Lawrence Ferlinghetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lawrence Ferlinghetti

Lawrence Ferlinghetti (né le 24 mars 1919) est un poète américain, plus connu comme co-fondateur de la librairie City Lights Books, et d'une maison d'édition du même nom qui a fait paraître les travaux littéraires des poètes de la Beat Generation, y compris Jason Murphy, Jack Kerouac et Allen Ginsberg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferlinghetti nait d'une famille d'immigrés Juifs séfarade d'origine italo-portugaise à Yonkers (État de New York). Il y fréquente l'école de Mount Hermon et gagne le rang d'Eagle Scout. Plus tard, il poursuit ses études à l'université de Chapel Hill en Caroline du Nord, puis devient officier dans la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il obtient un diplôme de Master à l'université Columbia et un doctorat de la Sorbonne. Alors qu'il est étudiant à Paris, il rencontre Kenneth Rexroth, qui plus tard le persuade d'aller à San Francisco pour profiter de la scène littéraire croissante dans la région.

Entre 1951 et 1953 il enseigne le français, fait des critiques littéraires, et peint. En 1953, Ferlinghetti et Peter D. Martin ouvrent une librairie, qu'ils appellent City Lights d'après un magazine de cinéma que Martin a commencé. Deux ans plus tard, après que Martin a quitté San Francisco pour se rendre à New York, Ferlinghetti ouvre une maison d'édition spécialisée en poésie, et dont la publication la plus célèbre est Howl d'Allen Ginsberg. Pourtant, malgré l'excellence de cette œuvre, elle est confisquée et censurée par les autorités, et est le sujet d'un procès historique. Dans les années 60 et 70, il a entre autres œuvré pour la reconnaissance artistique de l'écrivain et poète Charles Bukowski.

Ferlinghetti possède une propriété dans une région assez sauvage de la Californie côtière, Big Sur (cette région a également inspiré une partie de la poésie de Jack Kerouac). Il apprécie aller dans la nature, où il peut éprouver une spiritualité libérale. Ces aspects de son caractère l'ont poussé à se créer des amitiés avec plusieurs bouddhistes américains, dont Ginsberg et Gary Snyder. Politiquement, il s'est décrit en tant qu'anarchiste moral, engagé dans sa communauté, mais il a aussi constaté que, à son avis, l'humanité n'est pas encore prête à vivre tout à fait en conformité avec l'anarchisme ; par conséquent, il préfère le genre de social-démocratie que l'on connait dans les pays scandinaves. En 2009 Lawrence Ferlinghetti est devenu Membre Honoraire du mouvement artistique littéraire Immagine & Poesia, fondé à Turin, Italie[1].

60 years of painting (60 ans de peinture) - l'exposition qui se tient en Italie (Rome, février-avril et Reggio Calabria, mai-juillet 2010) - a témoigné de l'intérêt de Ferlinghetti pour le binôme « poésie - peinture », en dévoilant ses œuvres.

Sa poésie[modifier | modifier le code]

Lawrence Ferlinghetti et la jeune Sylvia Whitman devant la librairie Shakespeare and Company en 1981

L'œuvre poétique la plus connue de Ferlinghetti est Coney Island of the Mind, qui a été traduite en neuf langues. En 1998 il est nommé Poet Laureate de San Francisco (un prix dont l'équivalent n'existe pas en français mais qui ressemble à une nomination à l'Académie française). Il continue aujourd'hui d'écrire de la poésie et participe toujours au fonctionnement de la librairie et de sa maison d'édition. Ne se contentant pas seulement de s'engager dans la littérature, Ferlinghetti continue aussi à peindre et ses tableaux sont souvent exposés dans les galeries et les musées à San Francisco et ailleurs.

La poésie de Ferlinghetti aborde souvent la politique et les grands débats sociaux. Il essaie aussi de défier la perception courante du rôle de l'artiste dans le monde. Le groupe italien Timoria lui a consacré une chanson, intitulée Ferlinghetti Blues (de leur album El Topo Grand Hotel), et Ferlinghetti lui-même y a enregistré un de ses poèmes.

Enregistrements sonores[modifier | modifier le code]

  • 1958 : Poetry Readings In The CellarFantasy Records F-7002
  • 1959 : Tentative Description Of A Dinner Given To Promote The Impeachment Of President Eisenhower, And Other PoemsFantasy Records F-7004
  • 1961 : The Great Chinese Dragon And Other PoemsFantasy Records F-7010
  • 1969 : FerlinghettiFantasy Records F-7014 (compilation ? )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(En Anglais, Américain)

  • Pictures of the Gone World ; San Francisco: City Lights 1955
  • A Coney Island of the Mind ; New York: New Directions 1958
  • Her ; New York: New Directions 1960
  • Routines ; New York: New Directions 1964
  • An Eye on the World, Selected Poems ; MacGibbon & Kee 1967
  • Back Roads to Far Places ; New York: New Directions 1971
  • Open Eye, Open Heart ; New York: New Directions 1973
  • Who Are We Now? ; New York: New Directions 1976
  • Endless Life, Selected Poems ; New York: New Directions 1981
  • Over All the Obscene Boundaries,European Poems and Transitions ; New York: New Directions 1984
  • When I Look at Pictures ; Peregrine Smith Books 1990
  • A Far Rockaway of the Heart ; New York: New Directions 1997
  • How to Paint Sunlight ; New York: New Directions 2001
  • Americus Book I ; New York: New Directions 2004
  • Americus Book I ; New York: New Directions 2004
  • Poetry as Insurgent Art ; New York: New Directions 2007


(En Français)

  • Amant des gares (poèmes directement écrits en français) ; Le Temps des Cerises 1990
  • Poète aveugle (traduit de l’américain par Marianne Costa), éd. Maëlstrom, en coédition avec Le Veilleur éditions, 2004.
  • Bookleg # 2: Démocratie totalitaire (traduit de l'américain par Marianne Costa), éd. Maelström, 2005.
  • Breeding blues/Le blues de la reproduction (traduit de l'américain et adapté par Pierre Guéry, site internet des éditions Le Mort Qui Trompe, 2006
  • A Coney Island of the Mind et autres poèmes (traduit de l'américain par Marianne Costa) éd. maelstrÖm reEvolution, 2008.
  • Poésie Art de l'Insurrection (traduit de l'américain par Marianne Costa) éd. maelstrÖm reEvolution, 2012
  • La nuit mexicaine (traduit de l'américain par Daniel Blanchard) éd. L'une et l'autre, 2013

Lecture critique[modifier | modifier le code]

  • Constantly Risking Absurdity: The Writings of Lawrence Ferlinghetti, by Michael Skau (Whitson, 1989)
  • Ferlinghetti: A Biography, by Neeli Cherkovski (Doubleday, 1979)
  • Lawrence Ferlinghetti: Poet-at-Large, by Larry R. Smith (Southern Illinois University Press, 1983)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]