Saxi-Bourdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saxi-Bourdon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Saint-Saulge
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Nivernais
Maire
Mandat
Jean-Philippe Gauthier
2014-2020
Code postal 58330
Code commune 58275
Démographie
Population
municipale
305 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 32″ N 3° 29′ 21″ E / 47.0588888889, 3.48916666667 ()47° 03′ 32″ Nord 3° 29′ 21″ Est / 47.0588888889, 3.48916666667 ()  
Altitude Min. 248 m – Max. 357 m
Superficie 18,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saxi-Bourdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saxi-Bourdon

Saxi-Bourdon est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saxi-Bourdon est une commune située dans le canton de Saint-Saulge, aux confins du Bazois et des Amognes, à la limite sud de ce qu'on appelle les Vaux de Montenoison, une dépression qui court à la bordure ouest du massif de Saint-Saulge et du Bazois. À l'est se trouvent donc les hauteurs du Bois Joly et à l'est se dressent les hauteurs du Bois Château.

La commune est bordée au nord par la route de Nevers à Saint-Saulge. Elle est reliée au sud par Rouy ou par Billy-Chevannes à la route de Nevers à Autun.

Le territoire est un "patchwork" de prairies où sont élevées les bovins et les moutons, et de champs de céréales. Les "rues" sont bordées de noyers et de haies qui donnent à ce village une allure délicieusement bucolique. Saxi-Bourdon est arrosée de nombreux cours d'eau dont le ruisseau de Trougny et celui de la Queue de l'Étang qui se jettent dans la Canne, affluent de l'Aron. La Canne, venant de Jailly, traverse la commune sur quelques centaines de mètres, baigne les pieds du manoir de Pontillard et arrose l'Étang Neuf et son vieux moulin.

Autour du bourg de Saxy qui accueille l'église, la mairie école et la salle des fêtes Saint Léger, la population est répartie entre de nombreux hameaux. Au sud se trouve le plus peuplé, plus peuplé que le bourg centre : il s'appelle "les Simonots" du surnom qui était donné à une très nombreuse famille qui habitait ce lieu autrefois dénommé "les Tannières". Pornat, les Loges, le Bois de Fourcherenne, la Queue de l'Etang, Merlanveau forment des hameaux de moindre importance. Mais il faut aussi citer Pontillard, Percy, Trougny, les Champs Bourdiaux, les Champs Canon, les Brossas, l'ancienne paroisse de Narloup autres lieux habités.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jailly Saint-Saulge Rose des vents
Bona N Rouy
O    Saxi-Bourdon    E
S
Billy-Chevannes

Histoire[modifier | modifier le code]

On sait peu de choses sur les origines de Saxy-Bourdon (que l'on écrit maintenant Saxi-Bourdon). Une voie romaine secondaire traversait le territoire venant de Rouy et allant vers Huez(Bona). Au IXe siècle, l'édit de Pistes conseilla aux seigneurs de construire des maisons fortifiées. Ce qui fut sans doute à l'origine des 6 "mottes" féodales recensées par l'archéologue Magdelaine. À Lathenon se trouvent les traces de l'une d'entre elles.
Le territoire, à partir du Xe siècle aurait été partagé entre deux seigneureries, celle des Saint Saulge qui possédaient le château de Fourcherenne et celle des de Saxy.

L'histoire est mieux connue à compter de la fin du XIVe siècle. Le château de Fourcherenne qui aurait été bâti en dur vers cette époque sera transformé par Pierre du Verne, l'un des maîtres d'Hôtel de Jean de Clamecy, le comte de Nevers. Ce château passera de père en fille, des du Verne aux Fontenay puis aux Babute avant d'être acheté en 1628 par Florimond Rapine, conseiller et procureur général du Duc de Mantoue. Son fils Pierre achètera en 1640 la seigneurie de Saxy réunissant ainsi les deux seigneuries. Elles demeureront dans la famille Rapine jusqu'à la Révolution.

Acheté lors de la Révolution par un nommé Vincent, le château de Fourcherenne fut ensuite vendu à Durand de Faÿe et resta dans cette famille en passant à chaque génération de père en fille jusqu'à Mme Longchampt Dulignier actuelle propriétaire. Deux des propriétaires furent maires de Saxy-Bourdon, Durand la Faye et Pellecier.

Au cours du XIXe siècle l'histoire de Saxy Bourdon est analogue à celle de beaucoup de petites communes. Le curé constitutionnel Bernard Antoine Frébault fut le premier maire élu en 1790. La population fut invitée à manifester son zèle révolutionnaire. C'est ainsi que fut exploitée de façon intensive le salpêtre que produisaient les murs de l'église, au risque de la mettre en péril!

En 1795, sous le Directoire, la commune perdit sa mairie et dépendit un temps de la "municipalité" cantonale de Rouy.

Bonaparte rétablit la municipalité dans chaque commune et jusqu'à 1815, celle de Saxy Bourdon fut dirigée par le maire Amable des Ulmes, le châtelain de Trougny. Pendant les Cent-Jours, Pierre Courtoux fut élu maire bonapartiste mais n'eut pas le temps de siéger.

Sous les règnes de Louis XVIII et Charles X se succédèrent le meunier Nicolas Melaine et le notaire François Javon.

Au lendemain des "trois Glorieuses" le ministre Guizot avait nommé Durand de Fâÿe. Mais les élections de 1830 portèrent un nommé Jean Grizard, meunier du foulon de Pontillard, à la mairie. Une cabale dénoncée par les supporters de Grizard aboutit cependant: Grisard est débarqué par le préfet qui nomme....Durand la Faÿe! Celui-ci restera en poste jusqu'en 1848

En 1848 ce sont les républicains qui l'emportèrent. Ils portèrent à la tête de la mairie Jean Baptiste Grizard, le fils de l'ancien maire. Belle revanche mais de courte durée puisque le Président de la République Louis Napoléon Bonaparte le révoque dès le 21 février 1850.

À la veille du coup d'État de 1851, les républicains inquiets se mobilisent dans des sociétés secrètes. Le Général Pellion procède dans le département à de nombreuses arrestations préventives. Plusieurs habitants de Saxy Bourdon sont arrêtés: Philibert Trameçon, Marcel Jolly, Edme Courtoux dit "Fortuné"- pourtant le fils de l'ancien maire bonapartiste - et Jean Baptiste Grisard, l'ancien maire tenu par le juge Lassier de Saint Saulge comme l'un des meneurs du mouvement dans la canton. Ces deux derniers sont condamnés à être "transportés" en Afrique.

Pendant toute la durée du Second Empire, la commune fut dirigée par Louis Petit dit "Louiset" puis par Pellecier, fils d'un général du 1er Empire. Avec le retour de la République, c'est "Fortuné" Courtoux qui devient maire. C'est sous son majorat qu'en 1885 la mairie décida de démonter le clocher en bois de l'église qui menaçait ruine. Les cloches furent descendues et installées pendant plusieurs décennies sur des bâtis en bois sur le parvis de l'église. Cette installation originale fit le bonheur des photographes et vendeurs de cartes postales.

À la mort de "Fortuné" lui succéda un maire modéré, Jean Bernard, jusqu'en 1900. À cette date c'est la gauche radicale et socialiste qui emporte les élections municipales. Trois maires de cette tendance se succèdent: Jean Gaudry jusqu'à sa mort en 1906, Jean Baptiste Briland, le cabaretier, puis Edme Fleury qui sera le maire pendant la Première Guerre Mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Philippe Gauthier   Agriculteur
1989 2001 Jean Richet    
1956 1989 Robert Championnat    
1942 1956 Simon Gauthier    
1934 1942 Edme Bernard    
1919 1934 Felix Courtoux    
1912 1919 Edme Fleury    
1906 1912 Jean Baptiste Briland   Cabaretier
1900 1906 Jean Gaudry radical  
1896 1900 Jean Bernard    
1876 1896 Edme Courtoux    
1872 1876 Edme Petit    
av 1865 1872 Philippe Pellecier   Médecin
1852   Louis Petit dit Louiset    
1850 1852 Charles Durand de Faÿe    
1848 1850 Jean Grisard fils   Meunier
1835 1848 Charles Durand de Faÿe    
1831 1835 Jean Baptiste Grisard   Meunier
oct 1830 déc 1831 Charles Durand de Faÿe    
1820 1830 François Javon   Notaire
oct 1815 oct 1820 Nicolas Melaine    
les 100 Jours   Pierre Courtoux    
1800 1815 Amable des Ulmes    
1791 1791 Louis Gaudry    
1790 1791 Bernard Antoine Frébault   Curé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 305 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
783 614 741 755 833 849 919 1 002 1 031
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 053 1 084 1 133 1 133 1 078 1 014 1 032 1 094 1 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
960 930 848 731 659 610 586 587 507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
508 436 340 281 263 273 287 305 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Fourcherenne, du XVe siècle, est le plus beau monument de Saxy.
  • Mais il existe aussi dans la commune, deux manoirs, celui de Pontillard et celui de Trougny.
  • L'église présente derrière l'autel une Pieta inscrite à l'inventaire supplémentaire et une chapelle dédiée à St Étienne par Étienne Masquin, le prêtre qui, au début du XVIIe siècle, a fait reconstruire l'église brûlée par les huguenots en 1570.
  • On peut aussi visiter "l'huilerie des Fleury" une bâtisse ancienne qui conserve les installations d'une huilerie dans laquelle pendant deux siècles fut fabriquée de l'huile de noix, de navette..).
  • Plusieurs lavoirs et fontaines pittoresques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

la famille commaille qui vie toujours dans le village de puis le 17 ème siecle

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

les descendants de jehan commaille notaire du roy sont venues dans cette commune vers le 17 ème siecle .il reste encore une branche dans le village aux simonos et aux bersa, la branche ainé ce trouve à la fermeté toujours dans la nièvre. le nom compler de la famille est commaille seigneur de fontenelle dont un membre fut plus connu sous le nom de françois commaille seigneur de fontenelle capitaine de la la garde écossaise du roi louis XIII

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie consultable aux Archives Départementales de la Nièvre[modifier | modifier le code]

  • "Monographie" de Jean-Marie Deguilloux (début de l'histoire)
  • "Saxy Bourdon au temps d'Étienne Masquin" par Jacques Fleury(1550-1668)
  • "La Maison des Fleury" (1650-1785) par Jacques Fleury
  • "Saxy Bourdon de 1785 à 1815" par Jacques Fleury
  • "Un Village se raconte" par Jacques Fleury (l'histoire de Saxy Bourdon au long du XXe siècle)