Louise Farrenc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louise Farrenc

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Louise Farrenc (née Jeanne-Louise Dumont), ca. 1855, Bibliothèque nationale de France.

Nom de naissance Jeanne-Louise Dumont
Naissance 31 mai 1804
Paris Drapeau de l'Empire français Empire français
Décès 15 septembre 1875 (à 71 ans)
Paris Drapeau de la France France
Activité principale Compositrice, pianiste et professeur
Lieux d'activité Paris
Maîtres Antoine Reicha
Conjoint Aristide Farrenc

Louise Farrenc (de son nom de jeune fille Jeanne-Louise Dumont) est une compositrice, pianiste et professeur française, née à Paris le 31 mai 1804 et morte à Paris le 15 septembre 1875.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Jacques-Edme Dumont et la sœur du sculpteur Auguste Dumont.

Elle entreprend des études de piano avec Anne Soria, une disciple du compositeur Muzio Clementi, puis avec Antoine Reicha, professeur au Conservatoire de Paris, qui lui enseigne l'écriture musicale (harmonie, contrepoint). Ignaz Moscheles et Johann Nepomuk Hummel lui ont également donné des leçons de piano.

En 1821, elle épouse le flûtiste, compositeur et éditeur de musique marseillais Aristide Farrenc (1794-1865). Conscient des dons exceptionnels de sa jeune épouse, il lui consacre ses activités musicales en créant notamment les Éditions Farrenc et devient rapidement son impresario. Entre 1842 et 1872, Louise Farrenc enseigne le piano au Conservatoire de Paris, où elle finit par obtenir un salaire égal à celui de ses collègues masculins.

Les plus grands musiciens de son temps l'ont soutenue, tel le violoniste Joseph Joachim qui a participé à la création en 1850 de son Nonette pour cordes et vents en mi bémol majeur. Elle a eu l'honneur d'entendre en 1849 sa Troisième Symphonie, op. 36, exécutée par le prestigieux orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire.

L'œuvre de Louise Farrenc reste largement méconnue. La raison principale en est sans doute que la compositrice s'est essentiellement consacrée à la musique instrumentale et n'a jamais composé d'opéra alors que ce genre était très prisé en France, surtout au XIXe siècle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Elle s'est consacrée exclusivement au piano de 1820 à 1830, avant d'élargir son répertoire à l'orchestre à partir de 1834. Il existe 49 œuvres dotées d'un numéro d'opus.

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Symphonie en ut mineur, op. 32 (1842)
  • Symphonie en ré majeur, op. 35 (1845)
  • Symphonie en sol mineur, op. 36 (1847)
  • Ouverture en mi mineur, op. 23 (1834)
  • Ouverture en mi bémol majeur, op. 24 (1834)
  • Grandes Variations sur l'air Le premier pas, pour piano et orchestre, op. 4
  • Grandes Variations sur un thème du Comte Gallenberg, pour piano et orchestre, op. 25

Œuvres vocales[modifier | modifier le code]

  • Voix et piano ou orchestre
    • Andréa la folle, Ballade
    • Je me taisais, Romance
    • La Tourterelle, Romance
    • La Madone
    • Le Berger fidèle, Romance
    • Le Prisonnier de guerre, Scène dramatique
    • Le Suicide, Scène et air (Composition identique au Prisonnier de guerre)
    • Toi que j'appelle
  • Musique chorale
    • O Père qu'adore mon Père (Hymne de Lamartine), Chœur a cappella
    • O Père qu'adore mon Père (Hymne de Lamartine), Chœur et piano
    • O Salutaris hostia pour Soprano, Alto et Ténor

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Nonette en mi bémol majeur, op. 38 (1849; quatuor à cordes et vents)
  • Sextuor en do mineur, op. 40 (1852; clarinette, piano, flûte, hautbois, cor, basson)
  • Quintette N° 1 en la mineur, op. 30 (1839; piano et quatuor à cordes)
  • Quintette N° 2 en mi majeur, op. 31 (1840; piano et quatuor à cordes)
  • Trio en mi bémol majeur, op. 33 (1841-44; piano, violon, violoncelle)
  • Trio en ré majeur, op. 34 (1844; piano, violon, violoncelle)
  • Trio en mi bémol majeur, op. 44 (1854-56; piano, clarinette et violoncelle)
  • Trio en mi mineur, op. 45 (1854-56; piano, flûte et violoncelle)
  • Variations concertantes sur un air suisse, op. 20 (piano et violon)
  • Sonate pour violon et piano en do mineur, op. 37 (1848)
  • Sonate pour violon et piano en la majeur, op. 39 (1850)
  • Sonate pour piano et violoncelle en si bémol majeur, op. 46 (1857)
  • Grandes Variations sur l'air Le premier pas, op. 4

Musique pour le piano[modifier | modifier le code]

  • Variations (Aristide Farrenc), op. 2
  • Grandes variations Le premier pas, op. 4 (piano solo)
  • Variations brillantes sur un thème de La Cenerentola de Rossini, op. 5
  • Variations sur l'air favori O ma tendre musette!, op. 6
  • Air suisse varié, op. 7
  • Trois Rondeaux, op. 8
  • Rondeau sur un air du Pirate de Bellini, op. 9
  • Variations (George Onslow), op. 10
  • Rondeau sur des thèmes d'Euryanthe de Carl Maria von Weber, op. 11
  • Variations (Galopade favorite), op. 12
  • Rondeau (Rossini), op. 13
  • Les Italiennes, op. 14
  • Variations brillantes (Donizetti), op. 15
  • Les Allemandes, op. 16
  • Air russe varié, op. 17
  • La Sylphide, op. 18
  • Souvenir des Huguenots, op. 19
  • Variations concertantes, op. 20
  • Les Jours heureux, op. 21
  • Fugues, op. 22
  • Trente Études dans tous les tons majeurs et mineurs, op. 26 (1838)
  • Hymne russe varié, op. 27
  • Variations sur un thème allemand, op. 28
  • Variations (Bellini,) op. 29 (Piano à quatre mains, arrangements pour 2 ou 3 pianos)
  • Douze Études brillantes, op. 41 (1853)
  • Vingt Études de moyenne difficulté, op. 42 (1854)
  • Trois mélodies, op. 43
  • Scherzo, op. 47
  • Valse brillante, op. 48
  • 1er Nocturne, op. 49
  • Vingt cinq études faciles, op. 50
  • Deuxième Valse brillante, op. 51
  • Diverses œuvres pour le piano, sans numéros d'opus
  • Mélodie, sans numéro d'opus

Discographie et concerts récents[modifier | modifier le code]

La Radio-Philharmonie Hannover des NDR, dirigé par Johannes Goritzki, a enregistré ses deux ouvertures ainsi que ses trois symphonies à partir de 2004.

En 2005, l'auditorium du Louvre a réalisé une rétrospective de ses principales œuvres ; des extraits ont été publiés par Naïve, 2005, dont le nonette op. 38 et le trio op. 44.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Legras, Louise Farrenc, compositrice du XIXe siècle - Musique au féminin, Éditions de l'Harmattan, 2003 (ISBN 2747550214)
  • Florence Launay, Les Compositrices en France au XIXe siècle, Fayard, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]