Saint-Laurent-de-Brèvedent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.
Saint-Laurent de Brèvedent
Le centre-bourg
Le centre-bourg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement du Havre
Canton Saint-Romain-de-Colbosc
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-Romain-de-Colbosc
Maire
Mandat
Patrick Busson
2014-2020
Code postal 76700
Code commune 76596
Démographie
Population
municipale
1 405 hab. (2011)
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 37″ N 0° 15′ 26″ E / 49.5269444444, 0.25722222222249° 31′ 37″ Nord 0° 15′ 26″ Est / 49.5269444444, 0.257222222222  
Altitude Min. 33 m – Max. 108 m
Superficie 7,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Laurent de Brèvedent

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Laurent de Brèvedent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent de Brèvedent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent de Brèvedent

Saint-Laurent de Brèvedent est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Laurentais.

Cette commune est située sur la rive droite de la Seine, à une quinzaine de kilomètres du Havre, dans le canton de Saint-Romain-de-Colbosc.

Elle est établie sur un plateau crayeux culminant à une centaine de mètres au-dessus du niveau de la mer, coupé en son milieu par une vallée où coule le Saint-Laurent.

Géographie[modifier | modifier le code]

La gare de Saint-Laurent - Gainneville, située sur le territoire de la commune, est sur la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom à Saint Laurent, patron de l'église. Le mot «Brèvedent» vient probablement des origines beber (castor) et daum (rivière), qu'on peut traduire par « rivière aux castors » [2].

Les premiers signes de présence humaine sont notés sur les pentes boisées du village, environ 5000 ans avant notre ère.

Le site s'est considérablement développé au Moyen Âge, avec la construction d'une première église au XIIe siècle. Seul subsiste encore son clocher, le reste ayant été entièrement reconstruit entre 1865 et 1879.

Une caractéristique rare est la présence d'une école dès le Moyen Âge, même si elle a fonctionné de manière irrégulière. Elle sera remplacée par un nouveau bâtiment en 1789, durant la Révolution, puis en 1892, et enfin en 1994.

La commune a connu un succès touristique local pendant la deuxième moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, l'ouverture de la gare ferroviaire en 1847 permettant aux habitants du Havre de venir s'y reposer le dimanche, dans de belles villas qui sont encore visibles dans le quartier « lotissement du Catillon » (surnommé aujourd'hui « Côte d'Azur »). Le calme de la campagne, loin des cibles industrielles et militaires, la relative proximité du Havre et la facilité d'accès, en feront un lieu de refuge sûr pour de nombreux citadins durant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Enfin, l'hydrologie joue un rôle important dans la commune, qui recèle de nombreuses sources. En 1854, une compagnie privée construisit la première station de captage. Puis, en 1881 la ville du Havre racheta les captages existants (Saint-Laurent, Les Pruniers et Catillon). Elle les utilise depuis pour alimenter environ un quart de ses habitants (le reste provenant des captages de Radicâtel à Saint-Jean-de-Folleville).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Laurent-de-Brèvedent

Les armes de la commune de Saint-Laurent-de-Brèvedent se blasonnent ainsi :
D’or à la bande ondée d’azur chargée de deux cercles d’or remplis à l’intérieur du premier d’un lion et du second d’une aigle, le tout d’or, accompagnée en chef d’un arbre de sinople et en pointe d’un castor de gueules. [3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1808 Jacques Martin
1808 1815 Jean-Placide Bréard
1815 1819 Alexandre de Houdetot
1819 1821 Jacques Bréard
1821 1830 Alexandre de Houdetot
1830 1848 Jacques Lenormand
1848 1854 Alexandre de Houdetot
1854 1866 Edmond de Houdetot
1866 1871 Hyacinthe Le Seigneur
1871 1875 Jacques Levasseur
1875 1932 Marquis de Houdetot
1934 1952 Georges Garcette
1952 1971 Alexandre Confais
1971 1977 Michel Lebas
1977 mars 2001 Jean Tugaut sans-étiquette
mars 2001 Jean Moreau sans-étiquette
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 405 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
544 503 570 585 573 587 665 677 625
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
584 643 594 540 550 550 583 610 612
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
586 609 612 655 625 672 681 978 894
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
883 836 930 1 358 1 447 1 489 1 444 1 433 1 405
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

l'église Saint-Laurent

L'église primitive a été construite pour Galeran, curé du lieu et doyen de la cathédrale de Rouen (confirmation du droit de patronage de l'abbaye de Boscherville en 1131).

L'église est signalée en mauvais état en 1713 : la voûte sous le clocher est en partie tombée, la couverture de la nef est considérablement dégradée, le mur nord menace de tomber en ruine. En 1845, l'abbé Cochet mentionne la nef du XIIe siècle, restaurée extérieurement, le clocher XIIe siècle et le chœur neuf. La nef est reconstruite en 1865 en conservant le clocher entre chœur et nef comme tour porche, par l'architecte Dauphine. Le chœur est construit en 1879 par les architectes Martin et Marical (plan en 1879).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site SNCF TER Haute Normandie : Gare de St-Laurent-Gainneville (consulté le 26 avril 2014)
  2. On notera à ce titre que beber ressemble phonétiquement à beaver (castor en anglais) et daum à don (rivière dans les langues germaniques et est-européennes).
  3. GASO - Banque du blason - 76596
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]