Paroisse de Queensbury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paroisse de Queensbury
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent York
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
Aucun
Aucun
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 1 272 hab. (2011 en diminution)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 47″ N 67° 00′ 50″ O / 45.963084, -67.01385545° 57′ 47″ Nord 67° 00′ 50″ Ouest / 45.963084, -67.013855  
Superficie 30 138 ha = 301,38 km2
Divers
Langue(s) Anglais
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1310021
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Queensbury

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Queensbury

La paroisse de Queensbury est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté d'York, au Nouveau-Brunswick.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.
L'uniforme des Queen's Rangers.

Queensbury est nommé ainsi en l'honneur des Queen's Rangers, un régiment Loyaliste qui s'établit ici[1].

La paroisse comprend les hameaux de Lower Caverhill, Upper Caverhill, Day Hill, Granite Hill, Upper Hainesville, Lower Line Queensbury, McNallys, Murches, Lower Queensbury, Upper Queensbury, Scotch Lake, Sleeps Hill, Springfield, Staples Settlement et Wiggins Mill. À noter que Middle Hainesville est séparé avec la paroisse de Bright. Bear Island, Greenlaw Settlement, Milltown Settlement et Queensbury ont disparu.

Lower Caverhill et Upper Caverhill sont nommés ainsi en l'honneur du Dr William Caverhill, l'un des fondateurs[2],[3]. Granite Hill s'appelait à l'origine Nigger Hill parce que R. Armstrong, l'un des résidents, possédait des esclaves[4]. Les noms de Middle Hainesville et Upper Hainesville rendent hommage à Richard Hayne (1804-1874), gérant de la New Brunswick and Nova Scotia Land Company de 1836 à 1849. Les fondateurs faisaient partie de la famille Hains[5]. Les noms de Lower Queensbury, Lower Line Queensbury et Upper Queensbury ont la même origine que celui de la paroisse et font référence à leur position géographique. McNallys est nommé ainsi en l'honneru de son premier maître des postes, A.C. McNally. Le hameau a déjà porté les noms de McNallys Ferry et de Mazeralls Ferry[6]. Murches est aussi nommé en l'honneur de son premier maître des postes, J.H. Murch[7]. Le nom de Scotch Lake rend hommage à ses fondateurs écossais[8]. Il se peut que Sleeps Hill soit nommé en l'honneur de William Sleeps, l'un des premiers habitants[9]. Stapples rend probablement hommage à l'un de ses premiers résidents, Peleg Staples[10]. Wiggins Mills est probablement nommé ainsi en l'honneur de C.C. Wiggins, son premier maître des postes[11].

L'origine des noms de Day Hill et de Scotch Lake n'est pas connue.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villages et hameaux[modifier | modifier le code]

Upper Queensbury est situé au bord du fleuve, le long de la route 105 à 2,5 km à l'est de Nackawic. Day Hill, Granite Hill, Lower Queensbury s'étendent successivement sur 24 km le long du fleuve jusqu'au coude de Scoodawabscook. Bear Island était situé en face, dans le fleuve. McNallys est situé le long de la même route mais après le coude, à 3 km à l'est de Lower Queensbury. Murches est situé près de Lower Queensbury. Lower Line Queensbury est bâti à 3 km au nord-est de McNallys.

Upper Caverhill se trouve à la jonction des routes 610 et 615, à 8 km au nord de Upper Queensbury. Il comprenait autrefois Greenlaw Settlement et Milltown Settlement[3]. Lower Caverhill est situé 3,2 km au sud-est, le long de la route 615. Lower Caverhill comprend l'ancien établissement de Queensbury[12]. Springfield se trouve 5 km plus loin au sud-est. Scotch Lake est situé 19 km à l'est d'Upper Queensbury, au bord du lac Scotch. Il est accessible par le chemin Allen via la route 615.

Sleeps Hill se trouve le long de la route 610, à 10 km au nord-est d'Upper Queensbury. Upper Hainesville est situé 2 km plus au nord, à l'intersection de la route 610 et de la route 104. Middle Hainesville se trouve 5,5 km à l'est, à l'intersection de la route 104, du chemin Grub et du chemin Wiggins Mills. Stapples Settlement est bâti à un kilomètre au sud, le long du chemin Wiggins Mills. Wiggins Mills lui-même se trouve 2 km plus au sud, au bord du ruisseau Mactaquac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Les berges du fleuve sont colonisées par des régiments loyalistes démobilisés: les Queen's Rangers, les New York Volunteers et le Royal Guides and Pionniers[13]. L'arrière-pays est colonisé par la suite de l'expansion des premières localités, par des immigrants écossais et par des établissements dirigés par la New Brunswick and Nova Soctia Land Company[13].

Plusieurs propriétés sont détruites lors de l'embâcle d'avril 1789[14]. Lower Caverhill et Upper Caverhill sont fondés en 1820 par le docteur Caverhill et plusieurs familles originaires du sud de l'Écosse[15]. Scotch Lake est fondé la même année par des colons de Roxburgh et de Dumfries, en Écosse[8]. Springfield est fondé en 1842[16]. Lower, Middle, Central et Upper Hainesville sont fondés par la New Brunswick and Nova Scotia Land Company vers 1850 et peuplé de gens originaires de la vallée de la rivière Keswick ou d'autres localités des environs[17].

La municipalité du comté d'York est dissoute en 1966[18]. La paroisse de Queensbury devient un district de services locaux en 1967[18].

Le hameau de Bear Island est exproprié lors de la construction du barrage de Mactaquac en 1967. L'île Bear et la Grande île Bear sont inondées suite à la montée du niveau d'eau[19]. Le traversier de McNalys a été en opération jusqu'en 1967[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de Statistique Canada, il y avait 1 223 habitants en 2001, comparativement à 1225 en 1996, soit une baisse de 0,2 %. La paroisse compte 559 logements privés, a une superficie de 301,44 km² et une densité de population de 4,1 habitants au km².

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Central NB, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[20].

Administration[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Queensbury fait partie de la Région 11[21], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[22]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[18]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[18]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[23].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Queensbury fait partie de la circonscription provinciale de York-Nord, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Kirk MacDonald, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu pour la première fois lors de l'élection générale de 1999 puis réélu à chaque fois depuis, la dernière fois en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Queensbury fait partie de la circonscription électorale fédérale de Tobique—Mactaquac, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Michael Allen, du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 39e élection générale, en 2006, et réélu en 2008.

Vivre dans la paroisse de Queensbury[modifier | modifier le code]

Le DSL est inclus dans le territoire du sous-district 10 du district scolaire Francophone Sud[24]. Les écoles francophones les plus proches sont à Fredericton alors que les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont dans le Grand Moncton.

Les détachements de la Gendarmerie royale du Canada les plus proches sont à Nackawic ou à Keswick Ridge. Le bureau de poste le plus proche est quant à lui à Nackawic.

Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton. Ils ont aussi accès au bi-hebdomadaire Bugle-Observer, publié à Woodstock. Les francophones ont accès par abonnement au quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • William George Clark (1865-1948), homme politique, né à Queensbury ;
  • Daniel Morehouse (1758-1835), meunier, soldat, officier de milice, fonctionnaire et juge de paix, mort à Queensbury.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 226
  2. Rayburn 1975, p. 163
  3. a et b Rayburn 1975, p. 277
  4. Rayburn 1975, p. 123
  5. Rayburn 1975, p. 278
  6. a et b Rayburn 1975, p. 178
  7. http://archives.gnb.ca/Exhibits/Communities/Details.aspx?culture=fr-CA&community=2703
  8. a et b Rayburn 1975, p. 249
  9. Rayburn 1975, p. 257
  10. Rayburn 1975, p. 236
  11. Rayburn 1975, p. 290
  12. http://archives.gnb.ca/Exhibits/Communities/Details.aspx?culture=fr-CA&community=2236
  13. a et b Ganong 1904, p. 162
  14. « Détails sur l’inondation - 1789-04-25 - 1789-04-25 », sur Base de données historiques sur les inondations (consulté le 29 mars 2014)
  15. Ganong 1904, p. 112
  16. Rayburn 1975, p. 262
  17. Ganong 1904, p. 138
  18. a, b, c et d Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton,‎ 2008, 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  19. http://archives.gnb.ca/Exhibits/Communities/Details.aspx?culture=fr-CA&community=227
  20. (en)« About Enterprise Central », sur Entreprise Central NB (consulté le 8 novembre 2012).
  21. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  22. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  23. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  24. [PDF] « Francophone Nord-Ouest », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975