Dee Dee Bridgewater

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dee Dee Bridgewater

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dee Dee Bridgewater en concert en 1990

Informations générales
Surnom Dee Dee « Denise » Bridgewater
Nom de naissance Denise Eileen Garret
Naissance 27 mai 1950 (64 ans)
Memphis (Tennessee)
Genre musical jazz
Instruments Vocaliste, Chant
Années actives Depuis 1969.
Labels Atlantic Records, Verve Records, DDB Records, Universal Music Group
Site officiel www.deedeebridgewater.com

Dee Dee Bridgewater, de son vrai nom Denise Eileen Garret, née le 27 mai 1950 à Memphis, Tennessee, est une chanteuse de jazz américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dee Dee Bridgewater en 2006

Née à Memphis, elle grandit à Flint (Michigan). Son père, Matthew Garret, est trompettiste de jazz et enseigne au collège de Manassas. Denise est très tôt baignée par le jazz. À 16 ans, elle intègre un trio de rock et rhythm and blues qui donne des concerts dans le Michigan. À partir de 18 ans, elle étudie à l'Université de l'État du Michigan, puis à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign.

Elle donne de nombreux concerts avec son groupe de jazz, notamment en Union soviétique en 1969. L'année suivante, elle rencontre le trompettiste bugliste Cecil Bridgewater, puis ils se marient avant d'emménager à New York, où son mari joue dans le groupe d'Horace Silver.

En 1971, Dee Dee Bridgewater intègre l'orchestre de Thad Jones et Mel Lewis en tant que chanteuse. C'est alors que sa carrière débute réellement, et elle commence à chanter avec les plus grands jazzmen du moment, comme Sonny Rollins, Dizzy Gillespie, Dexter Gordon ou encore Max Roach.

En 1973, Dee Dee et Cecil Bridgewater enregistrent tous deux en sideman les compositions originales de Roy Ayers pour la bande son du film Coffy de Jack Hill.

L'artiste sort son premier album, Dee Dee Bridgewater en 1974, résolument orienté soul et funk. La même année, elle chante dans la comédie musicale The Wizz, à Broadway. En 1975, elle joue le rôle de la « bonne sorcière du nord » dans la comédie musicale Glinda the Good Witch, inspirée du Magicien d'Oz ; pour ce rôle, elle reçoit le prix de meilleure actrice du Tony Award. La comédie musicale remporte également le Grammy Award de la meilleure comédie musicale en 1976.

Après avoir joué en France la comédie musicale Sophisticated Ladies en 1984, elle s'installe à Paris en 1986, puis à Garges-lès-Gonesse (où elle vit de 1988 à 1993[1]). La même année, on la voit jouer le rôle de Billie Holiday dans Lady Day, pour lequel elle est nommée au prix Laurence Olivier. En 1989, elle obtient un gros succès avec la chanson Precious Thing, chantée en duo avec Ray Charles.

Dès la fin des années 1980, elle se retourne vers le jazz : elle donne notamment un concert au festival de jazz de Montreux en 1990 et interprète Carmen lors de la création de la version jazz de l'opéra, au festival Jazz à Vienne en 1993.

En 1994, elle collabore enfin avec Horace Silver, qu'elle admire depuis longtemps, pour l'album Love and Peace : « A tribute to Horace Silver ». En 1995, Jérôme Savary remonte Cabaret et l'invite a reprendre de rôle de Sally Bowles que Ute Lemper avait tenue quelques années auparavant.

Elle rend hommage à Ella Fitzgerald en 1997 à travers l'album Dear Ella, pour lequel elle remporte le Grammy Award du meilleur album de jazz en 1998. La même année, son album Live at Yoshi's est également nommé pour le même prix.

Courant 2000 elle enregistre une collaboration avec le groupe Manau sur leur album Fest Noz de Paname.

En 2002, elle sort l'album This Is New, reprenant des chansons de Kurt Weill. En 2005, son album J'ai deux amours reprend de grands classiques français.

Le 5 août 2008 elle participe à l'événement annuel Jazz in Marciac (JIM) (où de nombreuses pointures du Jazz se retrouvent pour plus d'une semaine de concerts) et partage l'affiche ce soir-là avec le célèbre Omar Sosa. À cette occasion, son fils monte à ses côtés sur scène.

Dee Dee Bridgewater est la première Américaine à être membre du Haut Conseil de la Francophonie. Elle est aujourd'hui chevalier de l'Ordre national du Mérite, ainsi qu'officier des arts et des lettres.

Vie privée et engagement caritatif[modifier | modifier le code]

Elle est la mère de trois enfants de trois unions différentes :

  • Tulani Bridgewater (dont le père est son premier mari, Cecil Bridgewater),
  • China Moses, aujourd'hui chanteuse de Jazz et de R'n'B (dont le père est le réalisateur Gilbert Moses)
  • Gabriel Durand (dont le père est son actuel mari, le manager Jean-Marie Durand).

Le 16 octobre 1999, Dee Dee Bridgewater a été nommée ambassadrice de bonne volonté[2] de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Rôles de comédies musicales[modifier | modifier le code]

Récompenses professionnelles[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Dee Dee Bridgewater en concert en 2007

Les producteurs avec lesquels elle a travaillé pour produire ou co-produire ses albums sont Stephen Y. Scheaffer, Jerry Wexler, Stanley Clarke, George Duke, Bobby Lyle, Larry Dunn, Thom Bell, Jean-Pierre Grosz, Jean-Marie Balzano, Marc Berthoumieux, Minino Garay, Cheick Tidiane Seck,...

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Afro Blue (Trio)
  • 1976 : Dee Dee Bridgewater (Atlantic Records)
  • 1977 : Just Family (Elektra Records)
  • 1979 : Bad for Me (Elektra)
  • 1980 : Dee Dee Bridgewater (Collectables)
  • 1986 : Live in Paris (MCA)
  • 1989 : Victim of Love (Charly)
  • 1990 : In Montreux [live] (Verve Records)
  • 1992 : Keeping Tradition, (Verve)
  • 1995 : Love and Peace: A Tribute to Horace Silver (Verve)
  • 1996 : "Prelude to a Kiss" The Duke Ellington Album (Philips)
  • 1997 : Dear Ella (Verve)
  • 2000 : Live at Yoshi's (Verve)
  • 2002 : This Is New (Verve)
  • 2005 : J'ai deux amours (DDB Music)
  • 2007 : Red Earth (Universal/DDB Records/Emarcy)
  • 2010 : Eleanora Fagan (1915-1959): To Billie With Love From Dee Dee Bridgewater (Universal Jazz/DDB Records)
  • 2011 : Midnight Sun (Universal Jazz/DDB Records)

Sidewoman[modifier | modifier le code]

Pour Roy Ayers

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Parisien
  2. Dee Dee Bridgewater ambassadrice de bonne volonté - FAO
  3. Dee Dee Bridgewater chante sur les titres 1 et 7 de la BO du film Coffy

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]