Rencontre de Kelly-Hopkinsville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La rencontre de Kelly-Hopkinsville désigne une hypothétique attaque de la ferme de la famille Sutton dans la nuit du 21 au 22 août 1955 par un groupe de « petites créatures lumineuses », près des localités de Kelly et de Hopkinsville, dans le Kentucky. Elle est généralement considérée comme un des grands classiques de l'ufologie.

Les faits[modifier | modifier le code]

Kelly-Hopkinsville(reconstitution).png

Le 21 août 1955, la famille Sutton (huit adultes et trois enfants), ainsi que Billy Ray Taylor, un ami de la famille, sont réunis dans la ferme familiale. Vers 19 h, Billy sort chercher de l'eau au puits (la ferme n'ayant pas de système d'eau courante à cette époque) et aperçoit un objet métallique et brillant qui plane doucement au-dessus de la ferme. Il finit par disparaître derrière un vallon. Rentrant rapidement dans le bâtiment, il raconte son observation à l'assistance, qui ne semble pas en croire un mot et ne prend même pas la peine de sortir pour aller vérifier ses dires.

Quelques minutes plus tard, le chien de la famille, resté à l'extérieur de l'habitation, commence à aboyer frénétiquement et finit par se réfugier sous la maison, manifestement terrorisé. Voulant vérifier, Billy Ray et Lucky Sutton sortent et inspectent les environs. Rapidement, ils aperçoivent une lueur derrière les fourrés entourant la ferme, cette lueur semblant se déplacer vers eux. Au bout de quelques secondes, ils distinguent une petite créature de type humanoïde, mesurant près d'un mètre, pourvue de grandes oreilles en pointe et de deux yeux émettant une forte lumière jaune, se dirigeant vers la ferme. Pris de panique, les deux hommes rentrent dans la ferme et ressortent après s'être armés d'un fusil de chasse et d'un revolver.

Retrouvant la petite créature à quelques mètres de la bâtisse, ils lui tirent dessus à bout portant. La créature se contente de basculer en arrière en émettant un étrange bruit métallique et court se cacher dans les buissons. Après avoir scruté les environs plusieurs minutes durant, Billy Ray Taylor et Lucky Sutton décident de retourner à l'intérieur de la ferme.

À peine rentrés, ils aperçoivent une autre créature les observant à travers une des fenêtres. Ils lui tirent également dessus, à travers la fenêtre. Ressortant, pour vérifier qu'ils l'ont effectivement touchée, Billy Ray et Lucky découvrent une autre créature perchée sur le toit et encore une autre juchée sur un des arbres jouxtant la maison. Ouvrant de nouveau le feu, les deux hommes voient les créatures « flotter » jusqu'au sol au lieu de tomber. Pendant plus de trois heures, les étranges créatures continuent d'apparaître, d'encaisser les décharges d'armes à feu et de flotter sous les yeux des douze témoins.

Vers 23 h, les témoins, complètement terrifiés, décident d'abandonner la ferme et fuient en voiture vers le commissariat d'Hopkinsville. Là, ils sont accueillis par le shérif qui, devant l'évident état de panique des Sutton, décide rapidement de retourner à la ferme avec des renforts. Une fois arrivé sur la propriété des Sutton, il constate la réalité de la fusillade qui s'y est déroulée (nombreux impacts de balles et de chevrotine sur l'ensemble du bâtiment). À h 15, après un examen minutieux de la ferme et de ses environs et n'ayant trouvé trace d'aucune petite créature, le shérif et ses hommes quittent la propriété des Sutton.

Vers h 30, les créatures refont leur apparition autour de la ferme. Jusqu'à l'aube, les témoins continuent de subir les « assauts » des petits humanoïdes, qui semblent insensibles aux nombreux tirs dont ils font l'objet. Ils disparaissent finalement au petit matin, sans plus jamais réapparaitre.

Témoignages[modifier | modifier le code]

Le shérif d'Hopkinsville attestera de la réalité de la fusillade sur la propriété des Sutton, ainsi que du réel état de panique des témoins et de leur état de sobriété. Les membres de la famille Sutton ne changèrent jamais de version et ne se contredirent jamais lors de leurs interrogatoires, même plusieurs années après les faits.

Aucun témoignage indépendant ne viendra corroborer les affirmations de la famille Sutton et aucune trace du passage des supposés humanoïdes ne sera trouvée.

Hypothèses explicatives[modifier | modifier le code]

Canular et/ou affabulation intéressée[modifier | modifier le code]

Dans les jours suivants l'évènement, de nombreux curieux se rendent à la ferme des Sutton. Le chef de famille tente alors de faire payer un prix d'entrée aux visiteurs. On peut donc soupçonner les Sutton d'avoir inventé toute cette histoire par intérêt financier, mais la nature particulièrement fruste et extrêmement religieuse de la famille Sutton, attestée par le shérif, rend la thèse d'une totale affabulation peu probable.

Le journal local Kentucky New Era a publié en 2003 (un demi-siècle après les faits) le récit d'un présumé témoin[réf. nécessaire], nommé Cansler, qui prétend avoir assisté aux événements. Selon lui, il s'agissait d'une blague faite par les frères Sutton avec un chat. Cette hypothèse a été surnommée la théorie du chat de Cansler (Cansler Cat Theory).

Confusion avec des oiseaux[modifier | modifier le code]

Renaud Leclet, membre du Comité Nord-Est des Groupements Ufologiques (CNEGU), a proposé que la ferme des Sutton ait été « attaquée » par un groupe de rapaces nocturnes particulièrement agressifs, tels les hiboux Grand-duc d'Amérique, défendant leurs petits[1]. Cette hypothèse permet de rendre compte de la grande majorité des éléments de ce cas, les autres détails pouvant être attribués au manque de fiabilité du témoignage humain[2],[3].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le scénario de Critters, film américain réalisé par Stephen Herek en 1986, est directement inspiré de cet incident.
  • The Legend of Zelda: Majora's Mask, jeu sur Nintendo 64 paru en 2000, est basé sur un schéma identique : Link doit abattre une bande de créatures tombées du ciel pour protéger le ranch Romani pendant toute une nuit, les envahisseurs finissant par disparaître à l'aube sans laisser de trace.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leclet, R., « Que cache les entités de Kelly-Hopkinsville ? », Plaquette du Cnegu,‎ 2008 (lire en ligne)
  2. (en) « The Kelly-Hopkinsville Encounter », sur Skeptoid,‎ 2012 (consulté le 28 août 2014)
  3. (en) Nickell, J., « Siege of ‘Little Green Men’: The 1955 Kelly, Kentucky, Incident », Skeptical Inquirer, no 30(6),‎ novembre/décembre 2006 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]