Mont Sainte-Odile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Sainte-Odile
Le couvent du mont Sainte-Odile, commune d’Ottrott
Le couvent du mont Sainte-Odile, commune d’Ottrott
Géographie
Altitude 764 m
Massif Vosges
Coordonnées 48° 26′ 13″ N 7° 24′ 12″ E / 48.43694, 7.4033348° 26′ 13″ Nord 7° 24′ 12″ Est / 48.43694, 7.40333  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

(Voir situation sur carte : Bas-Rhin)
Mont Sainte-Odile

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Sainte-Odile

Le mont Sainte-Odile[1] (Odilienberg en allemand) est un mont vosgien, situé dans le département du Bas-Rhin, culminant à 764 mètres d'altitude. Il est surmonté par l'abbaye de Hohenbourg, couvent qui surplombe la plaine d'Alsace, fondé par sainte Odile, patronne de l'Alsace, fille du duc d'Etichon. Haut lieu de la culture alsacienne, ce couvent est un site de pèlerinage très fréquenté (1 300 000 visiteurs par an)[2]. Par temps clair, la vue s'étend jusqu'à la Forêt-Noire. Il s'y trouve aussi les vestiges d'une muraille ancienne, le « mur païen ».

Détail de la statue sur le toit du couvent

Histoire ancienne : le « mur païen »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mur païen du mont Sainte-Odile.

À l'époque celtique, la montagne s'appelle Altitona, la « montagne haute ». C'est un lieu de culte celte.

Proto-celtes, celtes, Romains et Alamans construisent une forteresse au sommet.

Le mur païen, section nord.

Le mur païen (en allemand : Heidenmauer, en alsacien d'Heidamür(a)[3]) est une enceinte d'une longueur totale de onze kilomètres faisant le tour du plateau du mont Sainte-Odile. Formé d'environ 300 000 blocs cyclopéens, il fait entre 1,60 m et 1,80 m de large et peut atteindre trois mètres de hauteur. Le qualificatif de « païen » lui a été donné par Léon IX.

Les chercheurs n'ont pu définir s'il s'agissait d'une enceinte défensive ou d'une enceinte cultuelle, et sa période de construction n'a pu être définie que récemment. Les analyses réalisées ont permis de le dater non plus du IIe siècle av. J.-C., voire d'une époque beaucoup plus ancienne (âge du bronze), mais beaucoup plus tardivement, du VIIe siècle.

Le mur a été classé au titre des monuments historiques par la liste des monuments historiques de 1840[4] et « site archéologique d’intérêt national » en 1987 (à l'instar du site archéologique d'Alésia ou du mont Beuvray).

L'abbaye de Hohenbourg[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Hohenbourg.

Le monastère[modifier | modifier le code]

À la fin du VIIe siècle, à l'époque des rois mérovingiens, l'Altitona est la propriété du duc d'Alsace Etichon-Adalric, père de la future sainte Odile.

Il y fait construire une demeure noble, le château de Hohenbourg[5].

Le monastère est créé vers 700[6], après que le père d'Odile lui a légué le château, qu'elle transforme en couvent.

Très populaire, l'endroit devint un lieu de pèlerinage très fréquenté, notamment par les personnes atteintes de maladies oculaires et accueillit jusqu'à 130 moniales.

Sous la Révolution française, le couvent est vendu comme bien national. L'évêché de Strasbourg le rachète en 1853 et le rétablit à sa vocation monacale.

On peut encore voir le tombeau de sainte Odile dans une chapelle attenante au cloître. Les tombeaux de ses parents, Adalric (aussi appelé Etichon) et Bererswinde, y sont aussi conservés, bien qu'ils soient des ajouts plus tardifs (IXe siècle et XIe siècle). Ces caveaux sont ornés de mosaïques remarquables.

Les chapelles vouées à Sainte-Odile, à la Croix, aux Larmes et aux Anges, ainsi que la bibliothèque et les sculptures du cloître du monastère ont été classés au titre des monuments historiques par la liste des monuments historiques de 1840[7].

La basilique[modifier | modifier le code]

À côté des nombreuses chapelles du Mont, on compte l'église dédiée à l'Assomption de la Vierge Marie. Cette église conventuelle, détruite à de nombreuses reprises par le feu, a été reconstruite en style baroque. La première pierre a été posée en 1687, les travaux sont achevés en 1692. La consécration de l'édifice est célébrée avec faste le 20 octobre 1696 par Mgr Peter Creagh, archevêque de Dublin et primat d'Irlande en exil à Strasbourg.

Le mobilier de l'église sera partiellement détruit lors de la Révolution française, puis reconstitué. Un nouvel orgue est notamment installé en 1862 (l'orgue actuel date de 1964).

En 1924 est inauguré le clocher, remplaçant le petit clocheton qui existait jusqu'alors. Ce clocher est flanqué d'une tourelle que domine une imposante statue de Sainte Odile bénissant l'Alsace. Cette statue est l'œuvre du sculpteur colmarien Alfred Klem. Le clocher contient par ailleurs un ensemble de 31 cloches, dont la plus grande pèse cinq tonnes.

L'église conventuelle Sainte-Odile est elle classée au titre des monuments historiques par arrêté du 22 juillet 1997[7].

Le 16 juin 2006, le Pape Benoît XVI a érigé l'église en basilique mineure. C'est la quatrième basilique mineure du diocèse de Strasbourg.

Le chemin de croix, la source et la chapelle des Rochers[modifier | modifier le code]

Un chemin de croix monumental, réalisé de 1933 à 1935 par le céramiste Léon Elchinger (1871-1942), orne les parois rocheuses du plateau du couvent[8].

La source (ou fontaine) de Sainte-Odile se situe en contrebas du couvent. Son eau aurait la vertu de guérir les maladies des yeux. Selon la légende, c'est Sainte Odile qui l'a fait jaillir en frappant le rocher de son bâton[8].

La chapelle des Rochers, inaugurée en 1927, a été détruite vers 1970, car délabrée ; son soubassement est toujours visible. Elle avait été construite originellement pour représenter l'Alsace à l'Exposition Internationale des Arts décoratifs de Paris en 1925, puis remontée sur le Mont, à proximité de la Porte romaine, et inaugurée en 1927[8].

La catastrophe aérienne du 20 janvier 1992[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crash du mont Sainte-Odile.

Le 20 janvier 1992 à 19h20, un Airbus A320 assurant le vol 148 Air Inter s'écrase sur une crête proche du mont Sainte-Odile faisant 87 morts et laissant 9 survivants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Thérèse Fischer, Treize siècles d'histoire au mont Sainte-Odile, Strasbourg, Editions du Signe,‎ 2006, 527 p. (ISBN 978-2-7468-1742-5)
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue,‎ 1995, 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Ottrott : Mur des païens sur la montagne sainte-Odile ; Monastère de Sainte Odile ; Abbaye de Sainte-Odile ; Monastère de Sainte-Odile, Chapelle Sainte-Odile, Chapelle de la Croix,Bibliothèque; Sculptures du cloître; Chapelle des Larmes; Chapelle des Anges… pp. 315 à 318

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mont sainte Odile : Histoire
  2. GEO, no 387, mai 2011, p. 94.
  3. « journal L'Alsace « Heid » »
  4. Notice Mérimée
  5. En allemand, Hohenburg : « le château d'en haut », Burg impliquant des fortifications et Hohen désignant la hauteur (les bâtiments sont perchés à l'extrémité d'un plateau rocheux d'environ 700 mètres d'altitude).
  6. Date à vérifier.
  7. a et b « Monastère de Sainte-Odile, au Mont-Saint-Odile », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. a, b et c J.M. Le Minor, A. Troestler et F. Billmann, Le Mont Sainte-Odile, I.D. L'Édition coll. Découvertes, 2010 (ISBN 978-2-915626-42-1)