1941. Elle entre dans la Résistance, mais afin d'éviter que ses parents s'inquiètent, elle leur laisse son adresse. Quand, en mai 1942, la police trouve sur le carnet d'un Franc-tireur partisan arrêté la mention « 1-8-10 Athènes » (la date et le lieu de naissance d'Yvonne Picard), le rapprochement est fait avec elle[1]. La police se présente au domicile de ses parents et son père, Charles Picard, indique où elle se trouve en toute confiance, n'imaginant pas qu'avec sa position (il est alors membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres) sa famille puisse être inquiétée[1].

Yvonne Picard est arrêtée le 18 mai[2] ou le 18 juin 1942 avec son fiancé dont le nom de famille est Étiévent et qui est fusillé en août 1942[1]. Malgré les interventions de son père, elle ne sera pas libérée[1]. Elle fait partie du convoi quittant la gare de Compiègne le 24 janvier 1943 pour le camp d'Auschwitz[2] où elle reçoit le numéro 31 634[1]. Atteinte de dysenterie dès son arrivée, elle est particulièrement déprimée[1]. Elle meurt au revier du camp le 9 mars 1943[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • « Le Temps chez Husserl et chez Heidegger », Deucalion, 1946, no 1, p. 93-124 ; réédition La Liberté de l'esprit, 1987, no 16, p. 279-289 ; réédition Philosophie, no 100, 2009, présenté par Daniel Giovannangeli
  • Alphonde de Waelhens, Jean Wahl, Aimé Patri, Yvonne Picard, « Remarques sur une nouvelle doctrine de la liberté », Deucalion, 1946, no 1, p. 75-92

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Levinas, « Yvonne Picard », La liberté de l'esprit, Visages de la Résistance, La Manufacture, 1987, no 16, p. 277-278.
  • Emmanuel Levinas, Noms propres : Agnon, Buber, Celan, Delhomme, Derrida, Jabès, Kierkegaard, Lacroix, Laporte, Picard, Proust, Van Breda, Wahl, Fata Morgana, 1976
  • Bianca Lamblin, « L'Histoire d'Yvonne Picard », Esprit, mai 1992, p. 88-101
  • Dominique Desanti, Ce que le siècle m'a dit : mémoires, Plon, 1997
  • Simone de Beauvoir, La Force des choses, Gallimard, 1963

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Charlotte Delbo, Le Convoi du 24 janvier, Éditions de Minuit,‎ 1965 (réédité en 2002), 304 p. (ISBN 2-7073-1638-5), p. 230-231.
  2. a et b Plaque commémorative.