Hortus deliciarum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hortus Deliciarum)
Aller à : navigation, rechercher

Le Jardin des délices

Image de l'enfer dans l'Hortus Deliciarum

L'Hortus Deliciarum est un manuscrit, une encyclopédie chrétienne, réalisée entre 1159 et 1175 par Herrade de Landsberg (aussi appelée Herrade de Hohenbourg), et ses moniales au couvent de Hohenbourg (mont Sainte-Odile), dont l'original a été détruit.

C'est la première encyclopédie connue qui ait été réalisée par une femme. Cet ouvrage en latin résume les connaissances théologiques et profanes de l'époque.

Le manuscrit original, qui avait été transféré à la la bibliothèque de Strasbourg lors de la Révolution française, a été détruit lors de l'incendie de la bibliothèque en 1870, au cours de la Guerre franco-prussienne. Les miniatures nous sont connues par des copies partielles effectuées par Christian Moritz Engelhardt et par le comte Auguste de Bastard. Dans la plupart des cas, les légendes originales ont été ignorées lors de la copie (voir la section Reconstruction de l'original).

Contenu[modifier | modifier le code]

Le plan, très méthodique, suit l'histoire religieuse du monde, à laquelle se greffent des éléments encyclopédiques. L'ouvrage compte 648 pages en format grand in-folio et son contenu est divisé en six parties, sans doute par allusion à la création du monde en six jours. La première partie traite de Dieu, des anges et de la Trinité, tout en intégrant des éléments de cosmologie et de géographie. La deuxième partie porte sur la création de l'homme et sa chute, avec des considérations sur l'idolâtrie, la mythologie, la philosophie et les arts libéraux. La troisième partie traite des patriarches, de l'histoire des Juifs et de l'histoire générale. La quatrième partie traite du Christ, des apôtres et de l'histoire de l'Empire romain. La cinquième partie traite de l'organisation de l'Église. La sixième et dernière partie porte sur l'Antéchrist, le Jugement dernier et contient une liste des papes ainsi qu'un calendrier perpétuel comportant les dates de Pâques jusqu'en 1707[1]. Des poèmes parsèment l'ouvrage.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Calque du Hortus deliciarum effectué par A. Straub d’après l’original avant sa destruction.
– Coll. Bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg.
Allégorie de la Philosophie et des sept arts libéraux
L’échelle des vertus

Ce livre est surtout célèbre pour ses superbes miniatures aux couleurs vives et accompagnées de légendes. Cet ouvrage de 648 pages ne compte pas moins de 346 scènes en miniature[2], contenant quelque 9 000 personnages allégoriques[3]. Ce chiffre peut sembler énorme, mais on peut parfois dénombrer dans une seule planche plus d'une centaine de personnages. Les illustrations jouent donc un rôle essentiel dans l'organisation du livre, même si celui-ci compte aussi 45 000 lignes de texte. Au lieu d'illustrer le texte comme elles le faisaient dans les ouvrages des siècles antérieurs, les images constituent la matière principale de cette encyclopédie et sont destinées à être décodées en premier, tandis que le texte sert de complément au langage de l'image[4].

Herrade est très soucieuse de l'exactitude des images. Le zodiaque est dessiné avec beaucoup de soin. La traversée de la Mer Rouge montre un chameau fidèlement dessiné. La rose des vents indique douze vents. Attachée à relier microcosme et macrocosme, Herrade représente le monde sous la forme d'un homme nu avec les bras étendus, dont la tête rayonnante est entourée de sept planètes, avec aux quatre coins de l'image une allégorie des quatre éléments en relation avec l'homme: l'eau liquéfie son sang, l'air lui permet de respirer, le feu donne de la chaleur à son sang et la terre fournit au corps sa matérialité. L'eau est naturellement identifiée par des poissons et la terre par un monticule sur lequel une chèvre broute des ronces[5]. Le péché originel est illustré par une scène montrant Adam en train de labourer et Ève filant au fuseau[6].

L'une des illustrations les plus célèbres est celle de la Philosophie avec les sept arts libéraux (ci-contre). La figure principale est surmontée de trois têtes identifiées comme étant l'Éthique, la Logique et la Physique. Elle tient dans la main droite une inscription où l'on peut lire Omnis sapientia a Domino Deo est (« Toute sagesse vient de Dieu »), phrase par laquelle débute le texte biblique de l'Ecclésiaste. Sept fontaines de sagesse s'en écoulent, correspondant aux allégories des sept arts libéraux : Grammaire, Rhétorique, Dialectique, Musique, Arithmétique, Géométrie et Astronomie. Si, dans le Liber Floridus, Lambert avait déjà tracé un parallèle entre les sept arts et les sept dons du Saint-Esprit, sa performance apparaît toutefois comme modeste par rapport à celle d'Herrade[7]. Dans le cercle central, se trouvent intégrés Socrate et Platon. À l'extérieur, placés au bas de l'image, quatre personnages sont en train d'écrire, chacun étant accompagné d'un oiseau noir perché sur l'épaule qui semble lui chuchoter à l'oreille. Il s'agit d'une allégorie de l'esprit mauvais qui inspire les écrits des auteurs païens [6].

Dans l'image intitulée « L'échelle des vertus », des personnages engagés dans la montée tombent pour divers motifs sous les flèches des démons : un laïc tout au bas de l'échelle échoue parce qu'il ne pratique pas la vie contemplative; une nonne parce qu'elle se laisse séduire par un cadeau que lui offre un prêtre; un prêtre parce qu'il ne peut pas résister à la viande, au vin et aux femmes; un moine parce qu'il aime trop son lit; un ermite parce qu'il pense à son jardin plutôt qu'à la contemplation. Seule une vierge arrive en haut de l'échelle et reçoit en récompense la vertu de charité qui comprend toutes les autres vertus et à laquelle les nonnes devraient viser[8]. Il est à noter que cette illustration est une copie dont ont été éliminés les textes explicatifs qui aidaient à une bonne intelligence des images et remplissaient tous les espaces libres (voir un calque de l'original ici).

Aspect littéraire[modifier | modifier le code]

L'ouvrage contient quelque 55 poèmes composés selon des formes métriques variées et accompagnés de gloses qui en expliquent les subtilités, preuve de l'intention didactique de l'ouvrage[9]. Ces pièces à thématique religieuse étaient manifestement destinées à être apprises par cœur, récitées ou chantées par la communauté de moniales[9]. Rien ne permet cependant de les attribuer toutes à l'abbesse Herrade. Il est notamment établi que cinq de ces poèmes sont dus à Hildebert de Lavardin, deux sont de Gautier de Châtillon et un de Petrus Pictor[9].

Intérêt linguistique[modifier | modifier le code]

Ce livre présente un intérêt particulier pour l'histoire de la langue germanique car il contient quelque 1 250 vieux mots allemands que l'abbesse a ajoutés en interligne au-dessus des mots latins pour se faire mieux comprendre[10].

Polyphonie[modifier | modifier le code]

L'ouvrage contient une vingtaine de chants avec notation musicale, ce qui en fait un témoignage précieux au plan musicologique.

Sources[modifier | modifier le code]

Pour l'essentiel, il s'agit d'un florilège de quelque 1 160 textes[9] tirés de sources diverses: Eusèbe de Césarée, Clément d'Alexandrie, Augustin, Isidore de Séville, Bède, Smaragde, Fréculf de Lisieux, Yves de Chartres, Anselme de Cantorbéry, Honoré d'Autun, Rupert de Deutz, Pierre Lombard, Pierre le Mangeur et Fulgence le mythographe[11]. « Les passages sur la cosmologie, la chronologie, l'astronomie, la géographie, la mythologie, l'agronomie et autres sciences sont, en grande partie, empruntées à un recueil intitulé Aurea gemma, qui a beaucoup de rapport avec le livre De imagine mundi[12] ».

L'inspiration principale semble venir du Liber Floridus de Lambert, rédigé près de cinquante ans plus tôt, comme l'indiquent à la fois le titre et la reprise de la métaphore de l'abeille qui collecte le nectar de leurs diverses et en fait son miel. Toutefois, le terme jardin a ici un sens plus strictement chrétien que le titre de l'ouvrage de Lambert, car ce mot fait référence au jardin d'Eden, assimilant ainsi le savoir encyclopédique à un paradis plein de choses plaisantes à voir et à s'assimiler[13].

Reconstruction de l'original[modifier | modifier le code]

Calque du Hortus deliciarum effectué d’après l’original par Schneegans, avec les indications de couleurs.
– Coll. Bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg

Il n'existait aucun facsimilé de l'original qui a été détruit par l'incendie de 1870 et la seule copie complète a brûlé en même temps[14]. Toutefois, un certain nombre de planches avaient été copiées en 1818 par Christian Moritz Engelhardt et, dans plusieurs exemplaires de ce livre, les illustrations en ont été coloriées à la main. Après l'incendie, le chanoine Straub de la cathédrale de Strasbourg, qui avait lui-même effectué une vingtaine de dessins des miniatures originales[15], s'est vu confier la tâche de publier les fragments qui pouvaient avoir survécu. Il a alors recueilli tous les calques et dessins effectués par des amateurs au cours du XIXe siècle et les a publiés avec Keller sous la forme de fascicules, dont l'édition s'est échelonnée entre 1879 et 1898. Cet ouvrage ignorait toutefois les copies d'une grande précision réalisées entre 1832 et 1869 par le comte Auguste de Bastard et dans lesquelles le texte original avait été préservé, celles-ci n'ayant réapparu que par la suite. Une édition rigoureuse de reconstruction de l'original s'imposait donc, et elle a été réalisée en 1979 par le Warburg Institute sous l'impulsion de l'historien de l'art Fritz Saxl et sous la direction de Rosalie Green. Cela a permis de reconstituer environ la moitié des scènes originales. Un autre travail de reconstitution a été mené à Strasbourg peu après et publié en 1990 par Auguste Christen et ses collaborateurs. De nombreux calques réalisés d’après l’original avant sa destruction, sont conservés à la bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg.

Cette transmission tortueuse explique que certaines des illustrations les plus célèbres existent en diverses versions, plus ou moins fidèles à l'original.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Christen, Charles Gies, Claudia Tisserant-Maurer, Hortus deliciarum : reconstitution du manuscrit du XIIe siècle de Herrade dite de Landsberg, Strasbourg, COPRUR, 1990
  • (en)(fr) Rosalie Green, Michael Evans, Christine Bischoff & Michael Curschmann, Herrad of Hohenbourg - Hortus Deliciarum, London, The Wartburg Institute, 2 vol., 1979
  • (en) Fiona J. Griffiths, The garden of delights : reform and renaissance for women in the twelfth century, University of Pennsylvania Press, Philadelphie, 2007, 381 p. (ISBN 978-0-8122-3960-7)
  • Alexandre Le Noble, Notice sur le “Hortus deliciarum”: encyclopédie manuscrite, composée au XII siècle par Herrade de Landsberg, abbesse du monastère de Hohenbourgh (Sainte Odile) en Alsace, et conservée à la bibliothèque de Strasbourg (Livre numérique Google), 1840.
  • (de) Christian Moritz Engelhardt, Herrad von Landsperg, Aebtissin zu Hohenburg, oder St. Odilien, im Elsass, im zwölften Jahrhundert und ihr Werk, Hortus deliciarum : ein Beytrag zur Geschichte der Wissenschaften, Literatur, Kunst, Kleidung, Waffen und Sitten des Mittelalters, J.-G. Cotta'sche Buchhandlung, Stuttgart, Tübingen, 1818, XIV-200 p.
  • (en) Fritz Saxl, Lectures, London, The Wartburg Institute, 1957
  • Louis Schlaefli, Inventaire des papiers relatifs au “Hortus Deliciarum”, Bibliothèque du Grand Séminaire, Strasbourg, 1998, 8 p.
  • Charles Schmidt, Herrade de Landsberg, J.H.E. Heitz, Strasbourg, 1897, 112 p.
  • Simone Schultz (et al.), Hortus Deliciarum : le plus beau trésor d'Alsace, Coprur, Strasbourg, 2004, 108 p. (ISBN 2-84208-134-X)
  • A. Straub et G. Keller (ed.), Herrade de Landsberg. Hortus deliciarum, Société pour la conservation des monuments historiques d'Alsace.
  • Voir aussi l'article « Le Hortus Deliciarum et ses miniatures perdues » (annuaire du Club Vosgien, n°4/99), et Hortus Deliciarum "Le Jardin des Délices" de Herrade de Landsberg, un manuscrit Alsacien à miniatures du XIIe siècle, Ed. Oberlin, Strasbourg, imp. Braun et Cie, 1945 (avec 36 planches en noir et blanc).

Postérité[modifier | modifier le code]

Le Hortus deliciarum a inspiré à l'auteur alsacien Jean-Claude Diemer un roman policier en deux volumes, dont l'intrigue entrelace actualité et événements historiques: Hortus Deliciarum. Tome 1. Herrade De Landsberg (2010) et Hortus Deliciarum. Tome 2. Hildegarde Von Bingen (2012).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Y. Lefèvre, « Le Liber Floridus et la littérature encyclopédique au Moyen Âge », Liber Floridus Colloquium, Ghent, Story-Scientia, 1973. p. 8.
  2. Rosalie Green, p. 23. La version allemande de Wikipédia indique 350 miniatures, tandis que la section anglaise en donne 336. Pour sa part, F. Saxl donne le chiffre de 636 miniatures (Lectures, 1957, p. 247), mais ce chiffre est très certainement basé sur une erreur typographique.
  3. F. Saxl, Lectures, 1957, p. 247.
  4. F. Saxl, Lectures, 1957, p. 253.
  5. F. Saxl, Lectures, 1957, vol. II, pl. 169b.
  6. a et b Alexandre Le Noble, 1840, p. 11.
  7. F. Saxl, Lectures, 1957, p. 249.
  8. F. Saxl, Lectures, 1957, p. 250.
  9. a, b, c et d Christine Bischoff, 1979, p. 37.
  10. Alexandre Le Noble, 1840, p. 17.
  11. Christine Bischoff, 1979, p. 44-55.
  12. Alexandre Le Noble, 1840, p. 5-6.
  13. F. Saxl, Lectures, 1957, p. 245.
  14. Rosalie Green, 1979, vol. 1, p. 18.
  15. Rosalie Green, 1979, vol. 1, p. 19.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :