Croc-Blanc (film, 1991)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de Randal Kleiser. Pour le film de Lucio Fulci, voir Croc-Blanc.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croc-Blanc (homonymie).

Croc-Blanc

Titre original White Fang
Réalisation Randal Kleiser
Scénario Jeanne Rosenberg
Nick Thiel
David Fallon
(scénario)
Jack London
(roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Silver Screen Partners IV
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Drame
Sortie 1991
Durée 107 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Croc-Blanc (White Fang) est un film américain réalisé par Randal Kleiser, sorti en 1991. Adapté du roman éponyme de Jack London de 1906, il raconte l'amitié entre un jeune chercheur d'or du Yukon et un chien-loup durant la ruée vers l'or du Klondike[1],[2].

Croc-Blanc, le chien-loup, est interprété par Jed qui est réellement un hybride, croisement entre un loup et un malamute de l’Alaska[3]. Il a tourné dans d'autres films comme Natty Gann (The Journey of Natty Gann) de 1985[2],[4].

Une suite intitulée, Croc-Blanc 2 (White Fang 2: Myth of the White Wolf), réalisée par Ken Olin, est sortie en 1994[5].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jack Conroy (Ethan Hawke) est un jeune chercheur d'or. Il va s'aventurer dans les vastes étendues enneigées de l'Alaska à la recherche de la mine de son père décédé. Il rencontre deux chercheurs d'or, Alex Larson (Klaus Maria Brandauer) et Skunker (Seymour Cassel), qui vont l'accompagner dans son voyage. Au cours de leur périple, une meute de loups affamés les attaquent. Avant de succomber, Skunker blesse mortellement une femelle de la meute. Elle décédera peu de temps après. Son fils, un jeune chien-loup se retrouve seul au monde. Il est capturé par l'amérindien Castor-Gris (Pius Savage) qui devient son maître et l'appelle Croc-Blanc en raison de la blancheur de ses dents. A l'âge adulte, Croc-Blanc est séparé de son maître par le cruel Beauty Smith (James Remar) qui veut en faire un chien de combat. Croc-Blanc est entraîné pour devenir un tueur expérimenté et cruel. Jack le sauve au cours d'un de ses combats. Après une longue période, une amitié se forme entre le chien-loup et l'homme. Elle prend le dessus sur son entraînement. Lorsqu'un groupe de malfaiteurs veut voler l'or de Jack Conroy et Alex Larson qui est devenu son partenaire, Croc-Blanc est là pour les aider à les combattre[1],[6],[7].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Animaux

Bande originale[modifier | modifier le code]

Au départ, les musiques du film ont été composées uniquement par Basil Poledouris. Les studios les ont rejeté et ont demandé à Hans Zimmer de tout réécrire en seulement 16 jours. Il composa environ 80 minutes de musique[9]. Le résultat n'a pas séduit les studios. Ils sélectionnèrent finalement entre les deux travaux, la meilleure musique pour chaque scène du film. Les musiques conservées sont majoritairement de Poledouris, c'est pourquoi il a le crédit principal pour la bande originale[10],[11],[12].

Il n'existait pas d'album pour la bande originale du film jusqu'en 2012 et les musiques du film pouvait se trouver uniquement dans des bootlegs, albums qui n'ont pas été commercialisés[12],[13]. En mars 2012, Intrada a édité cette partition dans une édition officielle composée de deux cd, un pour le travail de chaque compositeur.

Réception[modifier | modifier le code]

Les critiques ont noté que l'adaptation cinématographique du roman de Jack London était loin d'être fidèle. Malgré cet écart, le film a reçu de nombreuses critiques positives. Les paysages sont appréciés pour leur beauté. Le jeu des acteurs est jugé authentique. L'aventure est qualifiée d'agréable et excitante, avec quelques pointes d'humour, ainsi que des scènes de suspens[6],[14],[15]. Sur Rotten Tomatoes, le film Croc-Blanc a obtenu un score de 67 % au Tomatomètre[16].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Les scènes du film ont été tournées en Alaska près de la ville de Haines[17]. La ville a conservé les décors que les studios ont laissé sur place pour en faire un parc à thème[18],[19].
  • Le film ayant rencontré un succès financier et reçu des critiques positives, Walt Disney Pictures a décidé de réaliser une suite intitulée Croc-Blanc 2 (White Fang 2: Myth of the White Wolf). Le film réalisé par Ken Olin est sorti le 15 avril 1994[5],[20].

Distinction[modifier | modifier le code]

En 1993, le film reçut un Genesis Award dans la catégorie « Feature Film - Family » (Film Familial)[21].

Titre en différentes langues[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Croc-Blanc », ARTE,‎ 9 avril 2008 (consulté le 12 octobre 2010)
  2. a et b (en) Sandra Choron et Harry Choron, Planet Dog: A Doglopedia, Mariner Books,‎ 1er novembre 2005, 384 p. (ISBN 978-0-6185175-2-7), p. 45
  3. (en) Jess Cagle, « Old Wolves' Tale », Entertainment Weekly,‎ 8 février 1991 (consulté le 15 octobre 2010)
  4. (en) Staci Layne Wilson, Animal Movies Guide, Running Free Press,‎ 20 avril 2007, 421 p. (ISBN 978-0-9675185-3-4), p. 282
  5. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: the updated official encyclopedia, Disney Editions,‎ 12 août 1998 (ISBN 978-0786863914)
  6. a, b, c et d (en) Roger Ebert, « White Fang Reviews », Chicago Sun-Times,‎ 18 janvier 1991 (consulté le 12 octobre 2010)
  7. (en) Rita Kempley, « ‘White Fang’ (PG) », The Washington Post,‎ 19 janvier 1991 (consulté le 14 octobre 2010)
  8. (en) « White Fang (1991) - Box Office Mojo », sur Box Office Mojo (consulté le 12 octobre 2010)
  9. (en) Edwin Black, « Hans Zimmer Interview », filmscoremonthly.com,‎ 1998 (consulté le 14 octobre 2010)
  10. (en) Scott Bettencourt, « The Replacement Composers », filmscoremonthly.com,‎ 14 juin 2006 (consulté le 14 octobre 2010)
  11. (en) « Editorial Review - White Fang 2: Myth of the White Wolf », filmtracks.com,‎ 27 octobre 1999 (consulté le 14 octobre 2010)
  12. a et b (en) « White Fang (1991) », hans-zimmer.com (consulté le 14 octobre 2010)
  13. (en) « Basil Poledouris » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Rare Soundtracks, 21 octobre 2002. Consulté le 16 octobre 2010
  14. (en) Samuel Stoddard, « At-A-Glance Film Reviews: White Fang (1991) », rinkworks.com (consulté le 14 octobre 2010)
  15. (en) Chris Hicks, « White Fang », deseretnews.com,‎ 22 janvier 1991 (consulté le 14 octobre 2010)
  16. (en) « White Fang (1991) », Rotten Tomatoes (consulté le 14 octobre 2010)
  17. (en) Traveler Terpening, Alaska, Bradt Travel Guides,‎ mars 2010, 448 p. (ISBN 978-1-84162-298-9), p. 17
  18. (en) Stanton H. Patty, « Alaska Town Turns Set for `White Fang'Into New Attraction », Chicago Sun-Times,‎ 25 juillet 1993
  19. (en) « White Fang Movie Set Up », alaska-in-pictures.com (consulté le 14 octobre 2010)
  20. (en) « White Fang 2: Myth of the White Wolf DVD Review », ultimatedisney.com (consulté le 12 octobre 2010)
  21. (en) The Hollywood reporter : Volume 320, Numéros 35 à 50, Wilkerson Daily Corp., p. 205

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]