John Berryman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Berryman, de son vrai nom John Smith, né le et décédé le , est un poète américain, né à McAlester dans l'Oklahoma. Figure majeure de la poésie américaine de la seconde moitié du XXe siècle, il est souvent considéré comme l'un des fondateurs du courant littéraire du confessionnalisme. Berryman s'est donné la mort en 1972.

Œuvres[modifier | modifier le code]

John Berryman publie sa première œuvre, intitulée Poems, en 1942 pendant la Seconde Guerre mondiale, et sa deuxième, Dispossessed, six ans plus tard. Sa première œuvre majeure, Homage to Mistress Bradstreet, paraît en 1956. C'est cependant la série de recueils des Dream Songs, débutée en 1964, qui recueille le plus de succès auprès du public et de la critique.

Le premier volume, intitulé 77 Dream Songs, sort en 1964 et permet à son auteur de remporter le Prix Pulitzer de la poésie. Le second, intitulé His Toy, His Dream, His Rest, sort en 1968. Ces deux volets de Dream Songs ont ensuite été publiés en un seul volume sous le titre de The Dream Songs, en 1969. À cette époque, John Berryman est considéré comme une figure importante de l'univers littéraire de la poésie, et bénéficie d'un vaste lectorat parmi ses contemporains.

Dans le recueil The Dream Songs, les poèmes font entrer en jeu un personnage qui est, tour à tour, le narrateur et son interlocuteur. Dans la mesure où les lecteurs ont considéré qu'il s'agissait là pour Berryman d'une manière de se parler à lui-même, sa poésie a été catégorisée dans le courant du confessionnalisme. Berryman a toujours démenti son appartenance à ce mouvement.

Suicide[modifier | modifier le code]

La vie de John Berryman fut marquée par la problématique du suicide. En 1924, alors que le poète n'a que 10 ans, son père John Smith, banquier en Floride, se suicide. L’enfant sera la première personne à découvrir le corps. Quelque temps plus tard, sa mère se remarie, et c'est en référence au nom de son beau-père qu'il choisira le pseudonyme de Berryman. L'image du suicide de son père hantera l'imagination de l'homme et imprégnera ses poèmes, le sujet étant à plusieurs reprises abordé de manière indirecte dans The Dream Songs, et de façon directe lorsque le poète assène qu'il aimerait pouvoir tuer le cadavre de son père. John Berryman était un alcoolique notoire, et ses amis rapportent que, lorsqu'il étudiait à l'Université Columbia, il semblait avoir une double personnalité suivant l'étendue de son état d'ébriété. L'alcoolisme et la dépression de Berryman ont petit à petit altéré ses capacités à écrire, parler en public, et travailler convenablement. En 1972, son état dépressif le mènera à suivre l'exemple de son père : il se tue en sautant du pont de la Washington Avenue à Minneapolis, dans le Minnesota.

Publications[modifier | modifier le code]

En anglais :

  • Poems (1942)
  • The Dispossessed (1948)
  • Homage to Mistress Bradstreet (1956)
  • 77 Dream Songs (1964)
  • Berryman's Sonnets (1967)
  • The Dream Songs (1969)
  • His Toy, His Dream His Rest (1969)
  • Delusions, Etc. (1972)

Liens externes[modifier | modifier le code]