Exxon Valdez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valdés.
Exxon Valdez
Image illustrative de l'article Exxon Valdez
L’Exxon Valdez échoué

Autres noms Exxon Mediterranean
Sea River Mediterranean
S/R Mediterranean
Mediterranean
Dong Fang Ocean
Type pétrolier
Histoire
Quille posée 29 juillet 1985
Lancement 14 octobre 1986
Mise en service 11 décembre 1986
Statut détruit en 2012
Caractéristiques techniques
Longueur 300 m
Maître-bau 50 m
Déplacement 214 862 t
Capacité 235 000 m3 de brut
Tonnage 110 831 tjb
Propulsion Diesel lent, 1 hélice
Puissance 23,6 MW
Vitesse 16,25 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 21
Chantier naval National Steel and Shipbuilding Company, San Diego
Armateur SeaRiver Maritime Inc.
Affréteur International Marine Transportation Ltd.
Pavillon Îles Marshall
Indicatif V7HS3
IMO 8414520

L’Exxon Valdez est un pétrolier américain qui s'échoua en 1989 sur la côte de l'Alaska et provoqua une importante marée noire qui eut un grand retentissement aux États-Unis et entraina des modifications significatives de la législation américaine sur le transport maritime, en particulier de pétrole.

Les circonstances de l'échouement[modifier | modifier le code]

Le 23 mars 1989 vers 21 h le pétrolier Exxon Valdez quitte le terminal de Valdez en Alaska, il vient de charger 180 000 tonnes de pétrole brut extrait du gisement de Prudhoe Bay. Le pétrolier est un navire récent (2 ans) à simple coque. C'est son 28e voyage, le pilote débarque vers 23 h 20.

Carte des lieux et DST

Le pétrolier doit faire route vers le sud en empruntant la voie descendante du dispositif de séparation de trafic en direction du détroit du Prince William. Le navire progresse de nuit dans un détroit dont la largeur atteint environ 4 milles marins au niveau du lieu de l'échouement. Afin d'éviter des bourguignons[1], le commandant Joseph Hazelwood demande aux garde-côtes (chargé du contrôle du trafic à terre) l'autorisation d'incliner la route du pétrolier vers l'est en empruntant ainsi la voie montante du chenal. Cette permission lui est accordée car aucun navire ne circule alors sur cette voie. Le pétrolier prend un cap vers l'est qui devra obligatoirement être corrigé pour éviter la zone de hauts-fonds qui déborde la côte plus au sud.

Le commandant Hazelwood veut effectuer la correction du cap, qui ramènera le pétrolier dans le chenal descendant, à la hauteur du phare de l'île Busby. Mais deux minutes avant que ce point soit atteint, il abandonne la passerelle pour une raison inexplicable dans de telles circonstances (moment délicat pour la navigation), après avoir transmis cette consigne au troisième officier Gregory Cousins qui reste alors le seul officier chargé de la navigation[2]. Dans des circonstances aujourd'hui toujours mal éclaircies, le navire dépasse l'île Busby et au lieu de rejoindre le rail descendant à l'ouest continue vers l'est en se rapprochant de la zone de hauts-fonds. Le centre de contrôle du trafic maritime ne détecte pas l'erreur de navigation du navire.

À h 4 le 24 mars, le pétrolier s'échoue à la vitesse de 12 nœuds sur le banc Bligh Reef à 4 milles au sud de l'île Busby. Le banc est couvert par 9 mètres d'eau alors que le navire a un tirant d'eau d'environ 17 mètres[3]. La vitesse alliée à la nature rocheuse du haut-fond entraînent une déchirure de la coque sur toute sa longueur. Immédiatement après l'échouement, le commandant revient sur la passerelle et tente en vain de déséchouer le navire, action qui aurait pu entraîner des dommages supérieurs (éventuellement le naufrage du navire) si elle avait réussi.

USA Alaska location map.svg
Exxon Valdez
Exxon Valdez

Enquête[modifier | modifier le code]

  • L'enquête n'a pas pu déterminer si l'ordre a été donné trop tard ou si le timonier n'a pas suivi correctement les ordres.
  • Un problème d'alcoolisme sera suspecté. Les problèmes d'alcoolisme du commandant étaient connus : il avait suivi peu avant une cure de désintoxication, mais ne respectait plus depuis quelque temps le programme de suivi qui lui avait été prescrit. Juste avant le départ du navire, le commandant avait bu 5 doubles vodkas dans les bars du port. Un prélèvement effectué 11 heures après l'incident a permis de déterminer que le commandant avait une alcoolémie de 0,24 g/l au moment de l'échouement[4].
  • Il sera reproché au commandant d'avoir quitté la passerelle, laissant le navire sous les commandes du lieutenant Gregory Cousins qui n'avait pas la qualification pour diriger le navire dans le détroit (le commandant doit être présent à la passerelle à l'entrée, à la sortie des ports ainsi que dans les passages délicats). La réglementation exigeait de plus la présence de deux officiers à la passerelle. Avant de quitter la passerelle, le commandant avait enclenché le pilote automatique et augmenté la vitesse, rendant plus délicate la correction de cap[2].
  • Le National Transportation Safety Board (NTSB) américain, après étude de l'accident nota qu’« [i]l n'y avait pas sur l’Exxon Valdez au moment du départ du navire du terminal Alyeska d'officier de pont (reposé) prêt à prendre le quart ».
  • Le NTSB recommanda « un contrôle plus rigoureux des périodes de repos, ainsi qu'une amélioration de la tenue du quart au centre de contrôle du trafic (à terre) », et mentionna qu'« il est possible que la fatigue et une gestion inadéquate de la part du centre de contrôle du trafic aient pu avoir un impact sur la sécurité du navire. »
  • À la suite du naufrage, le 4 novembre 1993, l'Organisation maritime internationale (OMI) publia la résolution : A.772(18) ayant pour titre Fatigue Factors in Manning and Safety (voir liens externes). Il faudra attendre 1995 pour que la convention STCW 1995 mentionne que la période minimum de repos est de 10 heures par tranches de 24 heures (modulables). Par la suite, l'Organisation internationale du travail (OIT) conjointement à l'OMI, publièrent un guide pour le développement de la gestion du travail à bord (IMO/ILO Guidelines on Seafarers' Hours of Work or Rest).
  • Après cette catastrophe, tous les navires entrant dans les eaux territoriales américaines à partir de 1990 devaient posséder une double coque. En 1992, l'OMI imposa progressivement la double coque[5] (trois autres solutions furent rejetées : pont intermédiaire, 3E européen et mid deck Japonais) à tous les navires transportant du brut.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Nettoyage de la côte après la marée noire causée par le pétrolier Exxon Valdez

L'échouement a endommagé 11 des 13 citernes du pétrolier et provoqué le déversement de 40 000 tonnes de pétrole brut. Plus de 7 000 km2 de nappes polluèrent 800 km de côtes (2 000 km avec tous les îlots et échancrures).

Des dizaines de milliers de bénévoles et des moyens sans précédent sont mobilisés (1 400 navires, 85 hélicoptères et 11 000 personnes) pour sauver oiseaux et mammifères marins, et nettoyer le littoral plage après plage.

Un procès est engagé par l’administration américaine, des associations et des particuliers contre Exxon, qui se retourne vers ses assureurs.

Dans les actions judiciaires engagées, de nombreuses accusations seront portées contre le commandant : consommation d'alcool avant l'embarquement, manque d'encadrement de son équipage, tentatives dangereuses de déséchouement du navire, etc.

Avec près de 1,5 milliard d'euros payés à ce jour et une facture finale qui pourrait dépasser 3,8 milliards d'euros, c’était de loin la pollution pétrolière la plus chère de l’histoire jusqu'à la marée noire du golfe du Mexique de l'été 2010 causée par le naufrage de la plateforme BP Deepwater Horizon.

Après réparations, le navire est renommé Sea River Mediterranean et poursuit sa carrière en Asie sous pavillon des Îles Marshall jusqu'en 2002.

En juin 2008, le jugement définitif de la Cour Suprême des États-Unis a été rendu, la somme des dommages et intérêts à payer par Exxonmobil a été réduite à 500 millions de dollars.

L'accident a incité les États-Unis et d'autres pays à imposer des normes plus strictes aux cargos naviguant dans leurs eaux. L'année 2010 marquera l'aboutissement du plan de l'ONU pour le retrait progressif des pétroliers à simple coque, qui n'ont qu'une paroi métallique entre leur cargaison et l'océan. De meilleurs radars et l'utilisation plus fréquente de la navigation par GPS ont également permis de réduire les risques[6].

Évocations dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Waterworld, le pétrolier des vilains smokers est l’Exxon Valdez. Le nom apparaît quand le bateau coule à la fin du film.
  • Dans l'épisode 4 niveau 10 (Derelict) du jeu vidéo Duke Nukem 3D Atomic Edition, le nom du navire est inscrit sur la coque : Valdeez-2.
  • Dans un épisode de la saison 3 de Futurama un vaisseau spatial du nom de Juan Valdez provoque une marée noire qui contamine des pingouins sur la planète Pluton (http://www.futurama-france.fr/3acv05.php)
  • Dans un épisode de la saison 4 de Friends, Phoebe pense à nommer un de ses triplés Exxon. Chandler lui répond : « Ça a bien marché pour le petit Valdez », de façon sarcastique.
  • On aperçoit un bateau portant le nom d’Exxon Valdez dans le clip Wind of Change du groupe de hard rock Scorpions.
  • Dans le jeu vidéo Fallout 2, le pétrolier nommé PMV Valdez dans le port de San Francisco permet de rejoindre la base de l'Enclave au large.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le bourguignon (growler, en anglais) est un petit iceberg d'une hauteur émergée inférieure à 1 mètre et d'une largeur de moins de 5 mètres, qui est invisible au radar.
  2. a et b Transcription du neuvième appel devant la Cour Suprême des États-Unis
  3. [PDF] Rapport au président des États-Unis (1989)
  4. Transcription du neuvième appel devant la Cour Suprême des États-Unis (2007)
  5. (en) Site de l'OMI
  6. National Geographic France, avril 2009

Source[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]