Fierville-les-Parcs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fierville-les-Parcs
Image illustrative de l'article Fierville-les-Parcs
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Blangy-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes Blangy Pont-l'Évêque Intercom
Maire
Mandat
Arlette Dudognon
2014-2020
Code postal 14130
Code commune 14269
Démographie
Gentilé Fiervillais
Population
municipale
227 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 35″ N 0° 13′ 35″ E / 49.2430555556, 0.22638888888949° 14′ 35″ Nord 0° 13′ 35″ Est / 49.2430555556, 0.226388888889  
Altitude Min. 17 m – Max. 126 m
Superficie 4,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Fierville-les-Parcs

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Fierville-les-Parcs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fierville-les-Parcs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fierville-les-Parcs

Fierville-les-Parcs est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 227 habitants[Note 1] (les Fiervillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fierville-les-Parcs[1]
Manneville-la-Pipard,
Pierrefitte-en-Auge
Manneville-la-Pipard Le Mesnil-sur-Blangy
Pierrefitte-en-Auge Fierville-les-Parcs[1] Blangy-le-Château
Le Breuil-en-Auge Le Breuil-en-Auge Saint-Philbert-des-Champs

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Fierville est attesté sous les formes Ferevilla, Firvilla et Fiervilla au XVIe siècle. Fier et ville avaient en ancien français le sens de « remarquable » et « domaine rural »[2]. Les Parcs désignait un endroit permettant d'enfermer les animaux, de les parquer[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les communes de Fierville[4]et des Parcs-Fontaines[5] ont été réunies le 26 février 1853, et la commune porte depuis le nom de Fierville-les-Parcs[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2008 Jean-Louis Loisel SE -
mars 2008 en cours Arlette Dudognon[7] SE Directrice d'école retraitée
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 227 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Fierville-les-Parcs a compté jusqu'à 212 habitants en 1856, à la suite de la fusion de communes, mais les deux communes totalisaient 291 habitants en 1851.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
178 165 172 150 133 130 147 125 229
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
212 208 183 187 192 197 184 170 178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
163 157 148 153 155 160 143 144 134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
130 124 112 121 135 192 216 225 222
2011 - - - - - - - -
227 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique des Parcs-Fontaines avant 1850
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
105 75 119 108 132 142 142 128
(Sources : EHESS[10])


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Désir, qui était initialement celle de la paroisse des Parcs-Fontaines, date du XVIe siècle et abrite un retable en bois doré du XVIIe[11], classé à titre d'objet aux Monuments historiques, ainsi que deux tableaux du XVIIIe[12]. L'église disparue Saint-Protais-et-Saint-Gervais [13]de Fierville datait du Xe siècle[14].
  • Château des Parcs-Fontaines
L'ancien château a été rasé au XIXe siècle[15]. Il en reste une motte féodale et des douves en parties comblées, face au bois.
  • Manoir du Haut des Parcs
Manoir du XVIIe siècle ayant appartenu à la famille d'Éparfontaines. Ce long manoir à colombage à hourdage en torchis (27 mètres sur 5 mètres, d'un étage avec combles) a totalement été démonté en 1985. Restauré et remonté à l'ancienne — simplement avec des goupilles et sans clou — il est sûrement[évasif] une des plus vieilles maisons de Fierville-les-Parcs.
  • Manoir de la Sapée, des XVIIe et XVIIIe siècles, inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 18 février 1993[16].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Tancrède de Rohan résida au château des Parcs-Fontaines[17](Esparses Fontaines), de 1636 à 1638. Il fut tué plus tard aux portes de Paris lors des troubles de la Fronde.
  • Les grandes familles ayant demeuré à Fierville les Parcs sont les (de) Cantel, (d')Éparfontaine, (de) Mauduit, Rondel, Heuzey dont Juliette Heuzey [18] et la famille Van Cleef [19],[20].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[21].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 122-123
  3. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 140
  4. Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, Volume 25[1]
  5. Statistique monumentale du Calvados, Volume 4 par Arcisse M. de Caumont[2]
  6. Bulletin des lois de la République française, Issues 1-67 [3]
  7. Réélection 2014 : « Arlette Dudognon entame un 2e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 avril 2014)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Les Parcs-Fontaines », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 5 mars 2013)
  11. Normandie [4]
  12. « Œuvres mobilières à Fierville-les-Parcs », base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. Hagiologie nivernaise: ou, Vies des saints et autres pieux personnages qui ... par Augustin-Joseph Crosnier[5]
  14. Revue d'histoire de l'église de France par Société d'histoire ecclésiastique de la France[6]
  15. Itinéraire général de la France: Normandie par Adolphe Laurent Joanne[7]
  16. « Ferme de Fierville dite manoir de la Sapée », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie :Tancrède de Rohan et le Chateau des Parcs-Fontaines [8]
  18. épousa en 1916 le futur Académicien Georges Goyau ex-gendre du Président de la République Française Félix Faure, décédé en 1899).
  19. " De Darjeeling à Pondichery page 64 et 98 " de Olaf Van Cleef, Le Sémaphore
  20. Olaf Van Cleef restaura en 1985 le manoir du Haut des Parcs.
  21. « Fierville-les-Parcs sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :