Laurence Equilbey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laurence Equilbey

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Laurence Equilbey lors de La Folle Journée en 2009

Naissance Paris
Activité principale chef d'orchestre
Style musique classique
Années d'activité depuis 1991
Collaborations Chœur de chambre Accentus, Insula orchestra, Orchestre de chambre de Paris, Orchestre de l'Opéra de Rouen-Haute-Normandie
Maîtres Eric Ericson, Jorma Panula, Denise Ham

Laurence Equilbey est une chef d'orchestre français connue notamment pour la direction d' Accentus et d'Insula orchestra.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurence Equilbey suit sa formation à Paris, Vienne, en Scandinavie − notamment auprès d'Eric Ericson, de Jorma Panula et à Londres, avec Denise Ham et Colin Metters. En 1991, elle fonde à Paris le Chœur de chambre Accentus avec lequel elle rencontre un succès et un public importants. Cet ensemble vocal se consacre à la promotion de la musique a cappella et de l'oratorio, principalement autour des répertoires allant du milieu du XVIIIe siècle à la musique contemporaine. En 2002, elle crée le département supérieur pour jeunes chanteurs au Conservatoire régional de Paris qu'elle codirige avec Geoffroy Jourdain jusqu'en 2010. Laurence Equilbey crée en 2012 l'ensemble Insula orchestra, jouant sur instruments d'époque, pour interpréter la musique du siècle des Lumières.

Laurence Equilbey collabore avec de nombreux orchestres (Lyon, Leipzig, Liège, Salzbourg..), en concert ou à l'opéra, et avec ses partenaires privilégiés, l'Orchestre de chambre de Paris et l'orchestre de l'Opéra de Rouen-Haute-Normandie où elle est en résidence avec Accentus. Elle est en compagnonnage avec la Cité de la Musique et la salle Pleyel et est artiste associée de l'Orchestre de chambre de Paris ainsi que du Grand Théâtre d'Aix-en-Provence et enregistre sur le label Naïve. Elle a assuré la création d'une centaine d’œuvres musicales[réf. nécessaire].

Passionnée d'art contemporain, elle travaille à des projets réunissant la musique et les plasticiens. En 2009, sous le pseudonyme d'Iko, elle est à l'origine du projet « Private domain » qui réunit des musiciens issus du domaine classique et de la musique électronique, comme la chanteuse Émilie Simon. Le spectacle est créé dans la cathédrale Saint-Étienne lors du Printemps de Bourges 2009, avec Rosemary Standley, du groupe Moriarty[1].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview d'Iko dans le Berry du 21 avril 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Figure humaine, documentaire de Cécile Patingre, 48 minutes, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]