Charles Picard (archéologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'archéologue. Pour l'homme politique, voir Charles Picard.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picard (homonymie).

Charles Picard, né le 7 juin 1883 à Arnay-le-Duc et mort le 15 décembre 1965 à Paris, est un historien et archéologue français spécialiste de la Grèce antique.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est directeur de l'École française d'Athènes dans les années 1920[1]. Professeur d'archéologie classique à la Faculté des lettres de Paris de 1934 à 1955, il fut directeur de l'Institut d'art et d'archéologie de 1937 à 1961.

L'œuvre principale de Charles Picard est le Manuel d'archéologie grecque : la sculpture, vol. I (VIIeVIe siècle av. J.-C.), publié en 1935. Il complète le second fascicule du volume IV (IVe siècle av. J.-C.) en 1963. Charles Picard est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1932.

Famille[modifier | modifier le code]

Son fils Gilbert Charles-Picard est un éminent spécialiste de l'Afrique romaine. Son petit-fils Olivier Picard est également helléniste et membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 2009.

Charles Picard est aussi le père de la philosophe et résistante Yvonne Picard née en 1920 et morte en déportation à Auschwitz en 1943[1]. Lorsque la police se présente à son domicile en 1942 pour avoir l'adresse de sa fille il la donne sans s'inquiéter, n'imaginant pas qu'avec sa position sa famille pourrait avoir des problèmes[1]. Il tentera par la suite, vainement, de faire libérer sa fille[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Charlotte Delbo, Le Convoi du 24 janvier, Éditions de Minuit,‎ 1965 (réédité en 2002), 304 p. (ISBN 2-7073-1638-5), p. 230-231.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Lebègue, « Éloge funèbre de M. Charles Picard, membre de l'Académie », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 110e année, N. 1, 1966. p. 1-6 lire en ligne