Dynastie de Méhémet Ali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dynastie de Méhémet Ali
(ar) أسرة محمد علي

Description de cette image, également commentée ci-après

Armoiries du royaume d’Égypte

Type Maison khédivale, sultanique puis royale
Dénominations Ousrat Mouhammad ‘Ali (arabe)
Mehmet Ali Paşa Hanedanı (turc)
Pays Drapeau du khédivat d’Égypte Khédivat d’Égypte
Drapeau du sultanat d’Égypte Sultanat d’Égypte
Drapeau du royaume d’Égypte Royaume d’Égypte (et Soudan égyptien)
Lignée « Descendance d’Ali »
Titres Wāli d’Égypte
Khédive d’Égypte
Sultan d’Égypte
Roi d’Égypte
Chef actuel Fouad II d’Égypte
Fondation (208 ans)
Méhémet-Ali Pacha, gouverneur d’Égypte
Déposition
Éviction de Fouad II (proclamation de la République égyptienne)
Ethnicité Égyptienne d’origine turque

La dynastie de Méhémet Ali (en arabe : أسرة محمد علي, Ousrat Mouhammad ‘Ali) ou, dans les textes officiels, dynastie des Alaouites, dans le sens de « descendants d’Ali » (en arabe, الأسرة العلوية, al-Ousra-t-al-‘Alawiyya)[1] est la dynastie qui a gouverné l’Égypte et le Soudan du début du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle. Sur des périodes plus courtes, elle a également contrôlé une partie de la Libye, la Crète, le district d’Adana, en Turquie[2], la Syrie, le Liban, la Palestine[2], le Hedjaz, dans l’ouest de l’Arabie saoudite, une partie du Yémen[2], et une partie de l’Éthiopie. Le nom de cette dynastie vient de son fondateur Méhémet-Ali Pacha, considéré comme le père de l’Égypte moderne.

La prononciation du nom de la dynastie, « Muhammad Ali » (par les arabophones), ou « Méhémet Ali », « Mehmet Ali » comme par les turcophones et albanophones, a une signification politique. L’ethnie arabe, majoritaire en Égypte, a tendance de prononcer Mouhammad Ali et la voir comme une dynastie qui s’attache à la terre d’Égypte, celle qui l’a modernisée. La prononciation Méhémet Ali est souvent considérée comme indiquant que la dynastie est d’origine étrangère. D’autres prononciations du même mot arabe (محمد علي) comme Mohamed Ali sont employées par les gens selon leurs habitudes ou leurs choix.

Jusqu’en 1914, c’est une dynastie des gouverneurs de provinces de l’Empire ottoman, portant les titres de wali ou khédive qui sont de titres de l’administration ottomane. Ainsi, elle est aussi connue comme la « dynastie des Khédives » ou la « dynastie des vice-rois de l’Égypte et du Soudan ». C’est sans doute la seule dynastie de gouverneurs qui règne sur plus de populations et plus de territoires que ses souverains, avec des juridictions sur trois continents.

Origine[modifier | modifier le code]

Portrait de Méhémet Ali Pacha au musée de la citadelle du Caire[3]

Méhémet Ali, un général d'origine turque, est envoyé par le sultan ottoman pour reconquérir l'Égypte occupée par l'armée française de Bonaparte. Après la retraite de l'armée française, défaite par les Anglais, qui laisse l'Égypte aux mains des Ottomans, une guerre civile tripartite éclate entre l'armée turque ottomane, les Mamelouks (également d'origine turque) d'Égypte et les mercenaires albanais. Le général Méhémet Ali s'en sort victorieux et est reconnu par le sultan ottoman Selim III comme wali (gouverneur de province) d'Égypte en 1805.

Constatant l'affaiblissement des Ottomans, Mohamed Ali exprime ses ambitions : « Je sais très bien que l'Empire (ottoman) est à son déclin... Sur ses ruines je vais construire un vaste royaume... jusqu'aux fleuves Euphrate et Tigre. »

À l'apogée de leur puissance, Méhémet Ali et son fils Ibrahim Pacha semblent pouvoir mettre fin à l'Empire ottoman lors des deux guerres turco-égyptiennes ((1831-1833) et (1839-1841)). Mais les grandes puissances interviennent et empêchent les Égyptiens d'arriver jusqu'à Istanbul. Cependant, Méhémet Ali réussit à s'emparer du Soudan et ses successeurs ont pu y consolider et étendre leur territoire.

Malgré ces exploits, Méhémet Ali et ses successeurs ne sont considérés que comme des walis (gouverneurs de province) puis khédive (seigneur) de l'Empire ottoman. Ce n'est qu'en 1914, sous la tutelle du Royaume-Uni, qu'un membre de cette dynastie se proclame sultan, affirmant ainsi son indépendance vis-à-vis de l'Empire ottoman.

Lignées et règles de succession[modifier | modifier le code]

Khédive Ismaïl I

Selon la loi turque, le successeur doit être l'homme le plus âgé parmi les frères, fils et petits-fils du défunt. En 1866 Ismaïl Pacha, par ses riches présents à la cour ottomane, réussit à obtenir une dérogation pour l'Égypte, et depuis lors le fils aîné y devient l'héritier prioritaire. Ismaïl Pacha étant le fils d'Ibrahim Pacha, lui-même fils adoptif de Méhémet Ali, ce changement marque la fin de la descendance de Méhémet Ali Pacha en lignée patriarcale à la tête du pays.

Khédivat et occupation anglaise[modifier | modifier le code]

Méhémet Ali et ses successeurs se proclament Khédive au lieu de wāli, mais ce titre n'est reconnu qu'à partir de 1867 avec le sultan ottoman Abdul-Aziz Ier. C'est Ismaïl Pacha qui ouvre l'ère des khédives reconnus. À la différence de son grand-père et son père qui menaient une politique de guerre contre la Sublime Porte, Ismaïl Pacha renforce la position de sa dynastie par une combinaison de flatterie et de corruption. Néanmoins, il l'affaiblit par le poids des dettes, et en 1879, le sultan ottoman Abdülhamid II avec l'aide des grandes puissances, le dépose et le remplace par son fils Tawfiq. En 1882, le Royaume-Uni envoie ses troupes occuper l'Égypte et le Soudan, au motif d'aider le khédive Tawfiq contre le gouvernement nationaliste d'Ahmed Arabi. Par la suite, le véritable pouvoir de l'Égypte et du Soudan est tenu par les Britanniques, mais la dynastie est maintenue, et les territoires restent nominalement des provinces ottomanes.

Sultanat et royaume[modifier | modifier le code]

En 1914, le khédive Abbas II entre dans la Première Guerre mondiale aux côtés de l'Empire ottoman et des Empires centraux. Les Anglais le déposent rapidement, en le remplaçant par son oncle Hussein Kamal. Pour marquer sa rupture avec les Ottomans, Hussein Kamal adopte le titre de sultan. Les Anglais par la même occasion transforment l'Égypte et le Soudan en protectorat. Ce fait provoque une montée du nationalisme des autochtones, et les Anglais doivent bientôt reculer, reconnaissant l'indépendance de l'Égypte en 1922. Avec la nouvelle situation, le nouveau chef d'État égyptien Fouad Ier abandonne le titre de sultan pour celui du « roi d'Égypte et de Soudan », avec comme supplément le titre de « souverain de Nubie, de Kordofan et de Darfour ». Les territoires égyptiens et soudanais restent fortement contrôlés par les Anglais, qui cherchaient aussi par plusieurs manières à séparer le Soudan de l'Égypte. C'est en réagissant aux manœuvres anglaises que Fouad Ier et son fils Farouk Ier (1936 - 1952) maintiennent ces titres.

Farouk Ier

Dissolution[modifier | modifier le code]

Le règne de Farouk Ier est caractérisé par un mécontentement nationaliste croissant en raison du contrôle britannique, la corruption et l'incompétence royale, et la défaite de la guerre israélo-arabe de 1948-1949. La combinaison de tous ces facteurs affaiblit la position du roi et mène à la révolution égyptienne de 1952. Farouk est forcé d'abdiquer en faveur de son fils nouveau-né Ahmed-Fouad qui devient Fouad II, alors que l'administration du pays passe dans les mains du Mouvement des officiers libres dirigé par Mohammed Naguib et Gamal Abdel Nasser. Moins d'un an plus tard, le , la monarchie est abolie par les révolutionnaires qui proclament la république. Ainsi prend fin la dynastie fondée par Méhémet Ali.

Membres régnants de la dynastie (1805 - 1953)[modifier | modifier le code]

Walis, auto-proclamés khédives (1805 - 1867)[modifier | modifier le code]

De 1805 à 1867 l'Égypte reste théoriquement une province ottomane, mais si dans les faits elle est de facto indépendante, les walis se donnant le titre de khédive.

Khédives (1867 - 1914)[modifier | modifier le code]

Le le sultan ottoman Abdulaziz reconnait formellement Ismaïl en tant que khédive, un titre plus important que vizir mais inférieur au caliphe.

Sultans (1914 - 1922)[modifier | modifier le code]

Portrait Nom Règne Notes
Hussein Kamal Hussein Kamal
(21 novembre 1853 – 9 octobre 1917)
19141917 Fils d'Ismaïl Pacha et de Nour Felek. Après avoir renversé son neveu, les Britanniques établissent un protectorat et Hussein Kamal prend le titre de sultan d'Égypte.
Fouad Ier Fouad Ier
(26 mars 1868 – 28 avril 1936)
19171922 Fils d'Ismaïl Pacha et de Ferial. Il succède à son demi-frère en 1917 comme sultan jusqu'en 1922 où il devient le premier roi d'Égypte.

Rois (1922 - 1953)[modifier | modifier le code]

Portrait Nom Règne Notes
Fouad Ier Fouad Ier
(26 mars 1868 – 28 avril 1936)
19221936 Sultan dès 1917, il devient, après la fin du protectorat britannique le , le premier roi d'Égypte le 15 mars suivant.
Kingfarouk1948.jpg Farouk
(11 février 1922 – 18 mars 1965)
19361952 Fils de Fouad Ier et de Nazli Sabri. Le , il est renversé par un coup d'État militaire organisé par Mohammed Naguib et Gamal Abdel Nasser. Il abdique le 26 juillet et part en exil.
Fouad II Fouad II
(né le 16 janvier 1952)
19521953 Fils de Farouk et de Narriman Sadek, il accède formellement au trône après l'abdication de son père alors qu'il n'a que six mois mais suit ses parents en exil. Moins d'un an plus tard, le , la monarchie est abolie et la République arabe d'Égypte est proclamée.

Quelques membres non régnants célèbres[modifier | modifier le code]

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

 
 
Mariage
 
 
Enfant
Wiki crown-template.png Monarque


 
 
 
 
 
 
Emina de Nosratli
 
Wiki crown-template.png
1.
Méhémet Ali
Wāli
(1805-48)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ayn al-Hayat
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bamba Kadin
 
Toussoune Pacha
 
Wiki crown-template.png
2.
Ibrahim Pacha
Wāli
(1848)
 
Hoshiar
 
 
 
Wiki crown-template.png
4.
Mohamed Saïd Pacha
Wāli
(1854-63)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mahivech
 
Wiki crown-template.png
3.
Abbas Ier
Wāli
(1848-54)
 
Chafak Nour
 
Wiki crown-template.png
5.
Ismaïl Pacha
Wali puis khédive
(1863-79)
 
Nour Felek
 
Ferial
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ibrahim Ilhamy
 
Concubine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Emina Ilhamy
 
 
 
Wiki crown-template.png
6.
Tawfiq Pacha
Khédive
(1879-92)
 
Wiki crown-template.png
8.
Hussein Kamal Pacha
Sultan
(1914-17)
 
 
 
Wiki crown-template.png
9.
Fouad Ier
Sultan puis roi
(1917-36)
 
Nazli Sabri
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ikbal
 
Wiki crown-template.png
7.
Abbas II
Khédive
(1892-1914)
 
 
 
Prince Mohammed Ali Tawfiq
Régent du roi Farouk
(1936-37)
 
 
 
 
 
Narriman Sadek
 
Wiki crown-template.png
10.
Farouk
Roi
(1936-52)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Prince Mohammed Abdel Moneim
Régent du roi Fouad II
(1952-53)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wiki crown-template.png
11.
Fouad II
Roi
(1952-53)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Prince Mohammed Ali
Prince du Saïd

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Elle est à distinguer de la dynastie des Alaouites du Maroc (régnant depuis 1666), sans lien de parenté.
  2. a, b et c Égypte - L'envers du décor, p. 30.
  3. Georges Douin, éd., Une Mission militaire française auprès de Mohamed Aly, correspondance des Généraux Belliard et Boyer, Cairo, Société Royale de Géographie d'Égypte, 1923, p.50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]