Smaragde de Saint-Mihiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smaragde.

Smaragde de Saint-Mihiel, mort après 826, est un homme d'Eglise et un lettré de l'époque carolingienne, moine bénédictin, puis abbé de Saint-Mihiel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Smaragde est originaire de l'Espagne wisigothique[réf. nécessaire].

Dans les années 780, peut-être protégé par l'évêque Théodulf d'Orléans, il est écolâtre[réf. nécessaire] en Aquitaine, puis est nommé abbé de Saint-Mihiel dès le règne de Charlemagne.

Dans les années 807-809, il participe de façon active, avec Théodulf d'Orléans et Arn de Salzbourg, aux débats sur la question du Filioque. À la demande de Charlemagne, Smaragde travaille particulièrement à rassembler les arguments bibliques en faveur du Filioque, entérinés par le concile d'Aix en 809.

Sous le règne de Louis le Pieux, il apparaît parfois comme missus dominicus. En 816, c'est lui qui prépare le grand synode de réforme religieuse.

Ses liens étroits avec Louis le Pieux lui permettent d'obtenir cinq diplômes pour son monastère de Saint-Mihiel (datés de 816, 824 et 826).

Il prend aussi part au débat sur l'esclavage et le servage, où il a un point de vue original : il réclame l'abolition de l'esclavage[1], s'opposant ainsi à Alcuin, Raban Maur, et même aux positions plus douces de Jonas d'Orléans ou d'Agobard de Lyon[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Liber in partibus Donati (traité de grammaire sur les huit parties du discours, à partir de l'Ars major de Donat)
  • Exposition sur le Livre des Psaumes
  • Liber comitis (livre de lectures patristiques selon l'année liturgique)
  • Sur la procession du Saint-Esprit
  • Commentaires sur les Évangiles et les Épîtres
  • Via regia, en 32 chapitres, l'un des premiers exemples du genre littéraire du miroir des princes au Moyen Âge.
  • Commentaria in regula sancti Benedicti
  • Diadema Monachorum

Editions[modifier | modifier le code]

  • Les œuvres complètes de Smaragde, sauf sa grammaire et les Carmina, ont été publiées par l'abbé Migne, dans Patrologie Latine, volume 102, disponible en ligne Documenta Catholica Omnia.
  • Liber in partibus Donati, éd. Bengt Löfstedt, Louis Holtz et Adele Kibre, Brepols, série CCCM n° 68, Turnhout, 1986.
  • Commentaire du Prologue à la Règle de saint Benoît, éd. Alfred Spannagel et Dom Pius Engelbert, Paris, Cerf, 2006

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Via regia, § 30 : « Prohibe ergo, clementissime rex, ne in regno tuo captivitas fiat. [...] Ut juste et recte erga servos agatur, et ut liberi dimittantur, Isaias clamat et dicit. [...] unusquisque liberos debet dimittere servos, considerans quia non illi eos natura subegit, sed culpa : condicione enim æqualiter creati sumus, sed aliis alii culpa subacti ».
  2. Paul Allard (1913), Les Origines du servage en France, Paris, J. Gabalda, 332 p. Voir recension de 1914 par Duffo J. « Paul Allard. Les origines du servage en France », in Revue d'histoire de l'Église de France, 1914, n° 28, pp. 512-515. Lire en ligne sur le portail Persée : [1]