Ver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ver (homonymie).
Ver
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « ver » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Un ver
Un ver
Taxons concernés
  • Voir texte
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Verre (homonymie) et Vert (homonymie).

Les vers constituent un groupe très hétérogène d'animaux invertébrés qui partagent une caractéristique commune, à savoir un corps mou, flexible, de forme allongée et ne comportant aucune partie dure. Leur morphologie, adaptée autant à la vie parasitaire qu’à des modes de vies autonomes et libres, leur permet de coloniser une large gamme d’environnements terrestres et aquatiques.

Le terme désigne[modifier | modifier le code]

  • La forme primitive d'organisation des bilatériens. Les trois groupes d'animaux (vers ronds, vers plats et vers annelés) présentent une symétrie bilatérale fondamentale. Leur apparition, sans doute au tout début du cambrien (ère primaire), marque une étape importante de l'évolution des êtres vivants. Malgré leur apparente simplicité, ils inaugurent un nouveau type d'organisation anatomique qui sera ensuite repris par toutes les autres espèces animales. Les différents tissus ou organes spécialisés, proviennent de l’un des trois feuillets embryonnaires (endoderme, mésoderme et ectoderme) inaugurés par ces vers.
  • La forme larvaire de divers insectes et même parfois de l'imago (adulte), lorsqu'il est aptère, comme le ver luisant.

Systématique[modifier | modifier le code]

Place des vers dans le monde animal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bilatérien.

Systématique classique[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les vers formaient un immense embranchement très hétérogène, regroupant toutes les formes animales molles, à corps étroit et allongé, et dépourvues de membres.

Y étaient inclus les vers plats (Platyhelminthes), les nématodes (némathelmintes), et les vers annelés (annélides), et en outre d'autres groupes isolés, tels les rotifères, les chétognathes, les bryozoaires, etc.

Systématique moderne[modifier | modifier le code]

Les vers ne forment pas un groupe systématique en ce sens qu'ils ne sont pas un groupe monophylétique. En effet, on désigne par ce nom plusieurs animaux :

Les deux premiers embranchements présentent quelques formes libres, mais ils sont essentiellement parasitaires (ascaris, douve du foie, ténia, bilharzie, etc.). Les annélides en revanche, sont plus indépendants. Certains se déplacent activement, quand d’autres vivent de façon sédentaire, dans une grande variété de milieux aquatiques ou terrestres.

Ces formes primitives illustrent l'adage « l'ontogenèse récapitule la phylogenèse ».

Vers plats[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Platyhelminthes.

Les vers plats comprennent à la fois des espèces mobiles comme la planaire et des espèces parasites telles que le ténia, dit « ver solitaire » ou la douve du foie.

L'embranchement regroupe trois classes : les turbellariés (planaire), les trématodes et les cestodes (tous deux parasites).


Vers ronds[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nematoda.

Les vers ronds regroupent plusieurs variétés relativement simples de vers non segmentés, dont plusieurs espèces sont nuisibles pour les cultures et d'autres des parasites pour l’homme et le bétail.

Plus de la moitié de ces vers sont libres et vivent dans la mer, en eaux douces et dans le sol. Ils peuvent être carnivores, détritivores ou consommer des végétaux. Les autres formes sont parasites et particulièrement bien protégées contre les défenses de leur hôte.

L'embranchement compte deux classes : les nématodes, dont le type est l'ascaris, en représentent la quasi-totalité. L'autre petite classe des nématomorphes, sont des parasites d'arthropodes.


Vers annelés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Annelida.

Le ver segmenté est un animal invertébré, souvent vermiforme, constitué d’anneaux appelés métamères, très semblables entre eux et contenant chacun des organes de tous les appareils. Ils sont dépourvus de pattes articulées, mais les métamères portent généralement des extensions (parapodes ou soies), qui leur permettent d’exécuter toute une gamme de mouvements, y compris nager et creuser la terre.

Les trois classes de vers à anneaux se distinguent en fonction du volume de parapodes ou de soies grâce au suffixe « chète » (du grec khaitê, crinière) :

  • Les polychètes (grec polus, beaucoup) ;
  • Les oligochètes (grec oligoi, peu nombreux) ;
  • Les achètes (préfixe a, privatif) ou hirudinées, qui possèdent un nombre restreint de segments et dont seuls les premiers portent des ventouses, au moyen desquelles ils se fixent pour manger.

Ses représentants les plus célèbres sont le lombric (ou ver de terre) et la sangsue, sans oublier la bonellie (ou ver marin), au dimorphisme sexuel remarquable.


Vers de palme[modifier | modifier le code]

Ver de palme. Ver de couleur jaunâtre se trouvant principalement dans les pays tropicaux. Il est possible de manger ces vers en enlevant la tête du ver (partie noire). [réf. souhaitée]

Formes d'insectes[modifier | modifier le code]

Certaines larves d'insectes ont une apparence de ver, comme le ver blanc qui est en fait la larve d'un coléoptère, ou le ver à soie qui n'est autre que la chenille du bombyx du mûrier.

Certaines formes adultes aptères sont aussi appelées vers, telle la femelle du lampyre, que l'on appelle ver luisant en raison de sa luminescence dans le noir.


Parasitisme[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Helminthe et Ver parasite.

Nombreux sont les vers qui peuvent être, à l'état adulte ou larvaire, parasites de l'homme ou des autres animaux.

Dans le groupe des vers plats, on trouve par exemple le ténia, les bothriocéphales, la douve, la bilharzie. Dans les vers ronds, ascaride, oxyure, trichocéphale, ankylostome, strongle, trichine, filaire

En général, les vers habitent les organes digestifs (ténia), plus rarement les muscles (trichines et cysticerques), le cerveau (cénures), le foie et le poumon (échinocoques)

Le ver du cœur est un parasite mortel chez le chien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]