Paroisse de Stanley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stanley.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Stanley (Nouveau-Brunswick).
Paroisse de Stanley
Village de Stanley
Village de Stanley
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent York
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
aucun
aucun
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 903 hab. (2011 en diminution)
Densité 0,74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 02″ N 66° 44′ 12″ O / 46.283851, -66.73662246° 17′ 02″ Nord 66° 44′ 12″ Ouest / 46.283851, -66.736622  
Superficie 122 188 ha = 1 221,88 km2
Divers
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1310036
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Stanley

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Stanley

La paroisse de Stanley est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté d'York, à l'ouest de la province canadienne du Nouveau-Brunswick.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.
Edward Geoffrey Smith Stanley.

La paroisse est nommée ainsi en l'honneur de Edward Geoffrey Smith Stanley, 14e comte de Derby (1799-1869), qui a participé à l'établissement de la New Brunswick and Nova Scotia Land Company en 1833[1].

La paroisse comprend les hameaux de Boyds Corner, Centreville, Cross Creek, Currieburg, English Settlement, Giants Glen, Green Hill, Limekiln, Maple Grove, Mavis Mills, Red Rock, Sutherland Siding, Tay Falls, Tay Valley, Ward Settlement, Williamsburg, Upper Williamsburg et Woodlands. Rideout et Upper Cross Creek sont des points ferroviaires. McLaggan, Phoenix, Scotch Settlement, Tipperary et Tinkertown ont disparu.

Cross Creek s'appelait à l'origine Williamsburg Corner[2]. Il se peut que Currieburg soit nommé en l'honneur de William et John Currie, les premiers résidents, ou en l'honneur du premier maître des postes en 1905, Asa L. Currie[3]. Le nom d'English Settlement commémore l'arrivée des premiers colons originaires du Northumberland, en Angleterre. Il s'appelait à l'origine Limekiln, nom aujourd'hui porté par un autre hameau de la paroisse. Il a aussi porté le nom de Berwick mais ce dernier a été refusé car il y avait déjà un hameau du même nom dans la paroisse de Studholm[4]. Le nom de Giants Glen est une plaisanterie sur le fait que les premiers résidents avaient une petite taille. Le hameau était également connu sous le nom The Glen[5]. Limekiln tire son nom de la présence de fours à chaux dans le fond des lots d'English Settlement[6]. Maple Grove a porté le nom de Jewitts Brook jusqu'en 1914[7]. Mavis Mills est nommé ainsi en l'honneur de Mavis Mobbs, la fille d'un entrepreneur forestier des environs durant les années 1920[8]. Le nom de Red Rock fait référence à une berge rouge de la rivière Nashwaak[9]. Tay Falls et Tay Valley sont nommés ainsi d'après leur situation sur la rivière Tay, elle-même nommée d'après la plus grande rivière d'Écosse. Tay Falls s'appelait à l'origine Scotch Glen[10]. Ward Settlement est quant à lui nommé en l'honneur de Robert Ward, arrivé vers 1840 d'Angleterre[11]. Les noms de Williamsburg et d'Upper Williamsburg rendent plutôt hommage à James William, établi en 1861 mais qui déménagea plus tard à Keswick. À noter qu'une autre famille Williams s'est établie en 1862[12].

L'origine des noms de Boyds Corner, de Centreville, de Green Hill et de Sutherland Siding n'est pas connue.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villages et hameaux[modifier | modifier le code]

Le village de Stanley constitue le centre de la paroisse.

Woodlands se trouve à 11,7 km au sud de Stanley et à 2,3 km à l'est de Tay Mills. Il est accessible par le chemin Upper Woodlans via la route 620. Red Rock est situé à 5,3 km au sud-est de Stanley, le long du chemin Red Rock Branch. McLaggan et Tinkertown était situé tout près. Tay Falls se trouve à 6,1 km au sud de Stanley, au bord de la rivière Tay. Il est accessible par le chemin Tay Valley via le chemin English Settlement. English Settlement est lui-même situé à 3,7 km au sud du village. L'établissement de Berwick était situé à cet endroit. Tay Falls est bâti à 6,1 km au sud de Stanley, au bord de la rivière Tay. Il est accessible par le chemin Tay Falls via la route 620. Tipperary était situé tout près. Sur la route 620 s'élève Limekiln, à 2 km au sud-ouest de Stanley. Boyds Corner se trouve 4 km plus loin à l'est, à un virage à angle droit de la route. Curriburg est situé sur la rive droite (sud) de la rivière Nashwaak, à 6,4 km à l'ouest du village. Il est accessible par le chemin Currieburg via Boyds Corner.

Giants Glen se trouve sur la rive gauche, à 4,3 km au nord-ouest de Stanley. Il est accessible par le chemin Giants Glen. Cross Creek s'étend sur la route 107 et ensuite 625, directement au nord-est de Stanley. Williamsburg s'élève à 6 km au nord du village, le long de la route 107. Plus loin sur la même route se trouve Upper Williamsburg. Centreville se trouve à 7,8 km au nord de Stanley, au bout du chemin Centreville. Il est accessible via la route 625. Green Hill est centré sur l'intersection de la route 625 et du chemin Maple Grove. Maple Grove lui-même est bâti 3,1 km au nord-ouest, sur le même chemin. Mavis Mills se trouve à l'intersection de la route 625 avec le chemin de fer, à 6,1 km au nord de Green Hill.

Ward Settlement se trouve à 3,2 km au nord-est de Stanley, sur le chemin Ward Settlement. Sutherland Siding est quant à lui situé à 3,8 km à l'est du village, à l'intersection entre la route 107 et le chemin de fer.

South Portage est situé sur la route 8, à l'est de Stanley. Il est en partie situé dans la paroisse Saint Marys.

Phoenix était situé à 10 km à l'est de Napadogan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Currieburg est fondé durant les années 1800 par John et William Currie[3].

En 1825, la paroisse est touchée par les Grands feux de la Miramichi, qui dévastent entre 10 000 km² et 20 000 km² dans le centre et le nord-est de la province et tuent en tout plus de 280 personnes[13],[14].

Stanley Road est le premier établissement fondé par la New Brunswick and Nova Scotia Land Company (NB&NSLC) à l'extérieur du village de Stanley. Scotch Settlement est fondé vers 1835 mais abandonné peu de temps après[15]. English Settlement, désormais Lime Kiln, est fondé en 1836 par la NB&NSLC et colonisé par des Anglais du Comté de Northumberland[16]. La compagnie fait venir des petits fermiers écossais de l'île de Skye à Stanley Road en 1837 ; ceux-ci ne supportent pas le climat et retournent en Écosse[17]. Cross Creek est fondé vers 1838[2]. Green Hill est fondé par la NB and NS Land Company et colonisé par des habitants de Cross Creek[18]. Red Rock est fondé par la NB and NS Land Company et colinisé par des immigrants anglais du Northumberland[19]. Woodlands est fondé vers 1849[20]. Giants Glen est fondé vers 1850 par des Irlandais[5]. Gordon Vale est fondé par la NB and NS Land Company en 1875 ou avant et peuplé de néo-brunswickois[21]. Centreville est fondé vers 1890. Alan Rayburn note qu'il est inoccupé en 1972[22] mais il est actuellement occupé au XXIe siècle. Maple Grove est aussi fondé par la NB and NS Land COmpany[23].

Le chemin de fer York et Carleton, d'une longueur de 8,7 km, est construit de 1900 à 1901 entre Stanley et Cross Creek, rejoignant le chemin de fer de l'est du Canada[24]. Huit autres kilomètres sont ajoutés en 1909 en direction de Ryans Creek; le manque de fonds empêche de continuer les travaux jusqu'à Foreston[24]. Le chemin de fer n'est pas rentable, est racheté plusieurs fois et est abandonné en 1986[24].

La municipalité du comté d'York est dissoute en 1966[25]. La paroisse de Stanley devient un district de services locaux en 1967[25].

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Central NB, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[26].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, la paroisse de Stanley est en théorie administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Stanley fait partie de la Région 11[27], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[28]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[25]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[25]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[29].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick : La paroisse de Stanley fait partie de la circonscription provinciale de York-Nord, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Kirk MacDonald, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu pour la première fois lors de l'élection générale de 1999 puis réélu à chaque fois depuis, la dernière fois en 2010.

Drapeau du Canada Canada : La paroisse de Stanley fait partie de la circonscription électorale fédérale de Tobique—Mactaquac, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Michael Allen, du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 39e élection générale, en 2006, et réélu en 2008.

Infrastructures et services[modifier | modifier le code]

Le DSL est inclus dans le territoire du sous-district 10 du district scolaire Francophone Sud[30]. Les écoles francophones les plus proches sont à Fredericton alors que les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont dans le Grand Moncton.

Clearwater possède un aérodrome privé, dont le code OACI est CDJ4. Il possède une piste en asphalte longue de 4 000 pieds. Le bureau de poste et le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Stanley.

Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton. Ils ont aussi accès au bi-hebdomadaire Bugle-Observer, publié à Woodstock. Les francophones ont accès par abonnement au quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N
O    Paroisse de Stanley    E
S

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 263.
  2. a et b Rayburn 1975, p. 87.
  3. a et b Rayburn 1975, p. 88.
  4. Rayburn 1975, p. 102.
  5. a et b Rayburn 1975, p. 116.
  6. Rayburn 1975, p. 156.
  7. Rayburn 1975, p. 170.
  8. Rayburn 1975, p. 175.
  9. Rayburn 1975, p. 228.
  10. Rayburn 1975, p. 268.
  11. Rayburn 1975, p. 285.
  12. Rayburn 1975, p. 290.
  13. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel,‎ 1942, 119 p., p. 61-62.
  14. (en)« Great Miramichi Fire », sur http://www.gnb.ca/ (consulté le 29 août 2012).
  15. Rayburn 1975, p. 249.
  16. Ganong 1904, p. 130
  17. Ganong 1904, p. 157
  18. Ganong 1904, p. 136
  19. Ganong 1904, p. 162
  20. Rayburn 1975, p. 292.
  21. Ganong 1904, p. 135
  22. Rayburn 1975, p. 74.
  23. Ganong 1904, p. 147
  24. a, b et c (en)« York and Carleton Railway », sur Riding the Rails, New Brunswick Railway Museum (consulté le 2 septembre 2012).
  25. a, b, c et d Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton,‎ 2008, 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  26. (en)« About Enterprise Central », sur Entreprise Central NB (consulté le 8 novembre 2012).
  27. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  28. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  29. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  30. [PDF] « Francophone Nord-Ouest », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975