Domination de la Compagnie britannique des Indes orientales en Inde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Compagnie britannique des Indes orientales

1757 – 1858

Drapeau Blason

Devise : Auspicio Regis et Senatus Angliae

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Territoires de la Compagnie en Inde (en rose) en 1837 et 1857.

Informations générales
Statut Colonie administrée par la Compagnie britannique des Indes orientales.
Capitale Calcutta
Langue Anglais, persan, autres
Histoire et événements
10 mai 1757 Bataille de Plassey
16 août 1765 La Compagnie diwan de l'empereur moghol
2 août 1858 Government of India Act de 1858

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La domination de la Compagnie britannique des Indes orientales en Inde (parfois appelée le Raj de la Compagnie[1]) est la période durant laquelle la Compagnie étend son contrôle sur le sous-continent indien.

Plusieurs dates sont considérées comme le début de cette domination : 1757 et la bataille de Plassey, quand le nawab du Bengale rend ses possessions à la Compagnie[2], 1765 quand la Compagnie reçoit le diwani, ou le droit de collecter des impôts, au Bengale et au Bihar[3], 1773, quand la Compagnie établit une capitale à Calcutta, nomme son premier Gouverneur général, Warren Hastings et s'implique directement dans le gouvernement de l'Inde[4].

La domination de la Compagnie dure jusqu'en 1858 quand, après la révolte des cipayes de 1857, le Government of India Act de 1858 transfère le gouvernement de l'Inde de la Compagnie à la couronne britannique, inaugurant le Raj britannique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robb 2011, p. 116-147 « chapitre 5: Early Modern India II: Company Raj », Metcalf et Metcalf 2006, p. 56-91 « Chapitre 3: The East India Company Raj, 1772-1850 », Bose et Jalal 2004, p. 76-87 « Chapitre 7: Company Raj and Indian Society 1757 to 1857, Reinvention and Reform of Tradition. »
  2. Bose et Jalal 2004, p. 76
  3. Brown 1994, p. 46, Peers 2006, p. 30
  4. Metcalf et Metcalf 2006, p. 56

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]