Lingèvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lingèvres
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Balleroy
Intercommunalité Communauté de communes Villers-Bocage Intercom
Maire
Mandat
Christian Marie
2014-2020
Code postal 14250
Code commune 14364
Démographie
Population
municipale
491 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 32″ N 0° 40′ 18″ O / 49.1755555556, -0.67166666666749° 10′ 32″ Nord 0° 40′ 18″ Ouest / 49.1755555556, -0.671666666667  
Altitude Min. 61 m – Max. 137 m
Superficie 14,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Lingèvres

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Lingèvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lingèvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lingèvres

Lingèvres est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 491 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud du Bessin. Son bourg est à 4 km à l'ouest de Tilly-sur-Seulles, à 13 km à l'est de Balleroy, à 13 km au sud de Bayeux et à 13 km au nord de Villers-Bocage[1].

Le territoire est traversé par le ruisseau du Pont Saint-Esprit, le ruisseau du Pont-Tueloup et le douet du Cordillon, affluents de la Seulles.

Communes limitrophes de Lingèvres[2]
Juaye-Mondaye Juaye-Mondaye Bucéels
Longraye Lingèvres[2] Tilly-sur-Seulles
Longraye Hottot-les-Bagues Tilly-sur-Seulles,
Hottot-les-Bagues

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous les formes Linguievre et Linguevre en 1040 et 1066[3]. D'origine gauloise, il semble composé de deux éléments dont le premier reste obscur : anthroponyme Lingo selon l'hypothèse d'Albert Dauzat et Charles Rostaing[3], le mot lingon, « saut », selon celle de René Lepelley[4]. Il y a concordance pour le deuxième qui serait une déformation de briga, « forteresse ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques jours après le débarquement de Normandie, le village se trouve sur le chemin de la 50e Northumbrian Infantry division (en) britannique pour prendre le bourg de Tilly-sur-Seulles[5] mais celle-ci se heurte à une opposition allemande. Lingèvres est alors bombardé le 10 juin par le croiseur de la Royal Navy HMS Orion (en) qui tire des obus de 152 mm et il est investi par la 9e Durham Light infantery le 14 juin appuyé par l'artillerie de campagne et par des chasseurs bombardiers[5]. Les Britanniques perdent 250 hommes pour libérer le village[5]. La Panzer Lehr Division contre-attaque le jour même mais elle perd plusieurs blindés[5]. Le sergent Harris du 4th/7th Royal Dragoon Guards (en) détruit cinq chars Panther avec son Sherman Firefly[5]. Un aérodrome sera construit à proximité du village par les Alliés.

La 50e Northumbrian Infantry division à Lingèvres, le 16 juin 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 en cours Christian Marie[6] SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 491 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Lingèvres a compté jusqu'à 1 051 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
836 754 839 808 874 1 051 969 985 904
1856 1861 1866 1872 1881 1886 1891 1896 1901
912 912 958 833 764 755 728 708 662
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
677 647 544 531 512 530 450 548 525
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
535 493 455 464 458 488 493 492 491
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin du XIIIe siècle, remaniée au XXe siècle.
  • Monument en hommage à la 50edivision britannique.
  • Stèle à la mémoire du Royal Dragoon Guard, aux Verrières.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 159
  5. a, b, c, d et e Dictionnaire du débarquement, sous la direction de Claude Quétel, éd. Ouest-France, mars 2011.
  6. a et b Réélection 2014 : « Lingèvres (14250) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 3 : Arrondissements de Vire et de Bayeux, Caen, Hardel,‎ 1857 (lire en ligne), p. 374-382 : Lingèvres.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :