David Kadouch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David Kadouch est un pianiste français né à Nice le 7 décembre 1985[1].

David Kadouch débute le piano au Conservatoire national de région de Nice avec Odile Poisson. À 14 ans il est reçu à l’unanimité dans la classe de Jacques Rouvier au CNSM de Paris. Après un premier prix obtenu avec la mention Très Bien, il rejoint la classe de Dmitri Bachkirov à l'école Reina Sofia de Madrid, où il poursuit sa formation. Il se perfectionne également auprès de grands maîtres tels que Murray Perahia, Maurizio Pollini, Maria João Pires, Daniel Barenboim, Vitaly Margulis, Itzhak Perlman, Elisso Virssaladze et Emanuel Krasovsly.

À 13 ans, remarqué par ltzhak Perlman, il joue sous sa direction au Metropolitan Hall de New York.

À 14 ans il se produit au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, puis en 2008 au Carnegie Hall de New York, avec Itzhak Perlman dans le quintette pour piano de Schumann.

Finaliste du « Beethoven Bonn Competition » en 2005, il est l’invité des académies de Salzburg et de Verbier (Prix d’Honneur en 2009), puis finaliste du « Leeds International Piano Competition » en 2009.

Depuis 2007, il est lauréat de l’ADAMI et de la Fondation Natexis Banques Populaires.

David Kadouch est invité par des grands festivals et séries comme le Festival de musique contemporaine de Lucerne sous la direction de Pierre Boulez, le Klavier-Festival Rhur, Gstaad, Montreux, Verbier, Santander, Jérusalem, Deauville, La Roque-d'Anthéron, Folles Journées à Tokyo, Piano aux Jacobins à Toulouse et en Chine, ainsi que la Tonhalle de Zurich et l’Auditorium du Louvre à Paris. Il se produit en musique de chambre avec Renaud et Gautier Capuçon, Nikolaj Znaider, Antoine Tamestit, Frans Helmerson, ainsi que les Quatuors Ebène, Modigliani, Quiroga et Ardeo.

En 2010-2011, David Kadouch fait ses débuts en récital à New York, avec l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich et David Zinman (Beethoven n° 5), l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo et Frans Brüggen, l’Orchestre national de Lille et l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian avec Jean-Claude Casadesus, l’Orchestre philharmonique de Strasbourg et Marc Albrecht, le Halle Orchestra et Robin Ticciati, etc. Il donne des concerts à Paris, Bordeaux, Toulouse, Reims, Madrid, Elmau, Munich, au Festival de Schwetzinger, La Roque d’Anthéron et effectue une tournée au Japon.

En 2011-2012 il est avec l’Israel Philharmonic, avec l'orchestre de Frankfurt, Moscou, Cortina, Paris, Bordeaux, Cannes, Pau, en récitals à Paris, Avignon, Lyon, Toulouse, Lucerne, Munich, Lisbonne, ainsi qu’aux Folles Journées à Nantes et dans les festivals de Colmar, Montpellier, Nohant, Saint Denis, La Grange de Meslay, Verbier...

David Kadouch enregistre en 2007 le 5e concerto de Beethoven « L'Empereur » lors d’un concert en public à la Philharmonie de Cologne (Naxos), en 2010 l’intégrale des Préludes de Chostakovitch (TransartLive).

En 2011 est paru un disque Schumann avec le Concert sans orchestre et le Quintette opus 44 avec le Quatuor Ardeo (Decca/Universal).

En 2012, un disque de musique russe avec Moussorgski Tableaux d'une exposition, Medtner Sonate et Taneïev Prélude et fugue (Mirare).

Daniel Barenboïm le choisit pour participer à l’enregistrement du DVD Barenboïm on Beethoven au Symphony Center de Chicago (diffusion mondiale) et pour l’émission Thé ou Café que France 2 lui consacre. Il l’invite à remplacer Murray Perahia à Jérusalem, et tout récemment à remplacer Lang Lang à Ramallah, en Palestine. Arte l’a suivi à cette occasion (documentaire diffusé dans « Maestro »).

David Kadouch est « Révélation Jeune Talent » des Victoires de la musique 2010 et « Young Artist of the Year » aux Classical Music Awards 2011.

Discographie[modifier | modifier le code]

David Kadouch enregistre[2] :

Télévision[modifier | modifier le code]

Daniel Barenboïm le choisit pour participer à l'émission Thé ou Café que France 2 lui consacre[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

David Kadouch est[2] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aurore Busser, « Orchestre régional : la "Kadouch-Touch" a fait merveille », dans Nice-Matin, 16 février 2012
  2. a, b et c

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]