Toronto Rock and Roll Revival Festival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toronto Rock and Roll Revival
Toronto Peace Festival
Genre Rock and roll, Blues rock, Jazz-rock fusion, Hard rock, Rock psychédélique
Lieu Varsity Stadium, Université de Toronto (Toronto) Drapeau du Canada Canada
Période 13 septembre 1969
Capacité 20 000 personnes
Date de création 1969
Fondateurs John Brower, Kenny Walker
Collaborations D.A. Pennebaker, Bo Diddley, Jerry Lee Lewis, Chuck Berry, Little Richard, Gene Vincent, John Lennon, Yoko Ono, Eric Clapton, Alice Cooper, The Doors, Chicago Transit Authority, Tony Joe White, Cat Mother & the All Night Newsboys, Junior Walker & All Stars, Doug Kershaw, Screaming Lord Sutch, Noyau, Milkwood, Whiskey Howl

Le Toronto Rock and Roll Revival Festival (aussi appelé Toronto Peace Festival) est un festival de rock, qui s'est déroulé le 13 septembre 1969 au Varsity Stadium de l'Université de Toronto, mettant en vedette un certain nombre d'artistes populaires des années 1950 et 1960 (Jerry Lee Lewis, Chuck Berry, Bo Diddley, Little Richard, Gene Vincent), ainsi que des groupes plus actuels (The Doors, Alice Cooper, Chicago Transit Authority)[1].

Le festival est particulièrement connu pour la performance de John Lennon et Yoko Ono, avec leur groupe le Plastic Ono Band, qui a abouti à la sortie de leur album live, Live Peace in Toronto 1969. Le festival a également fait l'objet d'un film réalisé par D.A Pennebaker, sorti en 1971 sous le titre Sweet Toronto/Keep On Rockin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le festival, que le magazine américain Rolling Stone a qualifié de "second plus important évènement de l’histoire du rock and roll", est produit par John Brower et Kenny Walker, deux promoteurs canadiens. Kim Fowley, artiste reconnu dans les années 1960, est engagé pour présenter les artistes[2]. Ce dernier suggère de faire venir John Lennon à Toronto. En effet, trois jours avant le show, les promoteurs n'ont vendu que 2 000 tickets pour le Varsity Stadium qui compte 20 000 places et on s'accorde à dire que seul un Beatle pourrait les sauver d'un désastre. Brower contacte Lennon pour savoir s'il serait disposé à être le maître de cérémonie. Ce dernière accepte qu'à la seule condition qu'il puisse se produire sur scène avec un groupe[3]. Brower accepte l'offre et envoie rapidement des billets d'avion en première classe pour John et Yoko, Klaus Voormann, Alan White et Eric Clapton, le road-manager des Beatles, Mal Evans et l'assistant de Yoko, Anthony Fawcett.

Les médias, y compris les stations de radio, refusent dans un premier temps de croire Brower et les ventes de billets ne bougent pas, jusqu'à ce qu'un promoteur de Detroit, Russ Gibb, diffuse l'enregistrement de la conversation téléphonique entre Brower et Lennon. Cette annonce provoque une véritable ruée de dernière minute sur les billets et remplit le stade universitaire au cours de l'après-midi de l'événement, qui atteint une audience de 20 000 spectateurs. À leur arrivée, John et Yoko sont escortés depuis l'aéroport de Toronto en limousine par 80 motards chargés de la sécurité. Bo Diddley Jerry Lee Lewis, Chuck Berry, Little Richard, Gene Vincent, The Doors, Alice Cooper, Chicago Transit Authority, Tony Joe White, Cat Mother & the All Night Newsboys, Junior Walker & All Stars, Doug Kershaw, Screaming Lord Sutch, Noyau, Milkwood, et Whiskey Howl sont également prévus au programme.

Avant que Lennon ne monte sur scène, celui-ci nerveux vomit en coulisses. Afin d'atténuer son trac, Fowley demande alors aux spectateurs d'allumer des briquets. C'est la première fois que cette pratique est mise en œuvre durant dans un concert et est depuis devenu une tradition dans le monde musical.

Le festival est également l'occasion pour Alice Cooper et son groupe d'être découvert pour la première fois par le public canadien et américain, grâce au soutien du chanteur Frank Zappa. Leur prestation, datant de leur débuts, avant que son interprète ne devienne l'une des figures de proue du hard rock deviendra célèbre en raison d'un groupe de fans éméchés qui lancèrent un poulet vivant sur la scène. Cooper s'en saisit, et, pensant que la foule allait le laisser voler au-dessus d'elle, le relance. L'oiseau tombe dans les premières rangées de la foule qui s'en empare et le déchiquette littéralement. L'évènement fera le tour de la presse américaine grandissante et sera très vite répertorié comme le kill the chicken qui prétendra que Cooper aurait crié ces mots. Zappa conseille au groupe de ne pas nier, prenant conscience de l'importance publicité que cela pourrait lui apporter, mais Cooper niera toujours avoir tenu ces propos, déclarant qu'il n'aurait jamais voulu ça[4]. Cette scène, d'une durée de 15 minutes, a été filmée par Pennebaker et sortira en 1970.

The Doors sont chargés de clôturer le festival. Un enregistrement pirate de leur performance inclus un solo du guitariste Robbie Krieger jouant la mélodie et le refrain de la chanson des Beatles, Eleanor Rigby au milieu de la chanson Light My Fire. Jim Morrison entame leur dernière chanson, The End en déclarant à l'audience qu'il est "honoré d'être sur la même scène que les illustres génies de la musique" qui avaient précédé le groupe. Leur manager Bill Siddons, refusera l'autorisation à Pennebaker de filmer le concert, obligeant l’équipe de tournage à ranger son matériel au début de la prestation. Des années plus tard, Pennebaker admettra, au cours d’une interview pour le magazine Rolling Stones, que l’un de ses plus grands regrets sera de ne jamais avoir pu filmé les Doors. Malgré tout, des séquences montrant Morrison et Ray Manzarek à l'intérieur d'une limousine, ainsi que Morrison discutant sur le côté de la scène pendant la performance de Chuck Berry, seront les seules tournées ce jour-là et apparaîtront dans le documentaire Sweet Toronto/Keep On Rockin en 1971. Ce concert sera aussi la dernière prestation du groupe à Toronto, avant la mort de Morrison en 1971.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Le réalisateur D.A Pennebaker, réputé pour avoir tourné le documentaire Dont Look Back sur la tournée britannique de Bob Dylan en 1965 et le film Monterey Pop sur le Festival international de musique pop de Monterey en 1967 a filmé le festival. Le documentaire qui en résulte, Sweet Toronto/Keep On Rockin est sorti en 1971.

En raison de l'implication de Pennebaker, la plupart des performances ont été enregistrées et filmées, ce qui engendrera la publication de nombreux enregistrements officiels ou pirates et de films.

Les artistes[modifier | modifier le code]

  • Bo Diddley :
  1. Bo Diddley
  2. Have Mercy
  3. Hey Bo Diddley
  4. Live It Like You Feel It
  5. Love Is Strange
  6. Mona
  7. Unknown Titles


  • Jerry Lee Lewis :
  1. Don't Be Cruel
  2. Hound Dog
  3. I Got a Woman
  4. Great Balls of Fire
  5. Mystery Train
  6. Whole Lotta Shakin' Goin' On
  7. Jailhouse Rock


  • Chuck Berry :
  1. Rock and Roll Music
  2. Nadine
  3. School Days
  4. Medley : Johnny B. Goode/Carol/Promised Land
  5. Hoochie Coochie Man
  6. Maybellene
  7. Memphis, Tennessee
  8. Too Much Monkey Business
  9. My Ding-a-Ling
  10. Reelin' and Rockin'
  11. Sweet Little Sixteen
  12. Wee Wee Hours
  13. Bonsoir Chérie
  14. Johnny B. Goode


  • Alice Cooper :
  1. No Longer Umpire
  2. Reflected
  3. Today Mueller
  4. 10 Minutes Before the Worm
  5. Levity Ball
  6. Nobody Likes Me
  7. B.B. on Mars
  8. Sing Low, Sweet Cheerio
  9. Changing, Arranging
  10. Fields of Regret
  11. Lay Down and Die, Goodbye
  12. Don't Blow Your Mind


  • Chicago Transit Authority :
  1. Introduction
  2. South California Purples
  3. 25 or 6 to 4
  4. Does Anybody Really Know What Time It Is ?
  5. I'm a Man
  6. Questions 67 & 68
  7. Liberation
  8. Beginnings


  • Little Richard :
  1. Blueberry Hill
  2. Lucille
  3. Good Golly Miss Molly
  4. Rip It Up
  5. Tutti Frutti
  6. Keep on Knockin'
  7. Hound Dog
  8. Jenny Jenny
  9. Long Tall Sally


  • John Lennon and the Plastic Ono Band :
  1. Blue Suede Shoes
  2. Money (That's What I Want)
  3. Dizzy Miss Lizzy
  4. Yer Blues
  5. Cold Turkey
  6. Give Peace a Chance
  7. Don't Worry Kyoko (Mummy's Only Looking for Her Hand in the Snow)
  8. John, John (Let's Hope for Peace)


  • The Doors :
  1. When the Music's Over
  2. Break On Through (to the Other Side)
  3. Medley : Back Door Man/Maggie M'Gill/Roadhouse Blues/Back Door Man (reprise)
  4. The Crystal Ship
  5. Wake Up
  6. Light My Fire
  7. The End

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1970: Alice Cooper
  • 1971: Keep on Knockin'
  • 1988: Sweet Toronto/Keep on Knockin' (vidéo et DVD)
  • 1991: The Story of Rock and Roll" (Jerry Lee Lewis)
  • 1991: Keep on Knockin' (Little Richard)
  • 1991: Rock and Roll Music (Chuck Berry)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toronto Rock & Roll Revival Promotional Handbill;www.wolfgangsvault.com.
  2. Fowley was also at the time Gene Vincent's record producer. See Harvey Kubernick, Kim Fowley: John Lennon's Toronto Revival Interview with Kim Fowley, April 10, 2009; www.sonicboomers.com.
  3. Lewisohn, p. 332.
  4. (en) Interview de Cooper du 19 juin 2003, reproduite sur le site du journal The Independant.

Sources[modifier | modifier le code]