Cordonnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cordonnier (homonymie).

cordonnier

Shoemakers.jpg

Cordonniers au Bangladesh

Code ROME (France)
D1206

Le cordonnier, ière n. (alt. de cordouanier, artisan travaillant le cuir de Cordoue) est une personne qui fabrique ou répare des chaussures.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon une étymologie populaire, cordonnier vient du mot corde, car les premiers cordonniers utilisaient des cordes pour fabriquer des chaussures : une légende fantaisiste veut que le faiseur de chaussure de Charles II le Chauve n'ayant pas les cordons (lacets) que lui réclamaient le roi en 859, ce dernier fit imprimer sur son front le sceau « cordon-nié ». Une autre légende merveilleuse selon Pétrus Borel veut que cordonnier vient de « cors » (les chaussures donnant des cors)[1]. En réalité, il vient de cordouinier, de l’ancien français cordoan (mot attesté au XIIe siècle), « cuir de Cordoue », en référence à Cordoue, ville espagnole dont le cuir était jadis très réputé (cuir estampé puis patiné surtout posé en mural) et dont les Maures avaient reçu des marocains le secret de la maroquinerie. Avec le temps le mot cordouinier est devenu cordonnier. Cordonnier a concurrencé et supplanté l'ancien français sueur (du latin sutor, celui qui coud, réalise une suture, mot employé jusqu'au XVe siècle) et corvoisier, du latin Cordubensis, « de Cordoue », devenu cordovensis puis cordovesarius. Le corvoisier fabriquait des souliers neufs ou de luxe, mais beaucoup de réparateurs de souliers ont usurpé ce titre, si bien que le terme de cordonnier s'est dissocié de celui de corvoisier et de ses usurpateurs. La fabrication industrielle des chaussures au XXe siècle entraîne la disparition du savetier au profit du cordonnier qui s'est spécialisé dans la réparation[2].

Ce métier est aussi en voie de disparition, maintenant, les souliers, bottes, se font en usine et non à la main[3]. Dans les pays plus pauvres, on trouve des "cordonniers" mais au contraire, dans les pays plus riches, ils sont fabriqués en usines.

Au sens premier le cordonnier est l'artisan qui fabrique des souliers, bottes, mules et pantoufles, en cuir, surtout en peau de cochon. Ceux qui les réparaient étaient appelés « Raccommodeurs de souliers » ou « Cordonniers » en vieux français. De nos jours, on différencie[4] le "cordonnier réparateur" du "cordonnier bottier"[5].

Outils et matériel[modifier | modifier le code]

Le cordonnier utilise les outils courants de découpe et de travail du cuir (alênes, tranchets), ainsi que des outils classiques mais adaptés à ses besoins[6] :

  • Enclume universelle : enclume entièrement en fonte et à trois branches, permettant de maintenir toutes les chaussures ; dimensions maximales 20 cm x 12 cm, poids 3 à 4 kg ;
  • Emporte-pièce ;
  • Pince emporte-pièce, réalise les trous destinés aux lacets ;
  • « Pince à poser les œillets » et « pince à enlever les œillets » ;
  • Marteau de cordonnier, à clouer ;
  • Bisaiguë ;
  • Marteau à battre : pour le travail de la semelle ;
  • Marteau à clouer : quand des pointes servent à l'assemblage, utilisé avec la lime à chaussures qui par ses courbures permet de réduire toute tête de pointe saillante ;
  • Marteau de galochier : tête longue et fine ;
  • Marteau Louis XV, aux panne et tête très longues ;
  • « Outil pour faire les lacets » ;
  • Semence ou pointe ;
  • Chevilles, pour le ressemelage ;
  • Crampillons, pour le ferrage des sabots ;
  • Protecteurs : morceaux d'acier destinés à réduire l'usure des extrémités de la semelle ;
  • Œillets métalliques ;
  • Cuir, Caoutchouc, patins ;
  • Fil de chanvre, fil de lin ;
  • Colles spéciales, dont la « poix de Suède noire » ;
  • Vernis, cirages, graisses ;
  • Talons (bois ou caoutchouc) ;
  • Lacets ;
  • Conformateurs : structure articulée (formes en bois) placée dans une chaussure pour en élargir une partie ou parfaire sa forme ;
  • Embauchoirs (tendeurs à chaussures) : conformateur simplifié pour maintenir la forme d'une chaussure ou la lui redonner.

Les réparations les plus courantes[modifier | modifier le code]

  • Réparations des talons
  • Ressemelage[7]: certaines paires de chaussures peuvent quasiment être ressemelées à l'infini, c'est le cas des chaussures type Goodyear. Il existe une très grande variante de ressemelages en fonction des cousus et des montages: trépointe, california, vissée etc.

Processus de ressemelage de chaussures avec un cousu Goodyear

  • Mise sur forme des chaussures (ou plus communément appelé forçage): cette technique d'élargissement des chaussures est relativement simple, cela suppose l'utilisation d'une machine spéciale sur la chaussure à l'endroit précis que l'on souhaite voir élargi; et cela sans altérer les coutures, ni la forme globale de la chaussure[8]. À ne pas confondre avec le fait de mettre ses chaussures sur des embauchoirs, qui sont parfois appelés "formes".

En France[modifier | modifier le code]

Cordonnerie traditionnelle, Paris (2009)

Convention Collective[modifier | modifier le code]

La Convention Collective* Nationale française régissant la profession se nomme Cordonnier.

L'accord constitutif date du 1er septembre 1989 et son extension (validation par le Ministère du Travail) le 22 décembre 1989, publication au JORF : le 29 décembre 1989. Elle a été élargie au secteur des cordonniers industriels par arrêté du 24 avril 1995, publication au JORF le 4 mai 1995.

Les partenaires sociaux signataires* sont pour l'organisation patronale, la fédération nationale des cordonniers de France et, pour les syndicats de salariés :

  • La fédération nationale du textile, habillement et cuir CGT
  • La fédération des industries de l'habillement, du cuir et du textile (HACUITEX) CFDT
  • La fédération générale Force ouvrière des cuirs, du textile, de l'habillement (FO-CTH)
  • La fédération textile, habillement, cuir et industries connexes CFTC
  • La fédération du personnel d'encadrement de la production, de la transformation, de la distribution et des services et organismes agroalimentaires et des cuirs et peaux CFE-CGC

L'activité(s) professionnelle(s) de la nomenclature NAF* est : cordonnerie artisanale, cordonnerie industrielle, fabricants de chaussures sur mesure et bottiers, fabrication de chaussures sur mesure bottiers, cousage de chaussures à façon, codes : 52.7A.A, 52.7A.B, 19.3Z.H, 19.3Z.J.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Proverbe : « Les cordonniers sont les plus mal chaussés » ou « Fils de cordonnier est le plus mal chaussé » : on est souvent mal pourvu des avantages qu'on est le plus à portée de se procurer par son état, par sa position.
  • Le saint patron des cordonniers est saint Crépin, fêté le 25 octobre.
  • Citation : « Croiriez-vous que cordonnier vienne de ce que ceux qui exercent cette profession donnent des cors avec leurs chaussures ? Je le fis, l'autre jour, croire à un bien honnête homme » - Voltaire à Costard

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Juignet, La chaussure, son histoire, ses légendes, son compagnonnage et ses cordonniers célèbres, éd. chez l'auteur, 1977, p. 19
  2. Jean Pruvost, Les cordonniers sont les plus mal chaussés, Canal Académie, 4 novembre 2011
  3. Étapes pour la fabrication sur mesure d'un soulier.
  4. Formation au métier de Cordonnier, réparateur, Cordonnier Bottier cordonnier-bottier.fr
  5. Métier d'art : bottier Fondation Carla Bruni-Sarkozy
  6. Outils en partie proposés par le catalogue Manufrance, 1957
  7. La Botte, faire réparer ses chaussures
  8. Placide Maissen, La Chaussure,‎ 1960

Sur les autres projets Wikimedia :