Adélaïde de Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adélaïde et Sainte Adélaïde.
Adélaïde de Bourgogne
Adélaïde de Bourgogne.
Adélaïde de Bourgogne.
Titre
Reine consort de Germanie
9517 mai 973
Prédécesseur Édith de Wessex
Successeur Théophano Skleraina
Impératrice consort du Saint-Empire
2 février 9627 mai 973
(11 ans, 3 mois et 5 jours)
Prédécesseur Anne de Provence
Successeur Théophano Skleraina
Biographie
Dynastie Welf
Date de naissance 931
Lieu de naissance Orbe
Date de décès 16 décembre 999 (à 68 ans)
Lieu de décès Seltz
Père Rodolphe II de Bourgogne
Mère Berthe de Souabe
Conjoint Otton Ier
Sainte Adélaïde
Image illustrative de l'article Adélaïde de Bourgogne
Sainte Adélaïde et le roi Otton, sculptures du Maître de Naumbourg, dans la cathédrale de Meissen
Canonisation 1097
par Urbain II
Vénéré par Église catholique
Église orthodoxe
Fête 16 décembre
Attributs impératrice donnant l’aumône et de la nourriture aux pauvres, souvent à côté d'un navire.
Sainte patronne des victimes d'abus, des mariées, des impératrices, des exilés, des problèmes en droit, de la parentalité, des parents de famille nombreuse, des princesses, des prisonniers, des seconds mariages, des beaux-parents, des veuves.

Adélaïde de Bourgogne[1] ou Adélaïde du saint Empire est née à Orbe (Urba) vers l'an 931, et morte à Seltz en 999. Adélaïde, parfois nommée Alice[2], fut reine consort de Germanie puis impératrice consort du Saint-Empire. Elle a été canonisée par l’Église catholique romaine en 1097 et est fêtée le 16 décembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du roi Rodolphe II de Bourgogne et de Berthe de Souabe, fille du duc Burchard II de Souabe, elle est mariée très jeune au roi d'Italie Lothaire. Selon une chronique, son beau-père, Hugues d'Arles, l'aurait aussi, semble-t-il, déshonorée « avant même qu'elle ne fût parvenue à la couche de son fils »...

Elle se retrouve bien vite veuve, son mari ayant probablement été empoisonné en 950 par Bérenger II, marquis d'Ivrée. Ce dernier prend le pouvoir à sa place et l'emprisonne. Mais la reine réussit à appeler à son secours le roi de Germanie Otton Ier qui intervient et détrône Bérenger en septembre 951. Séduit par sa beauté, Otton Ier, veuf depuis 946, finit par l'épouser, ils ont ensemble quatre enfants. En février 962, elle est couronnée impératrice avec son époux par le pape Jean XII à Rome. Elle met son influence auprès de l'empereur au service de l'Église et des pauvres. Elle favorise la réforme clunisienne.

Devenue une seconde fois veuve en mai 973, sa mésentente avec sa belle-fille Théophano provoque un premier éloignement de la cour par son fils Otton II. Après le décès de celui-ci en décembre 983, elle doit pourtant s'allier avec sa bru pour arracher son petit-fils Otton III, encore mineur, à la garde d'Henri le Querelleur.

De la mort de Théophano en juin 991 à la majorité d'Otton III en 995, elle assure la régence de l'empire.

On lui doit la fondation de nombreux monastères, notamment le monastère saint Martin de Tours et le monastère double de Seltz, où elle meurt le 16 décembre 999, l'année où son ami Gerbert d'Aurillac devient pape sous le nom de Sylvestre II.

Devenue sainte Adélaïde, elle est fêtée le 16 décembre dans le calendrier catholique.

Opéras[modifier | modifier le code]

Antonio Salvi a écrit en 1722 le livret d'un opéra intitulé Adelaide qui fut mis en musique notamment par Giuseppe Maria Orlandini, Antonio Vivaldi, Nicola Porpora ainsi que par Georg Friedrich Haendel - ce dernier sous le nom de Lotario.

Rossini a composé l'opéra « Adelaide di Borgogna » sur un livret de Giovanni Federico Schmidt. Il a été joué pour la première fois au Teatro Argentina de Rome le 27 décembre 1817.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Charles Cawley, « Burgundy kingdom, kings », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy,‎ 2006-2014.
  2. http://catholique-paris.cef.fr/465-Sainte-Alice.html