Grande pagode de l'oie sauvage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 13′ 12.46″ N 108° 57′ 33.58″ E / 34.2201278, 108.9593278

La grande pagode de l'oie sauvage

La Grande pagode de l'Oie sauvage (chinois simplifié : 大雁塔 ; pinyin : Dàyàn Tǎ), est une pagode située dans la partie sud de Xi'an, dans la province chinoise du Shaanxi. Elle a été construite en 652, pendant la dynastie Tang et avait à l'origine cinq étages. Elle a été reconstruite en 704, pendant le règne de l'impératrice Wu Zetian et sa façade extérieure en briques a été restaurée pendant la dynastie Ming. Une de ses nombreuses fonction fut d'abriter les sûtras et les figurines du Bouddha rapportées d'Inde en Chine par le voyageur et traducteur bouddhiste Xuanzang.

Environs et histoire[modifier | modifier le code]

Grande pagode de l'Oie sauvage, Xi'an, Shanxi. Brique et pierre. H. : 60m; l. du côté à la base : 25,5 m, dynastie Tang, 652 (première construction) et VIIIe s.
Autre vue
Vue en contre-plongée permettant de discerner les briques

La pagode originale fut construite pendant le règne de l'empereur Gaozong (r. 649-683) de la dynastie Tang et s'élevait alors à une hauteur de 54 m[1]. Cependant, cette construction de pisé revêtu de pierre s'est effondrée quelques décennies plus tard. L'impératrice au pouvoir Wu Zetian a fait reconstruire la pagode et lui a fait ajouter cinq nouveaux étages en l'an 704. Mais le violent séisme de 1556 de Shaanxi l'a fortement endommagée et l'a réduite de trois étages à sa hauteur actuelle de sept étages[2]. Le bâtiment tout entier penche à présent de manière perceptible (plusieurs degrés) vers l'ouest. Sa structure sœur du VIIIe siècle, la petite pagode de l'oie sauvage, également à Xi'an, n'a que peu souffert de ce tremblement de terre (les réparations n'ont toujours pas été faites)[2]. La Grande pagode de l'Oie sauvage fut intensément réparée pendant la dynastie Ming (1368–1644) et de nouveau en 1964. Sa hauteur actuelle est de 64 m et, du haut, l'on peut observer la ville actuelle de Xi'an.

Pendant la dynastie Tang, la pagode était incluse dans un monastère entouré d'un mur formant le secteur le plus grand de la ville, qui s'appelait à l'époque Chang'an[3],[4]. Les terres du monastère de l'époque couvraient dix cours pour un total de 1 897 baies[3],[5]. À l'époque, les étudiants diplômés des examens impériaux de Chang'an inscrivaient leurs noms dans ce monastère[3].

Proche de la pagode se trouve le temple de la Grande grâce maternelle, Da Ci'en. Ce temple fut construit initialement en 589 par Li Zhi (le futur empereur Gaozong des Tang) en mémoire de sa mère l'impératrice Wende et reconstruit ensuite en 647.

Une statue du moine Xuanzang a été érigée devant l'entrée du temple.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Watson, 185.
  2. a et b Ingles (1982), 144.
  3. a, b et c Benn, xviii
  4. Benn, xiii.
  5. Kiang, 12.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benn, Charles (2002). China's Golden Age: Everyday Life in the Tang Dynasty. Oxford: Oxford University Press.
  • Ingles, O.G. "Impressions of a Civil Engineer in China," The Australian Journal of Chinese Affairs (Number 7, 1982): 141–150.
  • Heng Chye Kiang. (1999). Cities of Aristocrats and Bureaucrats: The Development of Medieval Chinese Cityscapes. Singapore: Singapore University Press. ISBN 9971-69-223-6.
  • Watson, William. (2000). The Arts of China to A.D. 900. New Haven: Yale University Press. ISBN 0-300-08284-3.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :