Liste des principaux déversements pétroliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Marée noire.
Carte mondiale des principaux déversements pétroliers de 1967 à 2010.

Par ordre chronologique jusqu'en 1967[modifier | modifier le code]

Date Navire / Infrastructure Pavillon Propriétaire / Affréteur[1] Lieu Tonnage déversé[2] / Conséquences Références
26 mai 2014 oléoduc Drapeau de la France France Total parc régional de Seine-Maritime, France moins de 3 000 m³ (3 000 m³ après mélange avec eau) [1]
2013 oléoduc Drapeau de Thaïlande Thaïlande PTT Global Chemical (PTTGC), île de Ko, golfe de Thaïlande, Thaïlande 50 000 litres [2]
4 février 2012 oléoduc Drapeau du Venezuela Venezuela PDVSA Rivière Guarapiche, Venezuela 80 000 barils [3]
octobre 2011 porte-conteneurs « Rena » Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal) Plenty, Nouvelle-Zélande Entre 350 et 1 700 t. (à déterminer) [4]
16 juillet au 18 juillet 2010 2 oléoducs Drapeau de la République populaire de Chine Chine China National Petroleum Corporation Dalian 1 500 t., deux nappes de 50 km2 et 183 km2 observées au 19 juillet en Mer Jaune [5] [6] [7]
25 mai 2010 pétrolier Bunga Kelana 3
vraquier Waily
Drapeau de la Malaisie Malaisie
Saint-Vincent-et-les-Grenadines[3]
MISC Berhad, AET Tanker Holdings Sdn Bhd
Treasure Marine Ltd.
Détroit de Singapour 2 500 t, 7 km de côtes souillés à Singapour[4] [8] [9]
20 avril - mi-juillet 2010[5] plate-forme pétrolière Deepwater Horizon Drapeau des Îles Marshall Îles Marshall (paradis fiscal,
Drapeau de la Suisse Suisse,
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni,
Drapeau des États-Unis États-Unis,
Drapeau du Japon Japon)
Transocean Ltd (propriétaire) / BP, Anadarko Petroleum Corp et Mitsui (exploitants) Golfe du Mexique, 80 km au large de la Louisiane (États-Unis) 4 900 000 barils[6] (environ 678 000 t), 11 personnes portées disparues, 17 blessés, littoraux de la Louisiane, du Mississippi, de l'Alabama et de la Floride pollués[7] [10] [11] [12]
7 décembre 2007 Hebei Spirit
barge Samsung 1
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
(Drapeau de Hong Kong Hong Kong)
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Hebei Spirit Shipping Co Ltd (Hong Kong)[8]
groupe Samsung
devant Incheon (Corée du Sud) 10 500 t[9], 160 km de côtes polluées jusqu'à 375 km du site de l'incident[10] [13] [14] [15] [16]
11 novembre 2007 Volgoneft-139 Drapeau de la Russie Russie Volgotanker (Russie) détroit de Kertch (Ukraine) 1 300 t[11], côtes du détroit souillées [17] [18] [19]
11 août 2006 M/T Solar 1 Drapeau des Philippines Philippines Sunshine Marine Development Corp / Petron Corp large de l’île de Guimaras (Philippines) 800 t[12], 1 mort, 1 disparu, grave pollution environnementale de 235 km de côtes de l'île en partie composées de mangrove [20] [21] [22] [23] [24]
13 - 15 juillet 2006 réserves nationales de pétrole Drapeau du Liban Liban Olmert / Peretz, gouvernement (Israël) Jiyyeh, 30 km au sud de Beyrouth (Liban) 10 à 15 000 t[13], 150 km de côtes souillées [25] [26] [27]
27 juillet 2003 Tasman Spirit Drapeau de la Grèce Grèce Assimina Maritime (Grèce) large de Karâchi (Pakistan) 27 à 30 000 t[14], quelques plages polluées [28] [29] [30] [31] [32]
13 novembre 2002 Prestige Drapeau des Bahamas Bahamas (Paradis fiscal,
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la Russie Russie)
Crown Ressources British Petroleum Suisse, Royaume-Uni, Russie large du cap Finisterre (Espagne) 63 000 t[15], environ 1 900 km de côtes portugaises, espagnoles et françaises sont touchées[16] [33] [34] [35]
15 - 20 mars 2001 plate-forme pétrolière P-36 Drapeau du Brésil Brésil Petrobras Bacia de Campos au large de Rio de Janeiro, Brésil 300 000 l
+ 1 200 000 l de gazole, 11 morts
[36] [37] [38] [39]
12 décembre 1999 Erika Drapeau de Malte Malte (paradis fiscal
Drapeau de la France France)
Tevere Shipping (Malte) / Total Fina SA Golfe de Gascogne au large de la Bretagne (France) 19 800 t[17], 400 km de côtes de cinq départements[18] souillées [40] [41] [42]
15 octobre 1997 Evoikos
Orapin Global
Drapeau de Chypre Chypre
Drapeau de Thaïlande Thaïlande
détroit de Singapour 28 500 t[19], catastrophe environnementale évitée [43]
2 juillet 1997 Diamond Grace Drapeau du Japon Japon baie de Tokyo, Japon 1 300 t [44]
8 février 1997 San Jorge Drapeau du Panama Panama large de Punta del Este (Uruguay) 6 000 t, 25 km de côtes autour de Punta del Este ainsi que l'île aux Loups[20] sont touchées [45] [46]
2 janvier 1997 Nakhodka Drapeau de la Russie Russie Préfecture de Shimane (Japon) 6 240 t[21], 1 mort, important impact environnemental sur les côtes [47] [48]
15 février 1996 Sea Empress Drapeau du Libéria Liberia / Drapeau de Chypre Chypre (paradis fiscaux) Sea Tankers (Chypre) Milford Haven (Pays de Galles) 72 860 t[22], 200 km de côtes touchées [49] [50] [51]
25 octobre 1994 oléoduc Kharyaga - Oussinsk Drapeau de la Russie Russie près de Oussinsk (Russie) 104 400 t [52] [53]
31 mars 1994 Seki
Baynunah
Drapeau du Panama Panama Émirat de Fujaïrah (golfe d'Oman) 15 900 t[23], plusieurs plages touchées [54]
1er semestre 1993 cuves de stockage Drapeau de l'Angola Angola Soyo (Angola) 55 000 t[24] [55] [56]
5 janvier 1993 Braer Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal,
(Drapeau du Brésil Brésil,
Drapeau du Canada Canada)
Braer Corp. / Canadian Ultramar Ltd sud des Îles Shetland (Royaume-Uni) 86 200 t[25], pollution limitée grâce aux effets de la tempête [57] [58] [59] [60]
19 avril 1992 Katina P Drapeau de Malte Malte (paradis fiscal,
Drapeau de la Grèce Grèce)
Grèce devant Maputo (Mozambique) 72 000 t[26], côtes mozambicaines polluées [61] [62]
2 mars 1992 puits de pétrole Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan Vallée de Ferghana (Ouzbékistan) 285 000 t [63] [64]
3 décembre 1992 Aegean Sea Drapeau de la Grèce Grèce entrée du port de de La Corogne (Espagne) 74 000 t[27], 300 km de côtes polluées[28] [65] [66] [67]
28 mai 1991 ABT Summer Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal)   Océan Atlantique Sud, 1 300 km au large de l'Angola 260 000 t[29] [68] [69]
11 avril 1991 Haven Drapeau de Chypre Chypre   large de Gênes (Italie) 145 500 t[30], 5 morts, pollution sur les côtes italiennes et françaises [70] [71]
7 mars 1991 Vistabella[31] (barge) Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago   20 km au N-E de Niévès, Saint-Christophe-et-Niévès (mer des Caraïbes) 2 000 t, 5 pays touchés [72] [73]
15 février - novembre 1991 Guerre du Golfe : puits de pétrole[32] Drapeau du Koweït Koweït sabotage de la part de l'Irak Koweït 60 à 150 millions de barils [33]? (environ 7,16 à 17,9 millions de t), plus de 700 puits sabotés dont plus de 600 en feu[34], près de 5 % du sol koweïtien pollué par les déversements ou les retombées des incendies[35], retombées découvertes jusque dans les neiges de l'Himalaya[36], les déversements continus provoquent la formation de plus de 300 lacs contenant de 25 à 50 millions de barils de pétrole[37] [74] [75] [76] [77] [78]
19 - 28 janvier 1991 Guerre du Golfe : terminaux pétroliers[38] Drapeau du Koweït Koweït
Drapeau de l'Irak Irak
sabotage de la part de l'Irak Golfe Persique estimée entre 700 000 et 900 000 t [39], touche les côtes iraniennes, koweïtiennes et 803 km de côtes saoudiennes, importante pollution résiduelle de la zone 12 ans après les événements [79] [80] [81] [82] [83]
6 août 1990 Sea Spirit Drapeau de Chypre Chypre (paradis fiscal) détroit de Gibraltar 9 860 t, le Maroc (600 km de côtes) et l'Espagne sont touchés [84] [85]
29 décembre 1989 Aragon Drapeau du Portugal Portugal   nord de l'archipel de Madère (Portugal) 25 000 t, Porto Santo ainsi que plusieurs îles inhabitées sont touchées trois semaines après l'incident [86] [87]
19 décembre 1989 Khark 5 Drapeau de l'Iran Iran   220 km au large de Safi (Maroc) 70 000 t, quelques pollutions au sud de Casablanca[40] [88] [89] [90] [91]
24 mars 1989 Exxon Valdez Drapeau des Îles Marshall Îles Marshall (paradis fiscal,
Drapeau des États-Unis États-Unis)
Exxon (É.-U.) baie du Prince-William (Alaska) 38 500 t, 1 770 km de côtes[41] [92] [93] [94]
10 novembre 1988 Odyssey Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal) Océan Atlantique Nord, 1 300 km au large du Canada 132 000 t [95] [96] [97]
mai 1988 Barcelona     Iran 140 000 t [98]
14 mai 1988 Seawise Giant Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de l'Irak Irak
Loki Stream AS (Norvège) / Irak détroit d'Ormuz 50 000 t[42] [99] [100] [101]
décembre 1987 Norman Atlantic   Irak Oman 85 000 t[43] [102]
novembre 1987 Fortuneship     Iran 260 000 t[44] [103]
6 décembre 1985 Nova Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal) Golfe Persique, 170 km au sud de l'île de Kharg (Iran) 70 000 t [104] [105]
septembre 1985 Son Bong     Iran 200 000 t[45] [106]
juillet 1985 M. Vatan     Iran 100 000 t [107]
février 1985 Neptunia     Iran 60 000 t [108]
9 décembre 1983 Pericles G.C. Drapeau de la Grèce Grèce   30 km au large de Doha (Qatar) 47 620 t [109] [110]
5 août 1983 Castillo de Bellver Drapeau de l'Espagne Espagne   large du Cap (Afrique du Sud) 252 000 t[46], pollution réduite, la nappe s'étant dissoute au large [111] [112]
mai 1983 Panoceanic Fama     Iran 60 000 t [113]
10 février[47] - 18 septembre 1983
mars[48] 1983 - mai[49] 1985
bombardement irakien
plate-forme pétrolière no 3
plate-forme pétrolière no 4
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau de l'Irak Irak
Irak champ pétrolifère de Nowruz (Golfe Persique) 260 à 272 000 t[50], 20 morts[51], pas de côtes touchées [114] [115] [116]
7 janvier 1983 Assimi Drapeau de la Grèce Grèce   Mer d'Arabie au large d'Oman 52 500 t, pas de pollution côtière [117] [118] [119]
20 août 1981 cuves de stockage Koweït   Ash Shuaybah, sud de Koweït (Koweït) 106 000 t [120] [121]
29 mars 1981 Cavo Cambanos Drapeau de la Grèce Grèce   large de la Corse (France) 18 000 t[52], pratiquement tout le pétrole se disperse au large [122] [123]
1er août 1980 puits de pétrole D-103 Libye   800 km au sud-est de Tripoli (Libye) 142 800 t [124] [125]
7 mars 1980 Tanio Drapeau de Madagascar Madagascar   nord de l'île de Batz, Bretagne (France) 19 400 t[53], 8 morts, 200 km de côtes du Finistère et des Côtes-d'Armor sont souillées [126] [127] [128] [129]
23 février 1980 Irenes Serenade Drapeau de la Grèce Grèce   baie de Navarin (Grèce) 102 660 t[54], 2 morts, littoraux de la baie pollués et jusqu'à 100 km du lieu de l'accident [130] [131]
15 novembre 1979 Independenta
Evrialy
Roumanie Roumanie  
 
entrée Sud du Bosphore (Turquie) 95 000 t[55], assez faible pollution du littoral[56] [132] [133]
1er novembre 1979 Burmah Agate (en)
Mimosa
Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal) près de Galveston, Texas (États-Unis) 41 000 t[57], 31 morts[58], plusieurs côtes touchées, certaines sévèrement [134] [135] [136]
août 1979 World Protector     Inde 70 000 t [137]
19 juillet 1979 Atlantic Empress
Aegean Captain
Drapeau de la Grèce Grèce  
 
large de Tobago (Trinité-et-Tobago) 287 000 t[59], 26 morts, pratiquement aucune pollution côtière [138] [139]
6 juillet 1979 cuve de stockage no 6 Drapeau du Nigeria Nigeria   Forcados (Nigeria) 81 300 t [140] [141]
3 juin 1979 au 23 mars 1980 Plate-forme Ixtoc 1 Drapeau du Mexique Mexique Perforaciones Marinas del Golfo / Pemex (Mexique) Golfe du Mexique 470 000 t[60], pollution de Campêche (Mexique) au Texas (États-Unis) [142] [143]
28 avril 1979 Gino
Team Castor
Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal,
Drapeau de la Norvège Norvège
 
 
large de l'île d'Ouessant (France) 41 000 t[61], pollution sous-marine, pas de côtes touchées [144] [145]
8 janvier 1979 Bételgeuse Drapeau de la France France Compagnie Navale des Pétroles (France) terminal pétrolier de Whiddy Island dans la baie de Bantry (S-O de l'Irlande) 40 000 t de brut léger arabe[62], 49 morts[63], pas de pollution sur le littoral mais des zones de pêche environnantes sont touchées et interdites [146]
31 décembre 1978 Andros Patria Drapeau de la Grèce Grèce   large du cap Finisterre (Espagne) 50 à 60 000 t[64], 34 morts, très faible pollution côtière [147] [148]
11 décembre 1978 cuve de stockage Zimbabwe Zimbabwe   Harare (Zimbabwe) 68 000 t [149] [150]
7 décembre 1978 Tadotsu     détroit de Malacca, près de Dumai (Indonésie) 44 900 t [151]
7 juillet 1978 Cabo Tamar Drapeau du Chili Chili   Chili 7 700 à 60 000 t[65] [152] [153] [154]
12 juin 1978 cuves de stockage Drapeau du Japon Japon   Sendai, préfecture de Miyagi (Japon) 60 200 t [155] [156]
25 mai 1978 oléoduc no 126 Drapeau de l'Iran Iran   Ahvaz (Iran) 95 200 t [157] [158]
16 mars 1978 Amoco Cadiz Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal,
Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Amoco Transport (USA) / BP Finistère (France) 227 000 t[66], 360 km de côtes polluées entre Brest et Saint-Brieuc, très grave impact écologique[67] [159] [160] [161]
23 février 1977 Hawaiian Patriot Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal,
Drapeau des États-Unis États-Unis)
  550 km à l'ouest de Hawaii 99 000 t[68], pas de pollution côtière[69] [162]
15 décembre 1976 Argo Merchant Liberia (paradis fiscal   Nantucket Shoals au large du Massachusetts (États-Unis) 28 000 t, pas de côte touchée, faible impact constaté sur l'environnement[70] [163]
15 octobre 1976 Boehlen Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est   large de l'île de Sein (France) 7 000 t[71], 28 morts[72], côtes de l'île de Sein et du continent polluées [164]
12 mai 1976 Urquiola Drapeau de l'Espagne Espagne   La Corogne (Espagne) 101 000 t, 1 mort, 200 km de côtes touchées et importante pollution atmosphérique[73] [165] [166] [167]
24 janvier 1976 Olympic Bravery Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal)   Ouessant (France) 1 200 t de fioul de soute[74], 4 morts[75], 4 km de côtes polluées [168]
13 mai 1975 Epic Colocotronis Drapeau de la Grèce Grèce   100 km N-E de Porto Rico 57 000 t [169] [170]
31 janvier 1975 Corinthos
Edgar M. Queeny
Liberia (paradis fiscal,
Drapeau des États-Unis États-Unis)
 
 
embouchure du Delaware, État du Delaware (États-Unis) 36 000 t[76], 26 morts[77], pollution de l'embouchure du fleuve [171] [172]
29 janvier 1975 Jakob Maersk Drapeau du Danemark Danemark   entrée du port de Leixoes, près de Porto (Portugal) 84 000 t[78], 7 morts, côtes souillées jusqu'à 50 km du site de l'accident[79] [173] [174]
13 janvier 1975 British Ambassador     Océan Pacifique Nord, 330 km à l'ouest d'Iwo Jima (Japon) 48 300 t [175] [176]
18 décembre 1974 raffinerie de Mizushima Drapeau du Japon Japon   Kurashiki, préfecture d'Okayama (Japon) 39 500 t [177] [178]
9 novembre 1974 Yuyo Maru No. 10
Pacific Ares
Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal
Drapeau du Japon Japon)
 
 
baie de Tokyo (Japon) 50 000 t[80], 33 morts [179] [180]
9 août 1974 Metula     Est du détroit de Magellan (Chili) 51 000 t[81], côtes Nord de la Terre de Feu polluées[82] [181]
10 juin 1973 Napier Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal)   île Guamblim, Archipel de las Guaitecas (Chili) 38 440 t [182] [183] [184] [185]
19 décembre 1972 Sea Star
Horta Barbosa
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud  
 
Golfe d'Oman 115 000 t[83] [186] [187]
7 décembre 1971 Texaco Denmark Drapeau des États-Unis États-Unis   Mer du Nord, au large de la Belgique 106 300 t [188] [189]
27 février 1971 Wafra Liberia   cap des Aiguilles (Afrique du Sud) 63 000 t [190] [191]
1er juin 1970 Ennerdale     Seychelles 47 000 t [192] [193]
20 mars 1970 Othello     baie de Tralhavet (Suède) 61 200 t[84] [194]
11 février 1969 Julius Schindler     Ponta Delgada, Açores (Portugal) 96 600 t [195] [196]
13 juin 1968 World Glory     Océan Indien, 100 km au large de Durban (Afrique du Sud) 48 300 t [197] [198]
29 février 1968 Mandoil     Océan Pacifique Nord, près de Warrenton, Oregon (États-Unis) 42 900 t [199] [200]
18 mars 1967 Torrey Canyon Drapeau du Libéria Liberia (paradis fiscal,
Drapeau des États-Unis États-Unis,
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Unocal (USA) (propriétaire) / BP (affréteur) Îles Sorlingues (Grande-Bretagne) 119 000 t, pollution sur les côtes britanniques et françaises[85] [201] [202] [203]

Par importance de volume déversé[modifier | modifier le code]

Déversements pétroliers d'un volume de plus de 100 000 tonnes
Source Situation Date Quantité déversée en tonnes Quantité déversée en barils
Guerre du Golfe : puits de pétrole Drapeau du Koweït Koweït 15 février - novembre 1991 &0000000007160000.0000007 160 000 – 17 900 000 &0000000060000000.00000060 000 000 – 150 000 000
Puits de Lakeview Drapeau des États-Unis États-Unis (Comté de Kern, Californie) 14 mars 1910 - septembre 1911 &0000000001230000.0000001 230 000 &0000000009020000.0000009 020 000[86]
Guerre du Golfe : terminaux pétroliers Drapeau du Koweït Koweït, Drapeau de l'Irak Irak, Golfe Persique 19 - 28 janvier 1991 &0000000000700000.000000700 000 – 1 283 000 &0000000006000000.0000006 000 000 – 11 000 000
Plate-forme Deepwater Horizon Drapeau des États-Unis États-Unis, Golfe du Mexique 4 avril - mi-juillet 2010 &0000000000678000.000000678 000 &0000000004900000.0000004 900 000
Plate-forme Ixtoc I Drapeau du Mexique Mexique, Golfe du Mexique 3 juin 1979 – 23 mars 1980 &0000000000470000.000000470 000 &0000000003333000.0000003 333 000
Atlantic Empress / Aegean Captain Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago, au large de Tobago 19 juillet 1979 &0000000000287000.000000287 000 &0000000002105000.0000002 105 000
Puits Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan, Vallée de Ferghana 3 février 1992 &0000000000285000.000000285 000 &0000000002090000.0000002 090 000
ABT Summer Drapeau de l'Angola Angola, 1 300 km au large 28 mai 1991 &0000000000260000.000000260 000 &0000000001907000.0000001 907 000
Fortuneship Drapeau de l'Iran Iran, Golfe Persique novembre 1987 &0000000000260000.000000260 000 &0000000001907000.0000001 907 000
Champ pétrolifère de Nowruz Drapeau de l'Iran Iran, Golfe Persique 10 février 1983 - mai 1985 &0000000000260000.000000260 000 &0000000001907000.0000001 907 000
Castillo de Bellver Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud, Baie de Saldanha 6 août 1983 &0000000000252000.000000252 000 &0000000001848000.0000001 848 000
Amoco Cadiz Drapeau de la France France, Finistère 16 mars 1978 &0000000000227000.000000227 000 &0000000001635000.0000001 635 000
Son Bong Drapeau de l'Iran Iran septembre 1985 &0000000000200000.000000200 000 &0000000001466000.0000001 466 000
MT Haven Drapeau de l'Italie Italie, au large de Gênes 11 avril 1991 &0000000000145500.000000145 500 &0000000001056000.0000001 056 000
Puits D103 Drapeau de la Libye Libye 1er août 1980 &0000000000142800.000000142 800 &0000000001046700.0000001 046 700
Barcelona Drapeau de l'Iran Iran mai 1988 &0000000000140000.000000140 000 &0000000001026000.0000001 026 000
Odyssey Drapeau du Canada Canada, 700 milles au large de la Nouvelle-Écosse 11 novembre 1988 &0000000000132000.000000132 000 &0000000000968000.000000968 000
Torrey Canyon Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Iles Scilly 3 mars 1967 &0000000000119000.000000119 000 &0000000000860000.000000860 000
Sea Star Drapeau de l'Iran Iran, Golfe d'Oman 12 décembre 1972 &0000000000115000.000000115 000 &0000000000843000.000000843 000
Texaco Denmark Drapeau de la Belgique Belgique, Mer du Nord 7 décembre 1971 &0000000000106300.000000106 300 &0000000000779000.000000779 000
cuves de stockage Drapeau du Koweït Koweït 20 août 1981 &0000000000106000.000000106 000 &0000000000742800.000000742 800
oléoduc Kharyaga - Oussinsk Drapeau de la Russie Russie 25 octobre 1994 &0000000000104400.000000104 400 &0000000000731000.000000731 000
Irenes Serenade Drapeau de la Grèce Grèce, Pylos 23 février 1980 &0000000000102660.000000102 660 &0000000000745000.000000745 000
Urquiola Drapeau de l'Espagne Espagne, La Corogne 5 décembre 1976 &0000000000101000.000000101 000 &0000000000733000.000000733 000
M. Vatan Drapeau de l'Iran Iran, Golfe Persique juillet 1985 &0000000000100000.000000100 000 &0000000000722000.000000722 000

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou responsable pour le déversement, ou opérateur / exploitant (plate-forme pétrolière).
  2. Tonnage total d'hydrocarbures perdus, même celui recueilli par les opérations de nettoyage, donc souillé par des éléments extérieurs (eau de mer, sable, gravier, etc.). N'est pas comptabilisé le pétrole « propre » récupéré par pompage directement dans les soutes.
  3. (fr) Détroit de Singapour : une collision de bateaux cause une fuite de pétrole, Radio Chine Internationale, 25 mai 2010
  4. (fr) Singapour : 7 kilomètres de plages fermés pour cause de marée noire, Maxisciences, 27 mai 2010
  5. Puits définitivement scellé le 19 septembre.
  6. Selon l'estimation des spécialistes mandatés par le gouvernement américain.
  7. Selon les estimations du gouvernement américain 25 % du pétrole déversé auraient brûlé ou auraient été directement récupérés au niveau de la tête du puits, 25 % se seraient naturellement évaporés ou dissous, 24 % se seraient dispersés en micro-particules dans les eaux du Golfe et 26 % sous forme de galettes se seraient déposés au fond ou auraient été rejetés sur les plages.
  8. Base de données Equasis.
  9. La barge Samsung 1, à la dérive, percute l’Hebei Spirit à l'ancre et lui perfore trois citernes.
  10. C'est la pire catastrophe pétrolière qu'a connue la Corée du Sud.
  11. Les 2 200 t encore contenues dans les deux sections de l'épave sont récupérées.
  12. 2 064 t transportées. Le pétrolier coule à 28 km des côtes par 620 m de fond. Le pétrole resté dans les soutes de l'épave devait être pompé à compter de janvier 2007.
  13. Le bombardement de la centrale électrique de Jiyyeh touche les cuves de stockage. Quantité déversée dans la mer, une autre partie brûle durant plusieurs jours après les attaques.
  14. Le reste des 67 800 t transportées ainsi que les 440 t de fiou de soute sont pompés de l'épave brisée en deux dans le mois qui suit l'accident. Le pétrole répandu est traité avec des dispersants.
  15. Remorqué au large, le pétrolier se brise en deux le 19 et coule à 240 km des côtes de la Galice à 3 500 m de profondeur. Le reste des 77 000 t contenues initialement dans le navire est pompé en 2004 des soutes de l'épave.
  16. En France la pollution prend la forme d'arrivages de boulettes d'hydrocarbure à partir du 31 décembre et jusque durant le second semestre 2003, sur toute la façade Atlantique, de la frontière franco-espagnole jusqu'au nord de la Manche.
  17. Quantité directement déversées dans la mer. Le reste du chargement (11 200 t) est pompé des deux morceaux de l'épave immergée à 120 m de profondeur de juin à septembre 2000.
  18. Finistère (touché le 23 décembre), Morbihan (le 24), Loire-Atlantique (le 26), Vendée (le 27) et Charente-Maritime (le 31).
  19. Répandues par trois citernes de l’Evoikos.
  20. L'une des plus importantes réserves naturelles mondiales de phoques à fourrure et lions de mer.
  21. Le pétrolier chavire puis se brise en deux lors d'une tempête. La section avant s'échoue mais l'arrière coule par 2 500 m de fond au large des côtes de la préfecture de Shimane.
  22. Dont 360 t de fioul de soute. Quantité totale de pétrole transportée : 130 824 t. Les échouages répétés à la suite de plusieurs tentatives infructueuses de remise à flot ainsi que la tempête entraînent la détérioration de 21 des 24 citernes.
  23. Quantité de brut perdue par le Seki après être entré en collision avec le pétrolier émirati Baynunah.
  24. 400 000 barils (source IOSC) avec une densité API de 32° API (source Département de l'Énergie américain, p. 7). Les combats entre l'UNITA et l'armée régulière pour le contrôle de Soyo provoquent la destruction de deux cuves qui s'enflamment.
  25. 84 700 t de brut + plus de 1 500 t de fioul de soute.
  26. Le navire est volontairement échoué sur un banc de sable après avoir subi des dommages structurels au cours d'une tempête. Deux réservoirs laissent échapper du brut. Le pétrolier est remorqué au large mais coule le 27 à 185 km des côtes du Mozambique avant que son chargement n'ait pu être transféré sur un autre navire.
  27. La majeure partie du pétrole est consumée durant l'incendie qui se déclare à bord après l'échouage du navire ou se disperse en mer, une faible quantité est pompée de la section arrière.
  28. La même zone qui avait déjà été touchée en 1976 par le naufrage de l'Urquiola.
  29. C'est la deuxième (avec celle du Fortuneship) plus grande catastrophe pétrolière au monde en termes de volume due à un navire.
  30. 144 000 t de fioul lourd iranien et 1 500 t de fioul de soute, gazole et huiles. Une large partie du pétrole a été consumée lors de l'incendie qui a ravagé le navire durant 70 heures à la suite de son explosion et s'est déposée au fond de la mer sous forme de bitume. C'est la plus importante catastrophe pétrolière en mer Méditerranée et la septième en termes de volume au niveau mondial due à un navire.
  31. Aussi orthographié « Vista Bella ».
  32. Initiant sa retraite, l'armée irakienne sabote plus de 700 puits de pétrole.
  33. Pas d'estimation fiable pour l'ensemble du pétrole déversé. L´International Oil Spill Conference, dans l'un de ses documents et citant un document de 1998 écrit par MM. Omar, Briskey, Misak et Asem avance un perte totale de plus de 60 millions de barils brûlés ou déversés sur le sol. La Federal Research Division of the Library of Congress (accessible en ligne dans un résumé des Country Studies) avance quant à elle un chiffre de 150 millions de barils. L'EPA américaine estime à la mi-1991 que 3 à 6 millions de barils ont brûlé par jour au plus fort des incendies.
  34. En juillet/août seuls 249 puits auparavant en feu ont été contrôlés (source EPA), plus de 500 au 1er octobre (source EPA), les derniers incendies sont maîtrisés en novembre. Le contrôle des puits est rendu plus difficile par la présence de mines antipersonnels déposées intentionnellement autour de certains d'entre eux afin de ralentir les équipes de secours (sources : IOSC, EPA).
  35. Source : USGS.
  36. Source : Federal Research Division of the Library of Congress.
  37. Selon le Ministre koweïtien du pétrole cité par l'USGS, non comptée la quantité déjà absorbée par le sol au niveau de ces lacs.
  38. Sabordage de 4 navires (dont des pétroliers irakiens) et sabotage du terminal pétrolier koweïtien de Mina Al-Ahmadi et du terminal de chargement iralien de Mina Al-Bakr
  39. Estimation très difficile, entre 6 et 8 millions de barils selon la NOAA et l'ONU, 11 millions de barils pour le chiffre le plus élevé prenant en compte d'autres fuites qui ont eu lieu jusqu'en juin depuis d'autres terminaux et des petits pétroliers irakiens coulés. En plus du pétrole directement déversé dans les eaux s'ajoute celui sous forme de résidus de combustion en provenance des puits à terre en feu.
  40. Pratiquement tout le pétrole s'évapore avant de toucher les côtes en raison des caractéristiques de l'hydrocarbure.
  41. C'est la plus grave marée noire survenue aux États-Unis. Bien que moins importante en termes de volume déversé comparé à d'autres accidents dans le monde, l'impact environnemental est majeur.
  42. Endommagé par l'aviation irakienne dans le cadre de la guerre Iran-Irak. C'est le plus grand navire jamais construit (458,45 m de long, 564 765 t de port en lourd).
  43. Détruit par bombardement durant la guerre Iran-Irak.
  44. C'est la deuxième (avec celle de l’ABT Summer) plus grande catastrophe pétrolière au monde en termes de volume due à un navire.
  45. C'est la sixième plus grande catastrophe pétrolière au monde en termes de volume due à un navire.
  46. Dont 50 à 60 000 t directement déversées dans la mer, le reste ayant coulé avec l'épave, enfermé dans ses soutes. C'est la quatrième plus grande catastrophe mondiale en termes de volume due à un navire.
  47. Ou suivant les sources : 24 janvier (CEDRE), 4 février (Environmental Research)
  48. Ou avril (CEDRE)
  49. Ou mars (CEDRE)
  50. En février un pétrolier heurte la plate-forme n° 3 qui entraîne une rupture du riser. La plate-forme subit une attaque aérienne irakienne (guerre Iran-Irak) en mars entraînant l'incendie du pétrole qui se déversait depuis l'incident initial. Ce puits est colmaté le 18 septembre. En mars la plate-forme n° 4, voisine, subit aussi une attaque irakienne. Le pétrole s'échappe et brûle durant deux ans jusqu'à ce que le puits soit condamné en mai 1985.
  51. 11 morts au niveau du puits n° 3 et 9 au puits n° 4
  52. Le navire explose au large de l'Espagne mais reste à flot, dérive durant trois mois puis est coulé le 5 juillet au large de la Corse par la Marine Nationale.
  53. Dont 900 t de fioul lourd et gazole, dont 5 000 t enfermées dans la section avant qui coule par 100 m de fond. Le reste du chargement, 7 500 t, est récupéré de la section arrière.
  54. Une série d'explosions provoque un incendie qui dure jusqu'à ce que le navire coule le lendemain matin. L'épave engloutie continue de relâcher du pétrole durant des mois jusqu'à ce que le gouvernement prenne la décision de crever les poches avec des explosifs presque un an après l'accident.
  55. L’Independenta explose à la suite de la collision. Les deux navires prennent feu.
  56. Il est supposé que la majeure partie du pétrole s'est consumé durant l'incendie qui a duré jusqu'au 14 décembre ou s'est dissous dans la mer de Marmara. Pas de rapport indiquant des opérations de nettoyage des côtes souillées.
  57. La collision provoque une explosion qui enflamme le pétrole s'échappant du Burmah Agate. L'épave brûle jusqu'au 8 janvier 1980 et consume environ 48 % du chargement. 38 % du chargement est récupéré par transfert vers d'autres navires.
  58. Du Burmah Agate.
  59. 276 000 t de l’Atlantic Empress + 4 à 11 000 t de l’Aegean Captain (200 000 t de brut à bord). L’Atlantic Empress brûle durant 15 jours avant de sombrer. Ce naufrage est celui du plus grand navire ayant jamais sombré et c'est la plus grave catastrophe pétrolière en volume due à un navire.
  60. Aucune étude précise sur la quantité de pétrole perdue ni sur l'ampleur de la pollution n'a été réalisée et les estimations vont jusqu'à 1 500 000 t déversées suivant le CEDRE. Le puits ne sera maîtrisé que le 23 mars 1980 au terme de 295 jours de lutte. C'est la deuxième plus importante catastrophe pétrolière après celle survenue au Koweït durant la guerre du Golfe.
  61. Dont 1 000 t du Team Castor. 32 000 des 40 000 t de noir de carbone, plus lourd que l'eau, transportées par le Gino se déversent directement dans la mer. Le navire et l'ensemble du produit coulent au Sud-Ouest d'Ouessant par 120 m de fond.
  62. Quantité de pétrole restant à bord lors de l'explosion du navire. Une partie de la cargaison brûle durant les 24 heures que dure l'incendie, la majeure partie restante est récupérée par pompage durant les semaines qui suivent après que la zone a été confinée par des barrages et arrosée de dispersants.
  63. Les 42 membres d'équipage plus 7 ouvriers du terminal pétrolier.
  64. Quantité répandue en mer après l'explosion du navire. Le reste des 208 000 t transportées est transféré sur un autre navire.
  65. Estimations très divergentes suivant les sources.
  66. C'est la cinquième plus grande catastrophe pétrolière mondiale en volume due à un navire et l'une des principales en termes d'impact sur l'environnement.
  67. Cet accident entrainera la refonte du plan Polmar et la création du CEDRE en France ainsi que celle de rails de circulation dans la Manche.
  68. Le 23 la coque se fissure à la suite d'une tempête et laisse échapper environ 18 000 t de pétrole jusqu'à ce que le navire prenne feu le lendemain et explose. L'incendie dure plusieurs heures puis l'épave sombre.
  69. Les vents et courants poussent la nappe vers l'Ouest qui se dissipe naturellement.
  70. L'ensemble du chargement est perdu en raison des mauvaises conditions météorologiques qui évitent en contrepartie au pétrole d'atteindre les côtes.
  71. Les 2 500 t qui subsistent dans l'épave immergée sont pompées en 1977.
  72. 25 membres d'équipage du navire, 1 soldat qui nettoyait les côtes et qui est emporté par la tempête, 2 plongeurs lors des opérations de pompage.
  73. Jusqu'à 100 km à l'intérieur des terres, due à l'épaisse fumée dégagée par l'incendie provoqué par les explosions du navire.
  74. Le pétrolier était à vide au moment de l'accident.
  75. Quatre personnels de l'Aviation navale meurent dans un accident d'hélicoptère lors d'une mission de reconnaissance de la pollution.
  76. Ainsi que 2 000 barils de paraffine de l’Edgar M. Queeny. Lors d'une manœuvre celui-ci heurte le Corinthos qui explose, prend feu, se brise et coule.
  77. Du Corinthos.
  78. Le pétrolier explose après avoir heurté un haut-fond et se brise en trois. La section centrale et l'arrière coulent, l'avant est en flammes et s'échoue quelques jours après.
  79. Il est estimé que 40 à 50 000 t du chargement ont brûlé, que 25 000 t. se sont dissous en mer et que 15 000 t ont touché le littoral.
  80. Le Yuyo Maru est chargé de 20 830 t de naphta léger, 20 200 t de propane et 6 440 t de butane, le Pacific Ares de 14 835 t d'acier. La collision provoque l'explosion du Yuyo Maru qui prend feu ainsi que le Pacific Ares. Le pétrolier est remorqué à l'extérieur de la baie où il est coulé par bombardement le 27 novembre.
  81. Dont 4 000 t de fioul de soute.
  82. Aucune opération de nettoyage n'a eu lieu. 20 ans plus tard des dépôts dus à la catastrophe étaient encore visibles sur le littoral.
  83. Les deux navires sont en feu après la collision, celui de l’Horta Barbosa étant maîtrisé dans les 24 heures. Le Sea Star continue à être la proie des flammes jusqu'au moment de couler le 24 décembre.
  84. Le tonnage de brut répandu est sujet à controverse, certaines sources avançant des chiffres qui seraient en contradiction avec les capacités d'un navire du même nom enregistré sur le registre de la Lloyd's. Le fait qu'une large quantité du pétrole ait coulé sous la glace qui recouvrait en grande partie la baie rend les estimations difficiles.
  85. L'usage de dispersants à mauvais escient et mal adaptés se révèlera être une autre source de grave pollution. C'est la première grande catastrophe qui met en alerte l'opinion publique sur le danger des marées noires.
  86. Rintoul, William, Drilling Through Time, pp. 13-15, (Sacramento, California: California Department of Conservation, Division of Oil and Gas, 1990), Lakeview Gusher of 1910, Maricopa, California, Lakeview Gusher Site

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Récapitulatif des principales sources utilisées dans l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]