Fédération mondiale de la jeunesse démocratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fédération mondiale de la jeunesse démocratique

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association de jeunesse
Zone d’influence Mondiale
Fondation
Fondation
Identité
Siège Budapest
Site web http://www.wfdy.org/

La Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD), est considérée par les Nations unies comme organisation non gouvernementale représentative de la jeunesse internationale.

Elle est consultée sur les choix importants engageant la jeunesse. Son secrétaire général actuel est Dimitris Palmyris, de EDON. Elle fut longtemps financée principalement par les pays communistes, elle était alors souvent considérée comme une "organisation communiste de masse". La FMJD fut créée à la fin de la Seconde Guerre mondiale à l'initiative de Staline et de Churchill dans le but de favoriser les liens entre les organisations de jeunes du monde et promouvoir la paix. Mais dès 1947, avec le début de la Guerre froide de nombreuses organisations de jeunesses occidentales s'en sont retirées, laissant la FMJD à une majorité à dominante marxiste et « anti-impérialiste ». De plus la plupart des États issus de la décolonisation ont eu pour représentants des organisations anti-impérialistes qui ont renforcé cette orientation. Après une dure crise à la chute de l'URSS, qui l'a privée d'une grande partie de ses ressources, elle a repris de son importance en se redéployant grâce à des dons de ses organisations membres ou de gouvernement engagés dans la lutte anti-impérialiste (Afrique du Sud, Cuba, Venezuela…).

Historique[modifier | modifier le code]

À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, les vainqueurs réunissent en novembre 1945 à Londres une "Conférence Mondiale de la jeunesse". Elle débouche sur la création le 8 novembre de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique. Son siège est à Paris, et son Président, un Français, Guy de Boysson, issu de la l'UJRF et aussi membre du Parti Communiste français et futur dirigeant de la banque soviétique en France[1].

La FMJD se veut depuis l'origine une organisation « anti-impérialiste »[2] de gauche mais non inféodée à un État ou à un bloc. La FMJD constitue un large mouvement international de la jeunesse. Mais la domination des mouvements communistes fait dire à certains analystes conservateurs que sa neutralité n'est, dès l'origine, qu'une façade. Après le coup de Prague et l'aggravation de la guerre froide, beaucoup d'organisations pro-américaines se sont retirés de la FMJD.

En 1947, la FMJD a été à l'initiative du premier festival mondial de la jeunesse et des étudiants, qui s'est tenu à Prague. Ce festival a ensuite eu lieu tous les quatre ans environ jusqu'à la chute de l'URSS.

Quand l'URSS et le bloc de l'Est se sont effondrés, la FMJD est entrée en crise. Suite au vide important créé par la disparition de l'organisation la plus nombreuse, le Komsomol soviétique, des conflits ont émergé portant sur le caractère de la fédération. Certains voulaient une structure moins politique, tandis que d'autres étaient plus enclins à une fédération orientée à gauche. La FMJD a cependant survécu à la crise de 1989-1992, et est aujourd'hui une organisation internationale active de la jeunesse qui tient des activités régulières, mais cette activité n'a plus rien à voir avec le niveau qu'elle entrenait du temps de la Guerre froide.

Le festival mondial de la jeunesse et des étudiants fut relancé en 1997 à la Havane. Le 15e FMJE s'est tenu à Alger en 2001, le 16e au Venezuela en 2005, le 17e en 2010 à Pretoria, Afrique du Sud et le 18e à Quito, en Équateur.

Le siège de la FMJD est aujourd'hui à Budapest, en Hongrie. En France, le Mouvement des jeunes communistes de France fait partie de la FMJD, de même que le Mouvement de la jeunesse démocratique et l'Union de la jeunesse démocratique Alboury N'Daye au Sénégal. Au Canada et au Québec, c'est la Ligue des jeunes communistes qui en sont membre. La Fédération regroupe près de 250 organisations anti-impérialistes, souvent communistes ou de gauche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ouvrage|prénom=François|nom=Buy|titre=Les étudiants selon Saint-Marx | éditeur= Les éditions municipales|lieu=Paris|année=10 mars 1967
  2. (en) Page de présentation du site du FMJD

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Joël Kotek, La jeune garde, coll. "Archives du communisme", Éditions du Seuil, Paris, 1998. (ISBN 2020322994)
  2. Guillaume Quashie-Vauclin, L'Union de la jeunesse républicaine de France, L'Harmattan, Paris, 2009. (ISBN 9782296092068)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]