Louis de Froment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis de FromentToulouse, 5 décembre 1921 - † Cannes, 19 août 1994) est un chef d'orchestre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis de Froment est né à Toulouse le 5 décembre 1921. Il est issu d'une ancienne famille noble d'extraction qui a recu le titre de baron hereditaire en 1815[1],[2].

Il fait d'abord ses études musicales (violon, flûte, harmonie) au conservatoire de sa ville natale, puis au conservatoire de Paris avec Louis Fourestier, Eugène Bigot et André Cluytens, obtenant un 1er prix de direction d'orchestre en 1948.

L'année suivante, il forme l'orchestre du Club d'Essai à la Radio française, et fait connaître de jeunes compositeurs. Il forme aussi son propre orchestre de chambre.

Il devient alors directeur musical des casinos de Cannes et Deauville jusqu'en 1956, puis chef permanent de l'orchestre de chambre de la Radio à Nice (1958-59). Il est ensuite nommé à l'Opéra-Comique. Il est aussi chef permanent de l'Orchestre symphonique de Radio-Télé-Luxembourg de 1958 à 1980.

Louis de Froment est décédé le 19 août 1994, à Cannes. Il est inhumé au cimetière de Bertrange (Grand Duché du Luxembourg). De son mariage avec Reine Gabriel-Fauré il a eu une fille, Marie-José (Mme Henry-Mamou).[réf. souhaitée] Titulaire de nombreuses décorations françaises et étrangères, son nom a été donné a une rue importante de la ville de Luxembourg, la rue Louis de Froment.

Notes et références[modifier | modifier le code]

voir who'who in france le figaro necrologie louis de froment-il reposera pres de son fils pierre-francois au cimetiere de bertrange-gd duche de luxembourg

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes, Robert Laffont, 1989.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse fraInçaise subsistante au XXIe siècle, année 2002, page 88.
  2. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 19, pages 312 à 314 Article de Froment.