Jules Pasdeloup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jules Étienne Pasdeloup

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de Jules Pasdeloup en 1880
et signature du compositeur
Jules Pasdeloup signature.jpg

Naissance 15 septembre 1819
Paris
Décès 13 août 1887 (à 67 ans)
Fontainebleau
Activité principale Chef d'orchestre

Jules Étienne Pasdeloup est un chef d'orchestre français, né le 15 septembre 1819 à Paris et mort à Fontainebleau le 13 août 1887.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pasdeloup apprend le piano au Conservatoire de Paris, où il remporte le premier prix de solfège en 1832 et de piano en 1834. Il y enseigne entre 1841 et 1868. Il fonde et dirige les concerts symphoniques de la Société des jeunes artistes à Paris (premier concert le 20 février 1853) qui devient la Société des jeunes artistes du Conservatoire impérial de musique (1856-1865). En 1860, Charles Gounod démissionne de son poste à la tête des Orphéons de la Ville de Paris. À sa place, François Bazin devient directeur pour la rive gauche et Pasdeloup directeur pour la rive droite[1].

L'année suivante, Pasdeloup fonde les Concerts populaires de musique classique (premier concert le 27 octobre 1861 au Cirque d'hiver à Paris), qui deviendront par la suite les Concerts Pasdeloup. Il crée également la Société des oratorios (1868) et devient chef d'orchestre au Théâtre Lyrique (1868-1870).

Ses Concerts populaires sont abandonnés en 1884 par suite de la concurrence exercée par les Concerts Colonne et les Concerts Lamoureux. Ils reprennent en 1886 et 1887. L'Orchestre Pasdeloup est le plus ancien des orchestres associatifs parisiens encore en activité.

Adolphe Jullien décrit Pasdeloup comme un homme peu aimable mais qui rachète ses défauts par « un amour passionné pour l'art, qu'il communiquait à son orchestre, à ses auditeurs, et qui le transformait en une sorte de moine prédicant, d'apôtre illuminé de la musique classique. »[2]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Elwart, Histoire des concerts populaires de musique classique, Paris, 1864 (disponible sur Google Livres)
  • Adolphe Jullien, « Jules Pasdeloup et les concerts populaires » in Musique : Mélanges d'histoire et de critique, Paris, 1896
  • Harold C. Schonberg, The Great Conductors, New-York, 1967 (ISBN 0671207350)
  • Élisabeth Bernard, « Jules Pasdeloup et les concerts populaires » in Revue de Musicologie, 1971
  • Yannick Simon, Jules Pasdeloup et les origines du concert populaire, Lyon, Symétrie, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Maréchal et Gabriel Parès, Monographie universelle de l'Orphéon, sociétés chorales, harmonies, fanfares, avec documents inédits, recueillis par les représentants de la France à l'étranger, éditions C. Delagrave, Paris 1910, page 13.]
  2. Adolphe Jullien, Jules Pasdeloup et les concerts populaires, op. cit., p. 323.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]