Matsue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matsue-shi
松江市
Drapeau de Matsue-shi
Drapeau
De gauche à droite : Sanctuaire Kumano, Sanctuaire Yaegaki, Sanctuaire Miho, Château de Matsue, Lac Shinji (île de Yomegashima), Tamatsukuri Onsen, Phare de Mihonoseki, Matsue vue de nuit.
De gauche à droite : Sanctuaire Kumano, Sanctuaire Yaegaki, Sanctuaire Miho, Château de Matsue, Lac Shinji (île de Yomegashima), Tamatsukuri Onsen, Phare de Mihonoseki, Matsue vue de nuit.
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūgoku
Préfecture Shimane
Code postal 〒690-8540
Démographie
Population 194 089 hab. (juin 2010)
Densité 366 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 28′ N 133° 04′ E / 35.467, 133.067 ()35° 28′ Nord 133° 04′ Est / 35.467, 133.067 ()  
Superficie 53 028 ha = 530,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 12.svg
Matsue-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 12.svg
Matsue-shi
Liens
Site web http://www.city.matsue.shimane.jp/

Matsue (松江市, Matsue-shi) est le chef-lieu de la préfecture de Shimane, située dans la région du Chûgoku, sur la côte ouest du Honshū au Japon. Possédant un important patrimoine culturel, Matsue a obtenu le statut de Ville internationale touristique et culturelle en 1951[1].

Aperçu[modifier | modifier le code]

Matsue avec le lac Shinji sur la gauche

Ancienne capitale de la province d'Izumo, la ville de Matsue fut construite autour de son château achevé en 1611, aujourd’hui l’un des douze derniers authentiques châteaux du Japon. La ville est parcourue par de nombreux canaux (douves) qui servaient à protéger le château et est surnommée « la cité de l'eau » (水の都, Mizu no Miyako) : en effet, toute proche de la mer du Japon, elle est aussi située sur les bords du lac Shinji et traversée par les rivières Ôhashi-kawa et Tenjin-gawa qui rejoignent le lac Nakaumi à l'est de la ville.

La ville-château et ses environs comptent de nombreux trésors culturels et sites historiques, notamment de par ses liens étroits avec les mythes et légendes du Japon d'autrefois. La ville est également connue des étrangers car c'est là qu'a vécu Lafcadio Hearn (1850-1904), auteur de nombreux ouvrages sur le Japon et l'un des premiers étrangers à avoir été naturalisé sous le nom de Yakumo Koizumi. Grâce à l'écrivain, la ville possède des liens très étroits avec la capitale irlandaise, Dublin, ainsi que La Nouvelle-Orléans.

La fondation de la ville de Matsue[modifier | modifier le code]

La ville de Matsue est construite en même temps que son château, peu de temps après que Horio Yoshiharu – premier seigneur du domaine – reçoit des mains du shogun Tokugawa les pays d’Izumo et d’Oki en récompense de ses faits d’armes lors de la bataille de Sekigahara (1600). Stratège expert en construction, il prend en compte les facteurs militaires, politiques et économiques ainsi que les infrastructures d’ensemble lorsqu’il fait construire la ville basse. Les résidences des guerriers et des marchands sont construites à l’abri des douves externes afin de faciliter le transport par bateau. Au-delà sont construites les résidences des fantassins ainsi que les temples et sanctuaires qui peuvent être rapidement convertis en lieux de rassemblement pour les troupes. De plus, les routes de la ville sont conçues en zigzag pour ralentir les éventuels attaquants.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le donjon du château de Matsue

Achevé en 1611 après cinq ans de travaux, ce château est l’un des douze derniers donjons authentiques du Japon. Symbole de la ville et classé Patrimoine culturel important, il offre en son sommet un panorama unique sur la ville, le lac Shinji et le mont Daisen. Ses jardins abritent également de magnifiques camélias et cerisiers florissant au printemps. Appelées Horikawa, les douves du château, véritables canaux entourant le château et traversant la ville, sont navigables en bateau.

  • La route Shiomi-Nawate
La route Shiomi-Nawate

Située le long des douves nord du château, ce site pittoresque, protégé pour sa beauté, est classé comme étant l’une des cents plus belles routes du Japon (日本の道100選). Il s’y succèdent sur environ cinq cents mètres des pins centenaires et des anciennes résidences de samouraïs, dont une est encore aujourd’hui parfaitement conservée et visitable (Buke-Yashiki).

Célèbre écrivain irlandais tombé amoureux du Japon, il fut l'un des premiers Occidentaux à se faire naturaliser Japonais et prit le nom de Yakumo Koizumi. Ayant habité à Matsue pendant quinze mois et travaillant en tant que professeur d’anglais à l’école secondaire de la ville, il livra ses impressions sur la ville dans son essai « In a Japanese garden » inclus dans le livre « Glimpses of Unfamiliar Japan ». 

À ses côtés se trouve le musée Lafcadio Hearn qui lui est consacré. Sur les 1000 objets exposés, environ 200 sont des objets personnels, tel la table, la pipe ou les manuscrits de celui qui, par ses écrits, a rendu Matsue célèbre dans le monde entier.

La résidence de samouraï Buke Yashiki

Vieille de 270 ans, cette résidence appartenait à un samouraï de rang moyen et à sa famille. Elle abrite une sélection d’objets domestiques anciens, qui donnent aux visiteurs une idée de la vie quotidienne de l’ancienne classe guerrière. L’élégance de l’entrée et de la salle de réception contraste avec la simplicité minimaliste des quartiers privés, illustrant ainsi parfaitement la distinction faite par les samouraïs entre vie publique et vie privée.

Ce pavillon de thé, l’un des plus célèbres du Japon, fut édifié en 1779 à la demande du Fumaï daimyo et selon ses instructions dans le jardin de la résidence d'un de ses vassaux. Déplacé à quatre reprises, y compris à Edo (futur Tôkyô), le pavillon fut transporté à son emplacement actuel en 1966, à l'occasion du 150e anniversaire de la mort de Fumaï, qui fut un maître respecté de cérémonie du thé.

  • Le jardin japonais Yûshien (由志園)

Situé sur l’île de Daikon-jima sur le lac Nakaumi, ce jardin de abrite également une serre où est visible tout au long de l’année la fleur emblématique de la ville de Matsue, la pivoine.

Autres lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Le lac Shinji[modifier | modifier le code]

Composé en partie d’eau salée et en partie d’eau douce, le lac Shinji (Shinji-ko 宍道湖) est le septième plus vaste lac du Japon. Le coucher du soleil sur le lac est particulièrement célèbre pour ses couleurs vives et sa beauté.

Seule île du lac Shinji, l'île Yomegashima (嫁が島) - littéralement « l’île de la mariée » - est située tout près du musée d'art préféctoral de Matsue. La légende locale raconte que l’île a été créée par les dieux en mémoire d’une belle jeune mariée qui se serait noyée dans les eaux du lac.

C’est dans le lac Shinji qu’est récoltée la plus grande quantité de shijimi au Japon. Connus comme étant l’un des « sept délices du lac Shinji », un centre dédié aux shijimi (le Centre pour les coquillages shijimi) (宍道湖しじみ館) vous permettra d’en savoir plus sur ces savoureux crustacés.

Parcs[modifier | modifier le code]

Ce parc, qui tire son nom de l’allemand « oiseau », accueille de nombreuses espèces d’oiseaux et de fleurs. Ses serres sont parmi les plus grandes du monde et vous pouvez y admirer toute l’année des milliers de variétés de bégonias et de fuchsias.

Musées[modifier | modifier le code]

Construit près du château et ressemblant à la résidence d’un samouraï, le musée présente avec beaucoup de clarté l’histoire et la culture de la ville. Le café du musée vous propose deux des fiertés culinaires de Matsue – de magnifiques wagashi (confiseries traditionnelles) accompagnés de thé vert –, le tout avec vue sur un jardin traditionnel japonais et le château en arrière-plan.

Le musée d'art préfectoral de Shimane

Inauguré en 1999, ce musée s’étend le long du lac, ce qui en fait un lieu de choix pour observer les magnifiques couchers de soleil du lac Shinji. De mars à septembre, le musée reste ouvert jusqu’à trente minutes après le coucher du soleil, afin de permettre à ceux qui le souhaitent de profiter du spectacle. Le musée a exposé des œuvres de nombreux artistes japonais reconnus comme de grands maîtres européens (Courbet, Monet, Rodin, ...). Le musée soutient également le travail d’artistes locaux, en association avec la préfecture de Shimane.

  • Le Kōunkaku (興雲閣), ancien musée d’Histoire locale de Matsue

Demeure de type occidental construite en 1903 pour accueillir l’empereur du Japon lors d’une visite dans la région, elle devint par la suite le musée d’histoire locale de la ville. Désigné bien culturel important.

  • Le musée à la mémoire d’Abe Eishiro (安部榮四郎記念館)

Parmi les objets exposés, certains ont été réalisés par Eishiro Abe, qui a reçu le titre de « trésor national vivant du Japon » pour son rôle crucial dans la conservation de l’art de la fabrication de papier de soie non calibré.

Ce musée présente l’histoire et la culture de la pierre de Kimachi, pierre unique à la région qui sert à fabriquer les lanternes de pierre d’Izumo.

 Temples et sanctuaires [modifier | modifier le code]

Sur la rive nord du centre-ville, près du château[modifier | modifier le code]

Tortue de pierre du temple Gesshô-ji

Situé à moins d'un kilomètre à l’est du château, Gesshô-ji est le temple familial du clan Matsudaira qui a régné sur le fief de Matsue pendant dix générations, de 1638 à 1871. On y trouve, outre les tombeaux des différents seigneurs, une gigantesque statue de tortue sur laquelle repose une énorme stèle.

Inari-jôzan Shrine in Matsue- 松江市の稲荷城山 4.jpg

Situé près du château et célébré par les seigneurs Matsudaira, ce sanctuaire est dédié au dieu-renard Inari, la divinité du riz. Le sanctuaire est entouré d’innombrables statues de renards sculptées dans la pierre et le bois. Il est également connu pour le festival Hôran-enya, qui est l’une des trois grandes processions de bateaux du Japon.

Vue sur le château de Matsue depuis la terrasse du temple Senju-in

Situé sur une colline au nord-est du château de Matsue, le temple Senju-in est, de par sa localisation, censé protéger le château des mauvais augures provenant du nord-est (鬼門, Kimon).

Situé tout près de la célèbre rue Shiomi Nawate longeant les douves nord du château, il offre un magnifique point de vue sur la ville de Matsue et son château, et il est connu pour son vénérable cerisier âgé de plus de 200 ans et classé en tant que merveille naturelle par la ville.

Sur la rive sud du centre-ville[modifier | modifier le code]

Appelé « Tenjin-san », ce sanctuaire est dédié à Michizane Sugawara, érudit de l’ère Heian assimilé après sa mort à Tenjin, le dieu des lettres et des études. Un festival y est organisé tous les 24 et 25 juillet. Les participants promènent sur leurs épaules des mikoshi (temples portatifs) à travers le quartier de Tenjin-chô - au sud-ouest de la gare de Matsue.

Dans le sud de la ville[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire Kamosu-jinja

Ce très ancien sanctuaire est dédié à Izanami, déesse de la création et de la mort. Désigné Trésor national, le très imposant bâtiment principal est le plus ancien exemple existant au Japon du style architectural Taisha, le même que celui du grand sanctuaire d’Izumo.

Le sanctuaire Yaegaki-jinja

Selon l'une des plus fameuses légendes du Kojiki, le dieu Susanô s’installa dans ce temple avec sa jeune épouse, Kushinada-hime, après avoir terrassé le dragon à huit têtes, « Yamata-no-Orochi » (八岐大蛇). Depuis, l’endroit est connu comme une terre de « en-musubi » et réputé comme favorisant les mariages heureux.

Le sanctuaire Kumano-taisha
  • Le sanctuaire Iya (揖夜神社)
  • Le sanctuaire Manai (真名井神社)
  • Le sanctuaire Rokusho (六所神社)





Dans le nord de la ville[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire Sada-jinja

Classé Bien culturel national important, ce sanctuaire à la particularité d’être constitué de trois bâtiments tous de style architectural Taisha. Cité dans l’ancienne chronique « Izumo no Kuni Fudoki » (733) qui relate l’histoire de la province, il est dédié aux plus importantes des divinités shintoïstes et à Sada-no-Ôkami, qui serait né dans la grotte Kaka-no-Kukedo sur la rive nord de la péninsule.

La danse sacrée du sanctuaire, le Sada shin nō, qui inspira les danses Kagura d’Izumo, est inscrite sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO depuis 2011.




Porte du temple Kezô-ji

Situé très précisément au nord-est de Matsue, le temple Kezô-ji, dressé au sommet du Mont Makuragi, est censé, selon la cosmologie chinoise, protéger la ville des mauvais augures. Il s’y trouve également la plus haute statue bouddhique en pierre (9 m) de Shimane. Abritant un parc naturel préfectoral, la montagne offre un point de vue exceptionnel sur Matsue, les lacs Nakaumi et Shinji ainsi que l’imposant mont Daisen.

Dans l'est de la ville[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire Miho-jinja

Situé dans le village portuaire de Mihonoseki, le sanctuaire vénère Kotoshiro-nushi, fils du dieu Ōkuninushi, qui fut assimilé durant le Moyen Âge à Ebisu, le dieu de la mer et de la navigation, des marchands, de la musique et de la dance. Miho-jinja est à la tête des 3385 sanctuaires vénérant Ebisu à travers le Japon. C'est un des dieux les plus importants du panthéon shintoïste.

 Sources d’eau chaude (onsen) [modifier | modifier le code]

Le pont à magatama de Tamatsukuri Onsen

La région de Matsue bénéficie de nombreuses sources d’eau chaude (onsen).

  • Sources d’eau chaude de Matsue Shinji-ko

Située sur la rive nord du lac Shinji, non loin du centre-ville, la source qui alimente cette onsen se trouve à près de 1 250 mètres sous terre et dépasse les 77° C. Riche en sulfates et chlorates, elle est réputée soulager divers maux dont névralgies et rhumatismes.

  • Source d’eau chaude Tamatsukuri Onsen

Les thermes de Tamatsukuri, mentionnées dans les anciennes Chroniques de la province d’Izumo, sont considérées comme les « bains des Dieux ». Les rives de la rivière qui traverse Tamatsukuri Onsen ont été aménagées en bains ouverts.

  • Source d’eau chaude Kashima Taku
  • Source d’eau chaude Yakumo
  • Village thermal Kimachi, Ômori-no-Yu

 À proximité de Matsue [modifier | modifier le code]

Apercu du jardin du Musée d'art Adachi

Entouré par le plus beau jardin du Japon selon le magazine spécialisé « Journal Of Japanese Gardening » (JOJG)[2], le musée d'art Adachi est également classé trois étoiles au Guide Vert Japon publié par Michelin ainsi que dans le Guide Bleu des éditions Hachettes[3]. Le visiteur peut y admirer, en plus des 16 500 mètres carrés de jardin, des collections d’arts modernes, notamment des peintures de style nihonga.

Kagura-den du sanctuaire d'Izumo et son gigantesque shimenewa

Situé dans la ville d’Izumo, à moins d’une heure en train à l’ouest de Matsue, le sanctuaire Izumo Taisha est l’un des plus importants du Japon. Il accueille Ôkuni Nushi, le dieu des mariages heureux, et tous les ans, en octobre, l’ensemble des divinités japonaises s’y réunissent pour décider de l’année qui vient. À cette occasion, un festival est organisé pour les accueillir dans leur nouvelle demeure. Le magnifique hall principal qui culmine à 24 mètres a été désigné Trésor national.

  • Le musée historique du vieil Izumo

Festivals et manifestations[modifier | modifier le code]

En 1648, les récoltes du domaine de Matsue furent catastrophiques. La divinité du sanctuaire Jôzan Inari, divinité des récoltes abondantes, fut alors transportée jusqu’au sanctuaire Adakaya, près du lac Nakaumi, dans une tentative d’obtenir la grâce du ciel. Depuis, cette manifestation a lieu tous les 10 ans. La procession est formée par une centaine d’embarcations décorées de drapeaux et de bannières dont l’équipage crie « Hôran-enya ! ». Parmi les embarcations se trouve le « Kaitenma », à la proue duquel un homme réalise une « danse de l’aviron » pendant qu’à la poupe un danseur habillé comme un acteur de Kabuki effectue une « danse du bâton ». Hôran-enya est l’une des trois grandes processions de bateaux du Japon.

Ce défilé, qui a lieu le troisième dimanche d’octobre de chaque année, retrace les célébrations qui accompagnèrent l'entrée du clan Horio, seigneur du fief, dans leur nouveau château de Matsue, qui fut achevé en 1611. Mesurant deux mètres de diamètre, les tambours « dô » sont placés sur de grands chars de carnaval tirés par des enfants. Chaque quartiers de la ville possède son propre char. Le battement des tambours est accompagné par des flûtes, et les sons de cette procession énergique résonnent dans toute la ville.

Cérémonie du thé et confiseries[modifier | modifier le code]

  • Cérémonie du thé et confiseries traditionnelles (wagashi)

La ville de Matsue est aussi connue que Kyôto et Kanazawa pour la cérémonie du thé et ses wagashi, confiseries japonaises. La tradition remonte à Matsudaira Harusato, qui régna sur Matsue il y a environ 250 ans. Fin lettré et particulièrement versé dans les arts du thé, il était aussi appelé par son nom de maître de thé, Fumaï. Il développa un style original de cérémonie de thé aujourd’hui connu sous le nom d’école Fumaï. Les artisans de Matsue rivalisèrent alors d’ingéniosité pour créer et offrir à leur seigneur les plus beaux wagashi, qui accompagnent traditionnellement le thé.

Matsue est aussi connu que Kyôto et Kanazawa pour sa cérémonie du thé. Le thé fait en effet partie intégrante de la vie de Matsue depuis le règne du seigneur Matsudaira Harusato (Fumaï), qui aimait la cérémonie du thé au point de fonder son propre courant, l’école « Fumaï ». On peut goûter thé et confiseries (wagashi) dans les nombreuses maisons de thé de la ville.

Spécialités culinaires[modifier | modifier le code]

Le lac Shinji, où se mêlent eau douce et eau salée, a offert à la région une culture culinaire unique et variée. La blanchaille (shirauo) du printemps, les coquillages shijimi et les anguilles (unagi) de l’été, les crevettes (moroge-ebi) de l’automne, le bar (suzuki), l’éperlan (amasagi) et la carpe (koï) de l’hiver sont connus comme les « sept délices du lac Shinji ».

  • Izumo soba (nouilles de sarasin)

Les soba (nouilles de sarrasin) de la région d’Izumo ont pour caractéristiques leur couleur gris foncé, une texture ferme et un arôme délicat. Spécialités de la région, elles sont habituellement servies dans des petits bols superposables appelés « warigo ».

Artisanat[modifier | modifier le code]

  • Laque Yakumo-nuri

Cette technique artisanale s’est transmise d’une génération à l’autre depuis l’époque féodale, quand les seigneurs employaient des artisans pour se faire réaliser des objets en laque. L’une des caractéristiques de ce type de laque est que les motifs dessinés se précisent avec le temps.

  • Agates

Depuis l’antiquité, la province d’Izumo est connue pour ses magnifiques agates. L’éclat de la pierre qui plaisait tant alors est resté le même au fil des siècles et est toujours utilisé pour réaliser bijoux et ornements.

  • Céramique

Poterie Rakuzan, Poterie Sodeshi, Poterie Fujina

International[modifier | modifier le code]

Coopérations[modifier | modifier le code]

Villes jumelées[modifier | modifier le code]

Située dans la préfecture de Hyôgo, la ville est célèbre pour la revue Takarazuka.

Située dans la préfecture d'Ishikawa, au bout de la péninsule de Noto, la ville se jumela à l'origine avec celle de Mihonoseki.

Située dans la préfecture de Hiroshima, cette ville portuaire devint un centre économique prospère de la mer intérieure du Japon. Les villes sont liées de part Jinmaku Kyûgorô, sumo-tori né dans la ville d'Higashi Izumo (aujourd'hui rattachée à Matsue) et ayant fait ses débuts dans la ville d'Onomichi avant de devenir le 12e Yokozuna.

Villes partenaires[modifier | modifier le code]

Possédant de nombreuses relations avec la capitale irlandaise, Dublin, de par l'écrivain irlandais Lafcadio Hearn qui travailla à Matsue, celle-ci a également conclu un partenariat avec La Nouvelle-Orléans où travaillait le journaliste avant son départ au Japon. Matsue accueille depuis de nombreuses troupes venant de la capitale du jazz.

Symboles municipaux[modifier | modifier le code]

  • L'arbre qui symbolise la ville est le pin.
  • La fleur qui symbolise la ville est la pivoine.

Transports[modifier | modifier le code]

Matsue est aussi accessible à partir de deux aéroports régionaux :

  • Izumo Airport
  • Yonago Airport

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :