Amazonas (Brésil)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amazonas.

5° 00′ S 63° 00′ O / -5, -63

Amazonas
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Carte de l'État d'Amazonas (en rouge) à l'intérieur du Brésil
Carte de l'État d'Amazonas (en rouge) à l'intérieur du Brésil
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Capitale Manaus
Plus grande ville Manaus
Région Nord
Gouverneur Omar Aziz (PMN)
IDH 0,713 — moyen (2000)
Fuseau horaire UTC-4 et -5
ISO 3166-2 BR-AM
Démographie
Population 3 807 923 hab. (2013)
Densité 2,4 hab./km2
Rang classé 15e
Géographie
Superficie 1 570 947 km2
Rang classé 1er

L’Amazonas est le plus grand des États du Brésil en superficie, au nord-ouest du pays. Il est bordé au nord par la Colombie et le Venezuela, à l’est par le Roraima et le Pará, au sud par le Mato Grosso et le Rondônia, au sud-ouest par l'État de l'Acre et à l’ouest par le Pérou.

À la frontière avec le Venezuela se situe le Pic de la Neblina qui, avec 2 994 mètres d'altitude, est le point culminant du Brésil.

L'État compte une population de 3 807 923 habitants pour une superficie de 1 664 000 km². Sa capitale est Manaus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu’au XVIIIe siècle, toute l’Amazonie actuellement brésilienne appartenait à l’Espagne et était pratiquement inconnue, visitée seulement par des missionnaires et des expéditions officielles, comme celle de Pedro Texeira qui atteignit Quito en 1637.

En 1669, le capitaine Francisco da Mota Falcão créa le petit fort de São José de Rio Negro qui fut le noyau de la future Manaus et qui devint, en 1757, la capitale de la capitainerie de même nom. Le manque d’attraits économiques du territoire fit que l’Espagne céda la région au Portugal par le traité de Madrid en 1750. Lors de l’indépendance du Brésil, en 1822, la région s’intégra au Pará et participa aux luttes de Cabanagem de 1835 à 1840.

En 1850 fut créée la province d’Amazonas. En 1866, la navigation sur l’Amazone fut ouverte à la navigation internationale et le caoutchouc commença à attirer beaucoup de monde. Entre 1890 et 1910, le caoutchouc de l’Amazonas correspond à 40 % de la production mondiale. De 1872 à 1920, la population passa de 58 000 à près de 1,5 million d’habitants et Manaus devint une ville du type européen.

À partir de 1910, Amazonas perd les marchés en faveur de la concurrence asiatique, le déclin fut rapide et dura jusqu’en 1950 quand le gouvernement essaya de rompre l’isolement de la région par la construction de la route Belém-Brasilia. En 1967, l’institution de la Zone franche de Manaus pour créer un pôle industriel favorisa aussi le développement du commerce, du tourisme, de l’hôtellerie et des services avec la création d’environ 100 000 emplois. Des tentatives d’installer une agriculture n’ont pas donné de résultats parce que, après le retrait de la végétation, la terre y est rarement fertile.

La plus grande partie des routes ont été reprises par la forêt ; c’est le cas de la Transamazonica qui n’est praticable que sur un petit trajet et encore durant la période sèche.

On assiste à partir de 1980 à un déclin de la zone franche, dû en grande partie à la diminution des aides fiscales, conséquence de la tendance de diminuer l’intervention de l’État dans l’économie. Les autorités sont de plus en plus préoccupées par l’occupation et la défense de l’Amazonie, créant notamment un réseau de surveillance de l’espace aérien.

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Liste des gouverneurs successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1991 1995 Gilberto Mestrinho PMDB  
1995 2003 Amazonino Mendes PTB  
2003 2010 Eduardo Braga PMDB  
2010 2014 Omar Aziz PMN  

Déforestation[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2005, 928 km2 de forêt amazonienne ont été détruits dans le sud de l'État de l'Amazone[1] selon les données du SIPAM (Système de protection de l'Amazone du Brésil), l'aire touchée par la déforestation atteint les 12 445 km² rien que dans cette région. Le défrichement concerne même des zones pourtant protégées par les autorités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Brésil: la déforestation dans l'Amazone s'est aggravée de 928 km2 en 2005 » dans Le Monde du 16/07/2006, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]