Bonneville-sur-Touques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bonneville-sur-Touques
Vue sur le château.
Vue sur le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Pont-l'Évêque
Intercommunalité Communauté de communes Blangy Pont-l'Évêque Intercom
Maire
Mandat
Florence Cothier
2014-2020
Code postal 14800
Code commune 14086
Démographie
Gentilé Bonnevillais
Population
municipale
401 hab. (2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 17″ N 0° 07′ 11″ E / 49.338056, 0.119722 ()49° 20′ 17″ Nord 0° 07′ 11″ Est / 49.338056, 0.119722 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 132 m
Superficie 6,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Bonneville-sur-Touques

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Bonneville-sur-Touques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonneville-sur-Touques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonneville-sur-Touques

Bonneville-sur-Touques est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie. La commune est surtout célèbre par son château, qui était approvisionné par le port de Touques, et dont il assurait la protection.

Elle est peuplée de 401 habitants[Note 1] (les Bonnevillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est très proche de l'agglomération Deauville-Trouville, à quatre kilomètres, sur la Touques.

Communes limitrophes de Bonneville-sur-Touques[1]
Touques,
Saint-Arnoult
Touques Saint-Gatien-des-Bois
Saint-Arnoult Bonneville-sur-Touques[1] Englesqueville-en-Auge
Tourgéville Saint-Étienne-la-Thillaye Canapville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme Bonnavilla en 1014[2]. L'ancien français bonne avait déjà son sens actuel, et ville, qui est souvent issu en toponymie de son sens originel de « domaine rual » (du latin villa rustica), pourrait ici avoir le sens plus tardif de « village »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2001 Marthe Belliot    
mars 2001 mars 2014 Michel Lebey SE Exploitant agricole, éleveur
mars 2014[3] en cours Florence Cothier SE Directrice commerciale retraitée
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 401 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Bonneville-sur-Touques a compté jusqu'à 476 habitants en 1876.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443 403 454 410 433 443 407 448 464
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450 456 450 466 476 460 389 401 387
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
366 349 347 370 349 342 319 306 312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
269 284 335 342 354 318 360 374 390
2011 - - - - - - - -
401 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 1423
  3. « Florence Cothier est le nouveau maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 avril 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Restes du château de Guillaume le Conquérant », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Jean-Pierre Beuve, Ouest-France, 19 février 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres
  • Abbé Noël, Bonneville-sur-Touques, son château, son église, Impr. Domin, 1898
  • André Gilbert, Le Château de Bonneville-sur-Touques, Delesques, Caen, 1894.
  • Jean Bureau, Jean Chennebenoist et Gérard Léo, Touques, ses monuments, son passé. Le château de Bonneville, Trouville, 1968
Articles
  • Georges Bernage, « Touques et Bonneville », Patrimoine normand, no 16, sept.-oct. 1997

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :