Le Rideau déchiré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Torn Curtain

Titre québécois Le Rideau déchiré
Titre original Torn Curtain
Réalisation Alfred Hitchcock
Scénario Brian Moore d'après son roman
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Sortie USA : 14 juillet 1966
France : 16 novembre 1966
Durée 122, 29 minutes (2 heures 2 minutes 29 secondes)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Rideau déchiré (Torn Curtain) est un film américain réalisé par Alfred Hitchcock sorti en 1966, tirant son nom du rideau de fer. Le film n'a pas eu de trophées, et n'a pas été un succès commercial ; mais il reste tout de même un classique. Le scénario est de Brian Moore, adapté à partir de son roman.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un chercheur en physique nucléaire, Armstrong, rompt sans explications avec sa fiancée et assistante, Sarah, avant de se rendre à un congrès à Copenhague. Intriguée, elle le suit et découvre qu'il part en réalité pour Berlin-Est. Décidée à comprendre, elle prend le même avion et se rend compte que le professeur semble avoir choisi de passer à l'Est.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

La version DVD est en 1:33 réel (image non pan scan). La version diffusée sur Arte le 17 juin 2013 est en 1:85 ; en comparaison la version DVD montre un vrai cadrage 1:33. Il semblerait que les deux formats aient été développés simultanément pour une diffusion cinéma et télévision, à l'instar de Psychose.

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La préparation du film voit la perte de deux des collaborateurs les plus importants d'Hitchcock sur lesquels s'étaient construits ses plus grands succès américains : le monteur George Tomasini et le chef opérateur Robert Burks. Mais la perte la plus mesurable pour le film reste le rejet par Hitchcock, et du studio, de la musique écrite et enregistrée par Bernard Herrmann, mettant un terme à une longue et prolifique collaboration. La musique est composée alors par John Addison, tout juste oscarisé ; la musique d'Herrmann a depuis été montée sur certains plans à des fins documentaires.

Parmi les scènes où le savoir-faire du réalisateur s'affirme clairement, on retient généralement la filature dans le musée pour son travail sur le son, la fuite en bus, et la scène du meurtre. La scène du meurtre, l'élément le plus mémorable du film, illustre la tendance qu'aura le réalisateur avec les années, à tendre vers une représentation naturaliste du crime (qui aboutira par la strangulation au moyen d'une cravate et la représentation d'un cadavre sans "noblesse" dans Frenzy).

Un soin particulier est apporté au générique. L'illustration succède à l'abstraction. Des photogrammes du film recadrés sur les visages (ou des détails de visage) sont montés image par image (à vitesse variable, en boucle, ...) en surimpression sur de la fumée produite par une fusée dont la flamme rouge occupe la partie droite de l'écran.

Caméo : à la 4e minute, Alfred Hitchcock assis dans le hall de l'Hôtel d'Angleterre avec un bébé joufflu, accompagné par un insert dans la musique de la signature du thème de la série Alfred Hitchcock présente.

Les relations entre Hitchcock et Paul Newman ont été difficiles. La scène du meurtre dans la ferme posait problème à Newman qui ne comprenait pas pourquoi la fermière l'aidait à tuer Gromek. Hitchcock aurait répondu à l'acteur : "Pourquoi vous aide-t-elle ? Parce qu'elle vient tourner la scène au studio aujourd'hui !".[réf. nécessaire] Les deux hommes ne travailleront plus jamais ensemble.

Nomination[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]