Michael Franks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franks.

Michael Franks

Naissance (69 ans)
Drapeau des États-Unis États-Unis, La Jolla (Californie)
Activité principale auteur-compositeur-interprète
Genre musical smooth jazz, Rap West Coast, pop, soft rock
Instruments vocal, guitare, cabasa
Années actives depuis 1973
Labels Warner Bros. Records
DRG
Reprise Records
Rhino
Koch Records
Shanachie
Site officiel michaelfranks.com

Michael Franks est un auteur-compositeur-interprète américain né le , à La Jolla, en Californie.

Son style évolue entre pop et smooth jazz. Il a enregistré avec un grand nombre d'artistes connus, tels que Patti Austin, Brenda Russell, Art Garfunkel, et David Sanborn.

Certaines de ses chansons ont été reprises par The Manhattan Transfer ou Diana Krall (Popsicle Toes), Patti Labelle ou Ringo Starr (Monkey-see Monkey-do), Dee Dee Bridgewater, Kurt Elling ou Shirley Bassey (Nightmoves), The Carpenters (B'wana He No Home), The Crusaders (Chain Reaction), Jean-Louis Murat (Antonio's Song), Peggy Lee (A Robinsong), Carmen McRae (Underneath The Apple Tree), Natalie Cole (Tell Me All About It), Gordon Haskell, etc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michael Franks a grandi dans le sud de la Californie avec son père Gerald, sa mère Betty, et ses deux jeunes sœurs. Bien qu'aucun membre de sa famille ne fût musicien, ses parents aimaient écouter les airs de Peggy Lee, Nat King Cole, Ira Gershwin, Irving Berlin et Johnny Mercer. Il achète sa première guitare à l'âge de 14 ans, une Marco Polo de fabrication japonaise, pour moins de trente dollars et six leçons incluses : ce sont les seules leçons de musique qu'il a reçues[1].

Au collège à Irvine, il découvre les poèmes de Theodore Roethke (en) (1908-1963). Au lycée, il commence à chanter du folk-rock en s'accompagnant à la guitare. Lorsqu'il poursuit ses études d'anglais à UCLA, Michael Franks découvre Dave Brubeck, Patti Page, Stan Getz, João Gilberto, Antônio Carlos Jobim et Miles Davis. Il obtient une licence[2] à l'UCLA en 1966 et une maîtrise[3] à l'Université d'Oregon en 1968. Il devient maître de conférences à l'Université de Montréal pendant qu'il prépare son doctorat de littérature américaine, puis revient en Californie pour enseigner à temps partiel à UCLA.

Pendant cette période il commence à écrire des chansons, la première étant une déclaration contre la guerre : Anthems in E-flat, avec Mark Hamill. Il compose également des musiques de films (voir ci-dessous). Sonny Terry et Brownie McGhee enregistrent trois de ses chansons, dont White Boy Lost in the Blues sur l'album Sonny and Brownie. Michael y joue de la guitare, du banjo et de la mandoline. Il les suit pendant la tournée de cet album.

En 1973, Michael Franks enregistre son premier album homonyme (réédité plus tard sous le nom Previously Unavailable), incluant le titre Can't Seem to Shake this Rock 'n Roll.

En 1976 sort son deuxième album The Art of Tea, début d'une longue collaboration avec le label Warner Brothers Music. Joe Sample, Larry Carlton et Wilton Felder (du groupe The Crusaders) participent dans cet album rendu célèbre grâce au titre Popsicle Toes.

Son troisième album, Sleeping Gypsy, contient la chanson The Lady Wants to Know. L'enregistrement est en partie réalisé au Brésil, ce qui permet à Michael de rencontrer le percussionniste Ray Armando, qui lui offre l'instrument qui allait devenir sa signature et dont il jouera en concert à chaque fois qu'il n'est pas à la guitare, une cabasa.

Burchfield Nines, qui inclut la chanson When the Cookie Jar is Empty, reflète par son style East Coast l'installation de Michael Franks à New York. Par la suite, une quinzaine d'albums suivront.

Ses chansons les plus connues restent When I Give My Love To You, Popsicle Toes, Monkey See Monkey Do, Tiger in the Rain, Rainy Night in Tokyo, et Tell Me All About It.

Michael Franks a également écrit un recueil de poèmes, dont certains sont devenus des chansons, sous le titre Poems from the Road[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1973 - Michael Franks (Brut)
  • 1975 - Art of Tea (Reprise)
  • 1977 - Sleeping Gypsy (Warner Brothers)
  • 1978 - Burchfield Nines (Warner Brothers)
  • 1979 - Tiger in the Rain (Warner Brothers)
  • 1980 - One Bad Habit (Warner Brothers)
  • 1980 - Michael Franks with Crossfire: Live (Warner Brothers)
  • 1982 - Objects of Desire (Warner Brothers)
  • 1983 - Passionfruit (Warner Brothers)
  • 1983 - Previously Unavailable (DRG) (réédition de l'album Michael Franks de 1973)
  • 1985 - Skin Dive (Warner Brothers)
  • 1987 - The Camera Never Lies (Warner Brothers)
  • 1990 - Blue Pacific (Reprise)
  • 1993 - Dragonfly Summer (Warner Brothers)
  • 1995 - Abandoned Garden (Warner Brothers)
  • 1998 - The Best Of Michael Franks: A Backward Glance (Warner Brothers)
  • 1999 - Barefoot on the Beach (Windham Hill)
  • 2003 - The Michael Franks Anthology: The Art Of Love (Warner Brothers)
  • 2003 - Watching The Snow (Rhino) - réédité en 2007 par Koch Records
  • 2004 - Love Songs (Original Recordings Remastered) (Warner Brothers)
  • 2006 - Rendezvous in Rio (Koch Records)
  • 2011 - Time Together (Shanachie Records)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme compositeur :

  • 1972 : Cry for Me, Billy de William A. Graham
  • 1974 : Zandy's Bride de Jan Troell, avec Gene Hackman et Liv Ullmann
  • 1974 : Cockfighter de Monte Hellman

Comme compositeur et musicien :

  • 1975 : The Anger in Jenny de Shaun Costello
  • 1978 : Moment by Moment de Jane Wagner, avec Lily Tomlin et John Travolta
  • 1987 : The Last Innocent Man (TV), de Roger Spottiswoode

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Smith 2006, op. cit.
  2. Bachelor of Art (B.A.)
  3. Master of Arts (M.A.)
  4. (voir sur le site officiel)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]