Inde portugaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Inde portugaise
Índia Portuguesa (pt)

15101961

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Évolution de l'Inde portugaise

Informations générales
Capitale Nova Goa
Langue Portugais
Monnaie Roupie de l'Inde portugaise
Escudo de l'Inde portugaise
Fuseau horaire +5,30
Histoire et événements
15 août 1510 Chute du Sultanat de Bijapur
14 janvier 1961 Invasion de l'Inde portugaise par Jawaharlal Nehru
Roi
(1e) 15111521 Manuel Ier de Portugal
(De) 15111521 Manuel Ier de Portugal
Vice-Roi des Indes
(1e) 15051509 Francisco de Almeida
(De) 1827-1835 Manuel de Portugal e Castro
Gouverneur général des Indes
(1e) 15091515 Afonso de Albuquerque
(De) 1958-1962 Manuel António Vassalo e Silva

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L’Inde portugaise ou l’État portugais de l'Inde (en portugais Índia Portuguesa ou Estado da Índia) est l'ensemble des colonies portugaises détenu en Inde. Au moment de l'indépendance de l'Inde en 1947, les possessions portugaises incluaient un nombre important d'enclaves sur la côte ouest du sous-continent, Goa, aussi bien que des enclaves de la côte de Daman[1] (en portugais : Damão) et Diu, ainsi que les enclaves de Dadra et Nagar Haveli, lié à Daman. Les territoires de l'Inde portugaise sont parfois appelés collectivement Goa.

Le début des colonies[modifier | modifier le code]

Carte des colonies portugaises et européennes en Inde du XVIe à la moitié du XVIIIe.

La première rencontre portugaise avec l'Inde se déroule le 20 mai 1498 lorsque Vasco de Gama débarque à « Calicut », à présent Kozhikode. Malgré l'objection des marchands arabes déjà présents, De Gama s'assure l'obtention d'une lettre de concession ambiguë de droits commerciaux de la part du Zamorin, souverain local de Calicut, mais doit partir en bateau sans prévenir, après que le Zamorin insiste pour qu'il cède toutes ses marchandises en garantie. Gama conserve ses marchandises, mais quitte le territoire en laissant derrière lui quelques portugais ayant pour ordre d'établir un comptoir commercial.

En 1510, l'amiral portugais Afonso de Albuquerque a vaincu les sultans du Bîjâpur en faveur d'un souverain local, Timayya, à la tête de l'établissement d'une colonie permanente à la vieille Goa (Velha Goa). Les provinces du sud, également connues sous le nom « Goa », étaient le quartier général de l'Inde portugaise, et siège du vice-roi [2] qui gouverne les possessions portugaises d'Asie.

Les Portugais acquièrent dès lors de nombreux territoires des Sultans de Gujarat : Daman (prise en 1531, officiellement cédée en 1539) ; Salsette, Bombay, et Baçaim (prises en 1534) ; et Diu (cédée en 1535). Ces possessions deviennent les provinces de l'Inde portugaise[3], qui étend les limites d'environ 100 km, de la côte de Daman à Chaul, et de 30-50 km à l'intérieur des terres. La province est gouvernée d'une cité-forteresse située à Baçaim. Bombay (actuellement Mumbai) est cédée aux anglais en 1661 en tant qu'élément de la dot de la princesse Portugaise Catherine de Bragance à Charles II d'Angleterre. La plupart des Provinces du Nord est reconquise en 1739 par les Marathas, un clan qui reconquit et unifia une partie de l'Inde au XVIIe et XVIIIe siècle. Finalement, le Portugal acquit Dadra et Nagar Haveli en 1779.

Après l'indépendance de l'Inde[modifier | modifier le code]

Après l'indépendance de l'Inde britannique en 1947, le Portugal refuse d'accéder à la demande de ce pays de renoncer au contrôle de ses possessions indiennes ce qui oblige l'Assemblée générale des Nations unies à intervenir en faveur de l'Inde dans les années 1950.

En 1954, une troupe d'indépendantistes indiens, « bands of Indian irregulars », soulèvent les enclaves de Dadra et Nagar Haveli. L'Inde refuse le passage des troupes portugaises à travers son territoire afin de restaurer son pouvoir colonial, et annexe les enclaves en août 1961. En décembre 1961, l'Inde envahit Goa, Daman et Diu[4],[5] lors de l'opération Vijay.

Le régime de Salazar refuse de reconnaître la souveraineté indienne sur Goa, Daman et Diu, qui ont continué à être représentées à l'Assemblée nationale du Portugal jusqu'en 1974. Suivi peu après par la Révolution des œillets, la même année, le nouveau gouvernement de Lisbonne restaure les relations diplomatiques avec l'Inde, et reconnaît la souveraineté indienne sur l'Inde portugaise. Cependant, les habitants de ses anciens territoires indiens continuent à avoir le droit à la citoyenneté portugaise, limité en 2006 à ceux nés sous le régime portugais.

Histoire postale et timbres postaux[modifier | modifier le code]

Le début de l'histoire postale de la colonie est obscure, mais un courrier régulier est connu pour avoir été échangé dès 1825 avec Lisbonne. Le Portugal ayant une association postale avec la Grande-Bretagne, beaucoup de courriers passent probablement par Bombay et poursuivent en compagnie de paquets britanniques. Le cachet portugais apposé sur le timbre apparaît en 1854.

Les premiers timbres postaux sortent le 1er octobre 1871. Ils étaient purement locaux, et des timbres de l'Inde britannique étaient également nécessaires pour le courrier destiné à l'outre-mer. La composition de ces premiers timbres se présentaient seulement par leur valeur au centre, avec une bande ovale contenant les inscriptions Serviço Postal et India Post. Les matrices sont recoupées plusieurs fois, et imprimées sur plusieurs genres de papiers, ayant pour résultat une situation extrêmement compliquée, qui fût intensivement étudiée; environ 55 types de timbres ont été différenciés apparaissant entre 1871 et 1877, certains d'entre eux étant tout à fait rares.

En 1877, le Portugal a inclus l'Inde dans la « couronne » standard, c’est-à-dire la même monnaie officielle, avec neuf valeurs allant de 5r à 200r. Ces timbres circulèrent jusqu'en 1881, et les anciens timbres locaux surtaxés avec des valeurs variées, expliquent l'existence d'une centaine de versions distinctes. Les timbres additionnels de la « couronne » sont arrivés en 1882, mais l'année suivante s'ajoutèrent des valeurs supplémentaires de conception locale. À partir de 1886, le motif des timbres distribués a suivi cela de près dans les autres colonies. L'exception principale étant une série de surtaxes en 1912, produites en perforant verticalement des timbres existants par le milieu, et la surimpression créant une nouvelle valeur de chaque côté.

En 1925, un timbre commémoratif a marqué le 400e anniversaire de la mort de Vasco de Gama, et en décembre 1931 un ensemble de six est édité pour la promotion de l'exposition sur François Xavier tenue à Goa. Les ensembles de timbres de 1946 et 1948 célèbrent des figures historiques notables en lien avec la colonie. La première exposition de timbres en Inde portugaise, en 1952, est commémorée par la sortie d'une paire de timbres, un reproduisant le dessin du premier timbre édité, l'autre représentant Saint François Xavier. Des timbres d'usage courant, « definitive series » en 1956 célèbrent le 450e anniversaire des colonies Portugaises en Inde, et incluent des portraits et des plans de vieux forts, en 1959 des séries représentaient des pièces variées.

La dernière édition officielle date du 25 juin 1960, marquant le 500e anniversaire de la mort du prince Henri le Navigateur. Des timbres indiens ont été utilisés pour la première fois le 29 décembre 1961, tandis que les anciens timbres ont été acceptés jusqu'au 5 janvier 1962. Bien que le Portugal ait continué à sortir des timbres pour la colonie perdue, aucun de ces derniers n'a jamais été mis en vente dans les bureaux de poste de la colonie, et ne sont donc pas considéré comme valides.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Daman District, India article du Wikipédia anglais
  2. Viceroy article du Wikipédia anglais
  3. « Northern Province of Portuguese India »
  4. « Liberation of Goa », sur http://gpp.nic.in/.
  5. « The Liberation of Goa 1961 », sur http://www.bharat-rakshak.com/.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :