Prince des ténèbres (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prince des ténèbres.

Prince des ténèbres

Titre original Prince of Darkness
Réalisation John Carpenter
Scénario John Carpenter
Acteurs principaux
Sociétés de production Alive Films
Larry Franco Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Sortie 1987
Durée 102 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Prince des ténèbres (Prince of Darkness) est un film d'horreur américain de John Carpenter réalisé en 1987.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la demande d'un prêtre, le professeur Birack et plusieurs de ses étudiants entreprennent d'étudier un mystérieux cylindre de verre conservé dans une église désaffectée de Los Angeles. Les analyses de ces scientifiques les conduisent à penser que le liquide vert prisonnier de ce cylindre n'est autre que le fils de Satan attendant sa libération. Lorsqu'ils s'assoupissent, ils font tous le même rêve qui est en réalité un message envoyé par des scientifiques du futur les enjoignant à tout mettre en œuvre pour empêcher le Prince des ténèbres de revenir sur Terre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : Universal Pictures
Drapeau des États-Unis États-Unis : 23 octobre 1987
Drapeau de la France France : 20 avril 1988
  • Interdit au moins de 12 ans en France lors de sa sortie en salle.

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un succès commercial modéré, rapportant environ 14 182 000 $ au box-office en Amérique du Nord pour un budget de 3 000 000 $[3]. En France, il a réalisé 169 515 entrées[2].

Il a reçu un accueil critique mitigé, recueillant 47 % de critiques positives, avec une note moyenne de 5,1/10 et sur la base de 19 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1988, le film a reçu le prix de la Critique au Festival d'Avoriaz et est nommé au Saturn Award de la meilleure musique[5].

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

  • John Carpenter, n'aimant pas voir son nom apparaître plusieurs fois au générique d'un film, préféra se voir crédité comme scénariste sous le pseudonyme de Martin Quatermass, en clin d’œil au personnage Bernard Quatermass de la série télévisée The Quatermass experiment, réalisée par Val Guest en 1953, auquel il rend ainsi hommage[6].
  • Le personnage du prêtre que Donald Pleasance interprète porte le même nom qu'un autre de ses grands rôles : celui du psychiatre qui pourchasse Michael Myers dans la série des Halloween. Ce nom est d'ailleurs repris de Psychose, dans lequel Sam Loomis est l'amant de Marion Crane.
  • Le message envoyé dans les rêves des protagonistes a été réutilisé par DJ Shadow en 1996 pour son album Endtroducing.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Prince des ténèbres est l'un des films les plus angoissants de Carpenter. Dès le début, le spectateur sent la présence d'une lourde menace, qui suinte littéralement, comme le liquide vert suinte du cylindre. Les lieux où l'action est confinée (la crypte, les salles où les étudiants installent leur matériel) sont dépourvus de fenêtre. Cela ajoute à l'impression de claustrophobie à laquelle les étudiants doivent faire face : isolés progressivement de l'extérieur par les serviteurs du mal, et confinés à l'intérieur avec une entité menaçante essayant de refaire surface.

Les étudiants doivent comprendre le phénomène pour pouvoir le contenir, comme une sorte d'avant-garde de l'humanité face à l'entité diabolique se préparant à investir notre monde.

Le réalisme du film est accentué par la présence de second rôles, permettant l'identification aux personnages.

La menace indicible visant l'humanité entière renvoie à The Thing et à L'Antre de la folie, les deux autres films de Carpenter constituant avec Prince des ténèbres sa « trilogie de l'apocalypse ». Le lieu unique de l'action et l'état de siège renvoient encore à The Thing ainsi qu'à Assaut.

Le film dégage un certain pessimisme, l'héroïne se sacrifiant pour repousser la menace, et ce d'une façon qui ne semble malheureusement pas définitive.

Prince des ténèbres fait partie des films au budget modeste tournés par Carpenter après l'échec commercial des Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin. Carpenter tire toujours le meilleur parti pris lorsqu'il doit s'efforcer de faire un film avec un budget minimum (Dark Star, Assaut, Halloween, Invasion Los Angeles). Le film s'apparente à la série B, notamment par le casting, les maquillages et certains dialogues. Néanmoins, il est très abouti par son ambiance lourde et menaçante, et est souvent considéré comme l'un des meilleurs de Carpenter.[réf. nécessaire]

Trilogie de l'Apocalypse[modifier | modifier le code]

Prince des ténèbres est le second volet de ce que Carpenter nomme lui-même, sa « Trilogie de l'Apocalypse », le premier étant The Thing et le troisième L'Antre de la folie[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]