Herrade de Landsberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoportrait d'Herrade de Landsberg tenant un parchemin où est écrit un de ses poèmes, vers 1180

Herrade de Landsberg (née entre 1125 et 1130, décédée le 25 juillet 1195 à Hohenbourg) était abbesse, poète et encyclopédiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue de la noble famille alsacienne de Landsberg, Herrade succéda à Rélinde, à la tête du couvent de Hohenbourg (mont Sainte-Odile en Alsace), dont elle fut abbesse de 1167 à 1195. C'est par Rélinde qu'Herrade fut initiée à la culture des lettres et des beaux-arts[1]. Cet ancien couvent de bénédictines était devenu une collégiale augustinienne avec observation stricte de la règle pour les 47 moniales. La congrégation comprenait également 13 converses qui n'étaient pas soumises aux mêmes règles que les autres.

Herrade de Landsberg achève la restauration du couvent, entamée par l'abbesse Rélinde et le roi Frédéric Ier, et obtient l'installation de prémontrés dans l'abbaye de Niedermunster situé dans un vallon au pied du mont Sainte-Odile.

Herrade de Landsberg devint célèbre en tant qu'auteure et illustratrice de l'Hortus deliciarum (Le Jardin des délices), composé entre 1169 et 1175. Première encyclopédie écrite par une femme, c'était un superbe manuscrit à vocation essentiellement didactique.

Herrade écrivait également des poèmes. Sur le parchemin qu'elle tient dans les mains, on trouve notamment les vers suivants:

Ô vous, fleurs blanches comme la neige, qui répandez le parfum de vos vertus, en dédaignant la poussière terrestre, persistez dans la contemplation des choses célestes, ne cessez pas de vous hâter vers le ciel, où vous verrez, face à face, l’Époux caché à vos regards.

L'image d'Herrade qui se dégage de cet ouvrage est à la fois « une abbesse consciente de l'importance de son rôle, une femme dévote qui a la gaieté d'une jeune fille, une mère qui prend bien soin de ses filles et l'amoureuse fiancée mystique du Christ[2] ». La tristesse est bannie de son monde, elle veut être entourée de visages jeunes et beaux[3].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Médaillon d'Herrade sur la façade de la BNUS

Herrade de Landsberg figure en médaillon sur la façade de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS), construite par les Allemands à la fin du XIXe siècle[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Le Noble, Notice sur le Hortus deliciarum: encyclopédie manuscrite, composée au XIIe siècle par Herrade de Landsberg, abbesse du monastère de Hohenbourgh (Sainte Odile) en Alsace, et conservée à la bibliothèque de Strasbourg (Livre numérique Google), 1840, p. 4.
  2. F. Saxl, Lectures, London, The Wartburg Institute, 1957, p. 246.
  3. F. Saxl, Lectures, 1957, p. 246.
  4. Serge Dufour, Les Statues de Strasbourg, Coprur, Strasbourg, 1992, p. 12